Les principales causes présence de sang dans les selles

Des selles sanguinolentes peuvent être le symptôme d'un saignement de l'anus ou d'un saignement rectal.

Bien entendu, si la perte de sang est trop importante, il faut se rendre directement chez un médecin d’urgence. Si la perte de sang ne met pas votre vie en danger et que vous ne présentez pas d’autres symptômes en plus du sang dans les selles, il existe des moyens naturels de vous aider.
Vous devez d’abord vous attaquer aux causes profondes de vos selles sanguinolentes. Lisez la suite pour découvrir certaines de ces causes possibles, ainsi que des remèdes naturels pour chacune d’entre elles.

Quelles sont les causes du sang dans les selles ?

Le sang dans les selles est aussi appelé médicalement hématochézie. Cela indique qu’il y a un saignement quelque part dans le tube digestif. Lorsque vous allez aux toilettes, vos selles devraient normalement être d’une teinte brune, une couleur rouge ou rouge-brun est donc considérée comme anormale.

Les selles sanguinolentes peuvent-elles être inoffensives ?

Que signifie la présence de sang dans les selles ?

La présence de sang dans les selles est généralement due à un saignement provenant du tractus gastro-intestinal supérieur ou inférieur. Le sang peut être rouge vif ou noir. De petites quantités de sang ne sont pas nécessairement inquiétantes, surtout si elles disparaissent rapidement, mais de grandes quantités peuvent être problématiques. La couleur des selles sanguines peut en fait indiquer la localisation d’une hémorragie interne, si c’est la cause. Parfois, le sang dans les selles ne provient pas d’une hémorragie interne, mais est en fait le signe d’une hémorragie dans le rectum.
La présence de sang dans les selles peut également varier de l’imperceptible à l’œil nu à l’alarmante évidence. La plupart des experts vous diront qu’il n’est jamais tout à fait normal de voir du sang dans vos selles. Il ne s’agit peut-être pas d’une situation extrêmement grave, mais ce n’est certainement pas un bon signe non plus.

Le sang dans les selles peut provenir de n’importe quel endroit du système digestif, de la bouche à l’anus.

Si le saignement provient de la partie supérieure de l’appareil digestif (comme l’œsophage ou l’estomac), il se traduit généralement par des selles goudronneuses ou noires, ce que l’on appelle médicalement le méléna. Des selles marron ou du sang rouge vif signifient souvent que le sang provient de l’intestin grêle ou du gros intestin, du rectum ou de l’anus.

Le sang des selles noires ou goudronneuses provient généralement d’une hémorragie digestive haute et peut être causé par :

des vaisseaux sanguins anormaux
une déchirure de l’œsophage due à des vomissements violents (appelée déchirure de Mallory-Weiss)
un ulcère de l’estomac qui saigne
une interruption de l’irrigation sanguine d’une partie des intestins.
une gastrite
Traumatisme
Présence d’un corps étranger
Veines élargies et surélevées dans l’œsophage et l’estomac

Vous vous demandez : « Quand dois-je m’inquiéter de la présence de sang dans mes selles ? ».

La présence de sang rouge vif dans les selles ou de selles de couleur marron correspond généralement à du sang provenant de l’intestin grêle, du gros intestin, du rectum ou de l’anus. Il s’agit de symptômes dont il faut discuter avec son médecin.

Les causes sous-jacentes peuvent être les suivantes

des vaisseaux sanguins anormaux
Fissures anales (petite déchirure de la paroi de l’anus)
Ischémie intestinale
Diverticulose
Corps étranger ou traumatisme
Intoxication alimentaire
Hémorroïdes (souvent à l’origine de sang rouge vif)
Infection de l’intestin
Maladie inflammatoire de l’intestin, y compris la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse
Polypes dans le côlon ou l’intestin grêle, voire cancer du côlon

Comme indiqué précédemment, la couleur du sang dans les selles est très importante. Comment cela se fait-il ?

