Le sorbier : une plante aux propriétés insoupçonnées

utilisations du sorbier sur la santé

Le sorbier est une plante pouvant atteindre une quinzaine de mètres, à maturité. Originaire de l’Europe, elle se retrouve surtout dans la région du Sud. Elle est également cultivée en Asie, en Suisse et dans la lisière des forêts belge. Dérivée du latin Sorbus domestica, le sorbier est une plante proche du cormier. En botanique, elle fait partie de la famille des rosacées.

Dans son ensemble, la plante est composée de feuilles, de fleurs et de fruits, riches en tanins. Les fruits de la plante se composent essentiellement d’alcool, d’eau et de glycérine d’origine végétale. Les fleurs, quant à elles, sont constituées de triméthylamine. Ce dernier est un gaz qui se liquéfie et s’évacue par transpiration et dans les urines. Les feuilles sont principalement composées d’amygdaline (arôme).

En gemmothérapie, on utilise les bourgeons de sorbier. Ce dernier est riche en vitamines. Il possède des propriétés antioxydantes.

Les principales indications du sorbier en phytothérapie

Le sorbier est généralement sollicité pour une utilisation interne. Il permet de drainer efficacement les vaisseaux sanguins et de faciliter la circulation du sang. Il est connu pour ses facultés de régénérations cellulaires et ses propriétés cicatrisantes. De plus, le sorbier permet de traiter les varices, les crises d’hémorroïdes et prévient la thrombose. Le sorbier est efficace en cas d’acouphènes (troubles de l’audition, bourdonnement d’oreille).

Associé aux bourgeons de viorne, il traite la surdité due à un manque de vascularisation. Il traite également les céphalées. La plante cible également les troubles hormonales durant la ménopause. Elle réduit les douleurs causées par l’hypertension et les migraines.

La macération de sorbier est un excellent anti-inflammatoire et tonifiant vasculaire. Elle diminue les effets de jambes lourdes et le mal de tête. Elle agit spécifiquement sur le système vasculaire, lymphatique, sur les zones ORL et sur les parties génitales. Ainsi, elle permet de réguler le cycle menstruel, de stimuler la digestion, de dégager les voies respiratoires.

Les différentes utilisations et dosages du sorbier

En infusion

Prendre une c.à.c de feuilles de sorbier dans un équivalent de 200 ml d’eau bouillante. Laisser reposer au moins 10 minutes. Prendre une tasse de la préparation dans la journée, avant chaque repas.

En macération

Pour les adultes, prendre 5 gouttes de préparation dans un verre d’eau, un quart d’heure avant le repas. Augmenter la dose au fur et à mesure, sans dépasser 15 gouttes durant les 3 semaines de traitement.

Pour les enfants de plus de 3 ans, prendre 1 goutte pour 10 kg, par jour.

Les contre-indications et effets indésirables

En tant que compléments alimentaires, le macérât de sorbier doit être pris avec une alimentation saine et équilibrée. Le dosage journalier doit être scrupuleusement respecté. Il est déconseillé chez les femmes enceintes et chez les enfants en bas âge. Les doses doivent être adaptées pour les enfants de plus de 3 ans.