La vigne rouge : un remède contre les troubles veineux

la vigne rouge

La vigne rouge ou vigne à raisin, de son nom scientifique Vitis vinifera, est une plante à tiges grimpantes qui appartient à la famille des Vitaceae. On peut le reconnaître grâce à ses feuilles de forme palmée, ses fruits (raisins) disposés en grappes et ses fleurs verdâtres. Elle vient de la région méditerranéenne et pousse sur des sols argileux, riches en silice. Pour pousser correctement, elle a besoin d’un ensoleillement maximum. Cette plante est connue pour ses capacités à soigner le syndrome des jambes lourdes, ainsi que d’autres troubles veineux ou circulatoire. Notamment les hémorroïdes et les varices. Elle est également efficace contre les règles douloureuses et les migraines.

Quels sont ses principes actifs ?

En phytothérapie, ses parties utilisées sont les fruits (le raisin), les feuilles, la sève et les pépins de raisins. En ce qui concerne ses principes actifs, la vigne à raisin contient des flavonoïdes (quercétine et oligo-proanthocyanidines) et des polyphénols (comme le resvératrol). Ces différents éléments lui procurent des propriétés vasoconstrictrices et antioxydantes.

Quels sont ses vertus thérapeutiques ?

L’action thérapeutique de la vigne à raisin est différente en fonction de la partie de la plante qu’on utilise. D’après l’Agence européenne des médicaments, les extraits de la vigne à raisin (pépins, feuille, fruit) possèdent des propriétés anti-inflammatoires et anti-œdémateuses. Mais également, une action antimicrobienne, une action protectrice sur le foie, une action diurétique et une action anti-oxydante. Par ailleurs, l’utilisation traditionnelle de cette plante est aussi reconnue dans le traitement symptomatique des troubles de la circulation veineuse (comme les jambes lourdes), notamment les varices. Aussi, la vigne rouge aide dans le traitement de la fragilité capillaire, des irritations et des brûlures en rapport avec une crise d’hémorroïdes. Ce végétal fait partie de la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française. Enfin, elle renforce l’organisme en cas de troubles hépatiques ou digestifs. Elle favorise l’évacuation des mucosités bronchiques et procure à la peau ses propriétés apaisantes.

Sous quelle forme peut-on l’utiliser ?

La phytothérapie utilise la vigne à raisin sous forme de gélules, d’infusions, de décoctions, de lotions ou de baumes.

Comment l’utiliser ?

Pour profiter de ses bienfaits, vous pouvez prendre quotidiennement en infusion ou en décoction 30 à 50 g d’extraits de ses feuilles ou 15 à 30 g d’extraits de pépins.

Précaution d’emploi

Etant donné qu’elle contient des tanins astringents (agit entre autre au niveau de l’utérus), la vigne à raisin est déconseillée, à fortes doses, aux jeunes enfants, ainsi qu’aux femmes enceintes. Aussi, il ne faut pas en consommer de doses trop importantes durant la prise d’anticoagulants. En effet, cela peut réduire l’efficacité de ces derniers.

Les contre-indications

Il n’y a aucune contre-indication formelle à la prise de vigne à raisin, en dehors de l’hypersensibilité à sa substance active. L’effet des oligoproanthocyanidines, qui se trouvent dans l’enveloppe des pépins, peut s’ajouter à celui des médicaments anticoagulants, à forte dose. Si vous suivez un traitement médicamenteux, veillez à prendre soin de le préciser à votre pharmacien ou votre médecin avant tout traitement phytothérapeutique.