Des selles noires et goudronneuses (également appelées méléna) indiquent généralement que le saignement provient de la partie supérieure du tractus gastro-intestinal. Par exemple, un ulcère peut être une cause possible de selles noires et goudronneuses. En revanche, si les selles sont rouge vif ou marron, cela signifie souvent qu’il y a un problème dans la partie inférieure du tube digestif, comme le côlon. Les maladies inflammatoires de l’intestin, la diverticulite et les hémorroïdes sont des exemples de problèmes possibles dans la partie inférieure du tube digestif qui provoquent des selles rouges ou bordeaux.

Symptômes

Le principal signe ou symptôme du sang dans les selles est exactement cela : Vous avez des selles sanguinolentes. Il est important de noter que lorsque vous constatez un changement de couleur des selles, comme l’ajout de sang, il s’agit en fait d’un problème de santé qui met en évidence des causes sous-jacentes.

Parfois, une personne peut avoir du sang dans les selles et ne pas y penser parce qu’elle ne présente pas d’autres symptômes. Dans d’autres cas, le sang dans les selles peut s’accompagner d’autres symptômes inquiétants, tels que

des changements dans les selles
des douleurs abdominales
faiblesse
difficultés respiratoires
vomissements
palpitations cardiaques
diarrhée sanglante
perte de poids

Les types de symptômes qui s’ajoutent au sang dans les selles dépendent de la véritable cause des selles sanguines, de la durée de l’hémorragie et de la quantité de sang perdue.
Qu’en est-il du mucus dans les selles ? Il est tout à fait normal que vos selles contiennent une petite quantité de mucus. Toutefois, si vous commencez à voir plus de mucus dans vos selles, si vos selles changent ou si vous voyez du sang dans vos selles, vous devriez consulter un médecin pour en discuter, car il pourrait s’agir de quelque chose de plus grave.

Diagnostic

Des changements importants dans les selles justifient généralement des examens pour en déterminer la cause profonde. Il est également important d’identifier la source/le lieu du saignement.

Pour établir un diagnostic, les médecins peuvent recommander certains tests conventionnels aux patients dont les selles sont de couleur anormale. Les tests qui peuvent aider à déterminer la cause du problème sont les suivants :

Angiographie
Études barytées
Scintigraphie de l’hémorragie
Analyse de sang, y compris une numération globulaire complète et d’autres examens
Coloscopie
Entéroscopie à double ballon
Test de selles
Test visant à déterminer la présence d’une infection par H. pylori
Endoscopie supérieure ou capsule endoscopique

Vous vous demandez si les polypes ou le cancer sont souvent à l’origine de selles rouges ?

Les polypes du côlon peuvent commencer par être bénins et ne présenter aucun symptôme, mais ils peuvent ensuite grossir, saigner ou même devenir cancéreux.

Traitement

Le traitement médical conventionnel des selles sanguinolentes consiste généralement à traiter la cause sous-jacente. La prise en charge de l’inconfort peut également être importante.

Votre médecin peut vous recommander les mesures suivantes

Adopter un régime alimentaire riche en fibres
Éviter les aliments déclencheurs
arrêter l’utilisation ou les doses élevées de médicaments anti-inflammatoires, tels que l’aspirine, l’ibuprofène
Prendre un bain de siège, c’est-à-dire s’asseoir dans de l’eau chaude pour soulager les fissures anales et les hémorroïdes.
des médicaments, tels que des antibiotiques, pour traiter H. pylori
Médicaments anti-inflammatoires pour traiter la colite
Chirurgie pour enlever les polypes ou les parties du rectum/colon qui peuvent être endommagées
Injection de produits chimiques dans le site du saignement à l’aide d’un courant électrique ou d’un laser, ou application d’une bande ou d’un clip pour fermer le vaisseau qui saigne.
Il existe également de nombreux moyens naturels d’améliorer la santé générale du système digestif et de maintenir un transit intestinal normal.

