La supplémentation en vitamine B3 diminue les symptômes de la maladie d’Alzheimer

Une étude suggère que la supplémentation en vitamine B3 pourrait contribuer à améliorer les symptômes cliniques de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui affecte plus de 10 millions de personnes dans le monde. Malheureusement, il n’existe actuellement aucun remède contre cette maladie. Cependant, des chercheurs se sont tournés vers une molécule énergétique appelée nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+) comme traitement potentiel pour cette maladie. Une récente étude clinique de phase 1 a révélé que la supplémentation en NR, une forme de vitamine B3, contribue à augmenter les niveaux de NAD+ chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Cette supplémentation pourrait être associée à une amélioration des symptômes cliniques de la maladie.

Les bienfaits potentiels de la supplémentation en vitamine B3

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus répandue après la maladie d’Alzheimer, touchant des millions de personnes dans le monde. Les traitements actuels visent à gérer les symptômes à différentes étapes de la maladie, mais aucun ne permet de la guérir complètement. C’est pourquoi les chercheurs étudient de nouvelles approches pour améliorer la prise en charge de cette maladie.

Au cours des dernières années, les scientifiques se sont intéressés à la nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+), une molécule essentielle pour la production d’énergie dans le corps. Des recherches antérieures ont suggéré que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson pourraient présenter une carence en NAD+ et que l’augmentation de ses niveaux pourrait avoir un effet positif. C’est dans cette optique qu’une étude clinique de phase 1 a été menée pour évaluer l’effet de la supplémentation en nicotinamide riboside (NR), une source de vitamine B3 et un précurseur de la NAD+, chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

La supplémentation en NR pour augmenter les niveaux de NAD+

L’étude clinique a été réalisée auprès de 20 participants atteints de la maladie de Parkinson. Les participants ont reçu soit 3 000 milligrammes de NR sous forme de complément alimentaire, soit un placebo, chaque jour pendant 4 semaines consécutives. À la fin de la période d’essai, les participants ont été évalués en fonction de mesures cliniques et moléculaires, d’un électrocardiogramme et de la gravité des symptômes de la maladie de Parkinson grâce à l’échelle d’évaluation MDS-UPDRS.

Les chercheurs ont constaté que la supplémentation en NR augmentait significativement les niveaux de NAD+ et modifiait le métabolisme de la NAD+ dans le sang, par rapport aux participants ayant reçu le placebo. De plus, la supplémentation en NR a été jugée sûre et bien tolérée par les participants à l’étude, et elle était associée à une amélioration significative des symptômes cliniques de la maladie de Parkinson, mesurée par l’échelle MDS-UPDRS. Ces résultats suggèrent que l’augmentation des niveaux de NAD+ pourrait avoir un effet anti-Parkinsonien sur les symptômes.

Les perspectives d’avenir pour la supplémentation en vitamine B3

Bien que cette étude ait montré des résultats prometteurs, il est important de souligner que la recherche est encore à un stade préliminaire. Il reste à prouver de manière concluante que la supplémentation en NR peut réellement améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson. L’étude de phase 1 avait pour principal objectif de déterminer la sécurité à court terme de la dose de 3 000 milligrammes de NR par jour. Des études à plus grande échelle et de plus longue durée seront nécessaires pour confirmer ces résultats et évaluer l’efficacité de la supplémentation en vitamine B3 dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Les chercheurs sont également conscients de l’importance d’explorer des doses plus élevées de NR pour exploiter pleinement son potentiel thérapeutique. Une étude de phase 2/3, appelée NO-PARK, est déjà en cours et vise à évaluer les effets de la supplémentation en NR sur 400 personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Les résultats de cette étude sont attendus d’ici la fin de l’année 2024 et pourraient fournir des informations plus précises sur l’efficacité de la vitamine B3 dans le traitement de cette maladie.

Les avancées dans le traitement de la maladie de Parkinson

Les résultats de cette étude sont encourageants, car ils ouvrent de nouvelles perspectives pour le traitement de la maladie de Parkinson. Actuellement, il n’existe aucun traitement capable de ralentir la progression de la maladie ou de fournir une neuroprotection. La supplémentation en vitamine B3 pourrait représenter une avancée majeure en offrant une option thérapeutique pouvant potentiellement prévenir les complications à long terme de la maladie.

Cependant, il est important de noter que cette étude, bien que prometteuse, ne constitue qu’un premier pas dans la recherche sur la vitamine B3 et la maladie de Parkinson. Des études plus importantes et de plus longue durée seront nécessaires pour confirmer ces résultats et évaluer pleinement l’efficacité et l’innocuité de la supplémentation en vitamine B3. Néanmoins, l’idée d’un complément alimentaire pouvant améliorer les symptômes cliniques et ralentir la progression de la maladie est particulièrement attrayante pour les patients atteints de la maladie de Parkinson.

A retenir

La maladie de Parkinson est une maladie débilitante qui affecte des millions de personnes dans le monde. Bien qu’il n’existe actuellement aucun remède contre cette maladie, de nouvelles recherches suggèrent que la supplémentation en vitamine B3, sous forme de nicotinamide riboside, pourrait contribuer à augmenter les niveaux de NAD+ et à améliorer les symptômes cliniques de la maladie de Parkinson. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement de cette maladie neurodégénérative. Cependant, davantage de recherches sont nécessaires pour confirmer ces résultats et évaluer pleinement l’efficacité et l’innocuité de la supplémentation en vitamine B3. Les patients atteints de la maladie de Parkinson attendent avec impatience les résultats des études à venir, qui pourraient apporter de nouveaux espoirs dans la lutte contre cette maladie dévastatrice.

 

 

5/5 - (4 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn