L’ostéopathie à la rescousse des pathologies du pied

La Clinique du Pied à Paris, spécialisée dans les chirurgies fines des pathologies du pied, s’adjoint depuis un an et demi l’assistance d’un ostéopathe, Jacques-Alain Lachant. La consultation en ostéopathie permet d’intervenir en pré-opératoire afin de préparer au mieux le situation du patient avant une intervention chirurgicale et en post-opératoire afin de favoriser une récupération rapide de la locomotion et de diminuer les douleurs. 

Même si l’ostéopathie n’est pas encore reconnue comme thérapeutique efficace par le corps médical, elle ne cesse de progresser dans le quotidien des personnes qui en ont assez de souffrir de douleurs articulaires et musculaires.

Il arrive parfois que des thérapies complémentaires exercées par des praticiens confirmés apportent la preuve empirique de leur vertus et que l’évidence du bénéfice parvienne à forcer les portes des cénacles les plus fermés.

C’est ce qui est arrivé à l’ostéopathes Jacques Alain Lachant, spécialiste des désordres induits par la marche, qui depuis un et demi a ouvert une consultation d’osthéopathie dédié aux troubles de la marche et spécifiques des pathologies à la Clinique du Mont-Louis, à Paris, réputée pour rassembler les meilleurs experts des pathologies du pied.

Le staff médico-chirurgical regroupe en effet, 6 chirurgiens orthopédistes, un rhumatologue, un radiologue, trois podologues, un et médecin du sport. La fine fleur du pied a toutefois souhaité s’attacher les compétences d’un ostéopathe spécialisé dans les troubles articulaires, tendineux et musculaires des membres inférieurs afin d’améliorer la prise en charge pré et post opératoire de ses patients.

Les patients se divisent en deux grandes catégories, pour les autres il s’agit de patients atteints des troubles de la marche. Pour la première, il s’agit de patients déjà opérés pour une pathologie orthopédique du pied et de la cheville et qui souffrent des années plus tard de nouveaux problèmes affectant le pied opéré. Pour la deuxième catégorie, ce sont des patients qui sont candidats potentiels à un acte chirurgicale pour une affection orthopédique du complexe pied-cheville ou plus largement des membres inférieurs.

Le pied est fragile

Parmi les pathologies les plus courantes rencontrées sont par exemple : les séquelles de traumatisme du pied et du membre inférieur, les hallux valgus, les hallux rigidus, les syndrômes de Morton, les tendinopathies d’Achille et celles de l’appareil stabilisateur du pied, des orteils en griffe, des douleurs d’appui sous les 2ème, 3ème et 4ème têtes métatarsiennes, de séquelles d’entorse, d’instabilité de la cheville, de certains pieds creux ou plats douloureux et des coxarthroses.

Dans tous les cas, ces pathologies entravent gravement l’équilibre de la marche et l’autonomie des patients. Chaque patient étant unique, la complexité de sa situation biomécanique nécessite un diagnostique pluri-disciplinaire, impliquant l’analyse historique de la maladie et l’examen du patient par le groupe, chacun apportant son éclairage.

L’ostéopathie pour que l’opération se déroule bien

L’apport clinique de l’ostéopathie dans la prise en charge des pathologies du pied ou de la cheville est déterminant pour aider les patients à mettre toutes les chances de leur côté avant l’opération pour que celle-ci se déroule au mieux, puis, après l’opération afin de favoriser une récupération rapide et d’atténuer les douleurs.

Souvent, les difficultés de récupération du patient suite à une opération sont en lien avec un désordre fonctionnel ancien : trouble de la marche, boiteries non consciente, surcharge pondérale, etc. Les patients qui n’ont pas pu bénéficier de soins préventifs en ostéopathie récupèrent souvent plus difficilement que les autres. Les soins ostéopathiques s’adressent à toute personne devant se faire opérer du pied, de la cheville, du genou ou de la hanche.

En tout premier lieu, dans la phase pré-opératoire, le regard de l’ostéopathe permet de diagnostiquer les troubles fonctionnels préexistants à l’apparition de la pathologie qui pourraient rendre difficile une bonne récupération du patient après son intervention. Mais plus, dans sa consultation à la clinique du Mont-Louis, Jacques-Alain Lachant aide la patient à préparer l’intervention en restituant une meilleure mobilité articulaire, pour toutes les articulations impliquées dans la posture debout et dans la marche (pied, cheville, genou, hanche, bassin, rachis, épaules, mains).

Par ailleurs, il traite les insuffisances musculaires et celles du tonus du pied et de la jambe, il traite les désordres de la marche quelque soit l’origine et que le patient ne ressent pas toujours.

Dans le cadre de la prise en charge pré-opératoire du patient, l’ostéopathe fait en quelque sorte un retour en arrière sur les troubles de la motricité qui ont présidé à la détérioration des articulations du pied, de la cheville et les soigner.

Ceci pour aider l’acte chirurgical, faciliter et optimiser la récupération du patient qui a depuis longtemps perdu l’harmonie de sa marche. En poussant cette préparation à son maximum, il est donné au patient une meilleur garantie de récupération post-opératoire. Ces soins très spécialisés peuvent être engagés trois mois minimum avant la date prévue de l’intervention.

L’ostéopathie en post-opératoire : moins de douleurs, une meilleure récupération

L’ostéopathie intervient aussi pour le plus grand bénéfice des patients dans l’accompagnement post-opératoire, par exemple dans  l’optimisation de la récupération de toutes les fonctions dynamiques du pied, du confort de marche et la diminution des douleurs. Le plus souvent, certains défauts de marche présents avant l’opération peuvent perdurer après, même sans douleur, et rendre plus compliquée la récupération d’une bonne locomotion.

Un patient opéré par exemple d’un hallux valgus simple, peut également être porteur, sans le savoir ni le sentir, d’une faiblesse de hanche ou de genou, d’une tension complète des enveloppes conjonctives des muscles postérieurs de la jambe ou encore d’une arthrose silencieuse de la cheville qui parasitent considérablement la récupération.

L’ostéopathie permet donc de pouvoir faire le diagnostique au bon moment pour appliquer des solutions thérapeutiques rapides et bien adaptées à ces pathologies qui sont le plus souvent périphériques à l’articulation opérée.

Mais les traitements ostéopathiques vont également s’attacher spécifiquement à la zone de l’intervention chirurgicale. Les soins spécifiques vont ainsi permettre de : libérer la mobilité des articulations impliquées dans la physiologie motrice du pied et de la cheville, soulager les douleurs résiduelles, lever les oedèmes du pied et de la cheville, restituer le plus rapidement possible un appui indolore par stimulations musculaires spécifiques, corriger des boiteries éventuelles, l’apprentissage d’une réelle légèreté de la motricité pour soulager les articulations portantes, le traitement des fréquentes atteintes et disparités du tonus musculaire du pied et l’apprentissage et la reprogrammation d’une marche non traumatique. Les disparités musculaires des muscles fléchisseurs et propulseurs plantaires du pied.

Pour certains patients et dans certaines situations médico-chirurgicales complexes, l’équipe se réuni pour étudier et proposer les meilleures options a privilégier en terme de suivi pré et post opératoire. Ceci afin d’apporter l’assurance d’une sécurité maximale pour le patient. Le suivi en ostéopathie du patient s’étale sur un an et parfois plus après l’opération, jusqu’à disparition des gènes et des douleurs.

Plus d’informations

Jacques-Alain Lachant, ostéopathe reçoit tous les jours de la semaine. Il est joignable au 9 Bis Rue de Valence, 75005 Paris tel : 01 43 37 85 55 ou sur son portable : 0615386320. Jacques-Alain Lachant est également l’auteur d’un livre « La marche qui soigne », paru aux éditions Payot-Rivages.

Adresse du site www.jacqueslachnat.com

Lire aussi :

REFLEXOLOGIE PLANTAIRE : la santé par les pieds

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.