Voici ce que vous pouvez faire si le sang dans les selles est causé par les conditions suivantes :

1. Ulcère de l’estomac qui saigne

Les ulcères d’estomac hémorragiques, ou ulcères gastroduodénaux, sont des plaies douloureuses qui se développent dans la paroi de votre système digestif. La présence de sang lorsque vous vomissez ou allez aux toilettes est un signe courant d’ulcère hémorragique. Heureusement, il y a des choses que vous pouvez contrôler et qui peuvent aider à réduire naturellement les symptômes de l’ulcère et la probabilité qu’il saigne. Tout d’abord, vous devez éviter certains aliments connus pour aggraver les ulcères, notamment

les aliments épicés
la caféine
l’alcool
les sucres raffinés
tout allergène alimentaire

Parallèlement, vous devez augmenter votre consommation d’aliments riches en fibres, de légumes à feuilles vertes et d’aliments fermentés, tels que le kéfir de noix de coco et le kimchi. La recherche a également montré que la consommation de jus de chou peut avoir un effet curatif impressionnant sur les ulcères gastro-duodénaux. Essayez cette recette de jus de guérison gastro-intestinale, qui comprend du jus de chou, du concombre, de l’aloès et du gingembre. Une autre idée utile en cas d’ulcère est de prendre plusieurs petits repas tout au long de la journée afin de réduire l’imposition du système digestif.

2. La gastrite

La gastrite est un problème de santé digestive résultant d’une lésion et d’une inflammation de la muqueuse gastrique (la paroi de l’estomac et du tractus gastro-intestinal). Les symptômes de la gastrite peuvent être similaires à ceux de l’ulcère. Comme d’habitude, un régime alimentaire sain peut vraiment aider à améliorer la gastrite. Dans l’ensemble, un régime alimentaire curatif pour la gastrite se compose principalement de légumes, de fruits, de protéines de haute qualité et de graisses saines. Les aliments particulièrement utiles sont ceux qui sont riches en probiotiques, en fibres, en antioxydants comme la vitamine C et la vitamine B12, en électrolytes et en acides gras oméga-3. Là encore, il convient d’éviter les déclencheurs courants tels que les aliments épicés ou très chauds, ainsi que les aliments naturellement acides comme les tomates et les oranges. La réduction du stress est bénéfique pour la gastrite, tout comme le fait de ne pas manger trop près de l’heure du coucher. Essayez de vous ménager un délai de trois à quatre heures entre le dîner et le coucher, ce qui vous permettra de bien digérer. La racine de réglisse contient un composé anti-inflammatoire appelé acide glycyrrhizique, connu pour ses effets apaisants sur l’estomac, ce qui la rend très utile en cas de gastrite et d’ulcères. L’acide glycyrrhizique est non seulement anti-inflammatoire, mais il a également été démontré qu’il possède des propriétés antioxydantes, antitumorales et antimicrobiennes. Vous pouvez prendre de l’extrait de réglisse sous forme de supplément, y compris sous forme de comprimés à mâcher. La consommation de fenouil peut également contribuer à réduire les symptômes.

3. Diverticulite

La diverticulite survient lorsqu’une ou plusieurs petites poches (appelées diverticules) dans la paroi du côlon s’enflamment. Le bouillon d’os fait maison et la poudre de protéines à base de bouillon d’os sont deux excellents moyens d’améliorer l’intégrité de votre intestin. Le bouillon d’os peut vous aider à digérer facilement les nutriments essentiels dont votre corps a besoin pour guérir et se réparer. Un apport régulier et suffisant en aliments riches en fibres est également essentiel à l’amélioration de la diverticulite. Une alimentation trop pauvre en fibres alimentaires semble augmenter les risques de poussées actives de diverticulite. Il est extrêmement important d’éviter les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) en cas d’hémorragie interne due à une diverticulite ou à toute autre hémorragie du tractus gastro-intestinal. Une étude publiée dans les Archives of Family Medicine révèle que l’utilisation chronique d’AINS est liée aux pires symptômes de la diverticulite, en particulier les saignements.

4. Maladie inflammatoire de l’intestin/maladie de Crohn

Les selles anormales et sanglantes sont des symptômes courants des MICI. Comment améliorer la maladie de Crohn ? Vous devriez certainement essayer de suivre un régime alimentaire pour la maladie de Crohn.
L’orme rouge est un démulsifiant, c’est-à-dire une substance qui protège les tissus irrités et favorise leur guérison. L’orme rouge est une plante qui contient du mucilage, une substance qui se transforme en gel glissant lorsqu’elle est mélangée à de l’eau. Ce mucilage enrobe et apaise les différentes zones du tube digestif, ce qui en fait une plante médicinale de choix pour calmer les maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn.

5. Colite ulcéreuse

Il existe de nombreux moyens naturels de traiter la colite ulcéreuse. L’une des premières étapes de l’amélioration de la colite ulcéreuse consiste à évaluer votre régime alimentaire et à y apporter les modifications nécessaires. Il est vivement recommandé de suivre un régime curatif et d’éviter les aliments déclencheurs courants tels que les produits laitiers trop transformés, les sucres raffinés, la caféine, l’alcool, les boissons gazeuses et les aliments épicés.

Quels types d’aliments souhaitez-vous consommer en plus grande quantité ?

Certains des meilleurs aliments pour lutter contre l’inflammation et calmer les symptômes de la colite ulcéreuse sont riches en acides gras oméga 3 et en probiotiques. Le curcuma est un autre ajout judicieux au régime alimentaire si vous cherchez à calmer la colite ulcéreuse. Le curcuma est disponible sous forme de racine fraîche, d’épice ou de supplément. Des études ont montré que la prise de curcumine, un composant actif du curcuma, peut même aider certains patients atteints de colite ulcéreuse à rester en rémission une fois que leurs symptômes se sont atténués. La réduction du stress et l’augmentation des moments de détente intentionnels sont d’autres aspects clés de ce que vous pouvez faire personnellement pour améliorer vos symptômes de colite ulcéreuse. Le stress est connu pour provoquer des poussées de colite ulcéreuse. Veillez donc à pratiquer régulièrement des techniques naturelles de réduction du stress.

Risques et effets secondaires

Consultez immédiatement un médecin ou rendez-vous aux urgences si vous présentez l’un de ces symptômes supplémentaires :

Vous avez évacué de grandes quantités de sang
rythme cardiaque rapide
sensation de tête légère
Faiblesse

N’oubliez pas que les betteraves et les tomates peuvent aussi provoquer temporairement une rougeur des selles. Ne vous inquiétez donc pas si vous avez des selles rouges peu après avoir mangé des betteraves. La consommation de réglisse noire ou de myrtilles peut temporairement modifier la couleur des selles.

Consultez votre médecin si vous avez du mucus sanguinolent dans les selles ou du mucus accompagné de douleurs abdominales, car ces symptômes peuvent indiquer des problèmes plus graves, tels que la colite ulcéreuse, la maladie de Crohn et même le cancer. Si vous prenez actuellement des médicaments ou si vous avez des problèmes de santé, consultez toujours votre médecin avant de commencer à prendre de nouveaux suppléments ou de modifier votre régime alimentaire. Par exemple, l’extrait de réglisse peut ne pas vous convenir si vous souffrez d’hypertension artérielle.

Conclusion

Les saignements inexpliqués ne doivent jamais être ignorés. Si vous voyez du sang dans vos selles, n’oubliez pas d’en noter la couleur et la fréquence, car ce sont des détails très utiles pour un professionnel de la santé. Le sang rouge vif dans les selles est-il grave ? Cela peut l’être, en fonction de la cause. Les hémorroïdes, les fissures anales, les maladies inflammatoires de l’intestin ou une maladie grave comme le cancer du côlon sont autant d’affections susceptibles de provoquer des selles sanguinolentes.

Pour traiter ce problème, certaines options de traitement naturelles/conventionnelles consistent à adopter un régime alimentaire anti-inflammatoire et riche en fibres, à éviter les aliments déclencheurs tels que l’alcool et les aliments épicés, à prendre des repas plus petits plus fréquemment, à boire du bouillon d’os, à cesser de prendre des AINS et à gérer le stress.

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Marie Desange