La passion, l’exercice et les relations sociales sont des atouts pour la santé du cerveau

Les chercheurs ont conclu que l'exercice physique, les interactions sociales et la passion sont essentiels au maintien de la santé du cerveau.

Dans un article récent, des chercheurs ont passé en revue les études liant trois facteurs clés du mode de vie à la santé du cerveau. Dans un document récent, des chercheurs ont examiné les études liant l’exercice, les relations et la passion à la santé du cerveau. Ils ont trouvé des preuves raisonnables que ces trois facteurs offrent une protection contre le déclin cognitif. Ils notent que des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour confirmer leurs résultats. Les modifications de la fonction cognitive au cours du processus de vieillissement sont liées au volume de matière blanche et grise du cerveau.

La matière grise est constituée de structures biologiques, notamment de corps cellulaires neuronaux, de synapses et de capillaires, tandis que la matière blanche est constituée d’axones myélinisés, par lesquels les signaux sont transmis entre les neurones. Le volume de la matière grise diminue de façon régulière vers l’âge de 10 ans. Les recherches suggèrent que les personnes en bonne santé médicale et cognitive subissent moins d’atrophie cérébrale que les personnes en moins bonne santé. Les études montrent également que l’exercice régulier, les relations fortes et la passion sont des éléments clés pour maintenir un cerveau sain au cours du processus de vieillissement.

Dans un article récent, des chercheurs ont procédé à un examen approfondi de l’ensemble de la littérature disponible sur le lien entre le développement physiologique du cerveau et l’activité physique, les relations sociales et la passion. Sur la base des preuves, ils rapportent qu’une passion accrue pour un domaine ou une compétence conduit à plus d’activité physique, plus de relations sociales et un meilleur bien-être.

Grâce à ces recherches, ils ont découvert que la passion, ou un intérêt marqué, peut être un facteur clé de motivation pour la réussite et le bien-être, car elle détermine la direction de la flèche. Par conséquent, les chercheurs affirment : Trouvez votre passion et développez-la ! Le cran, ou la persévérance, est la taille et la force de la flèche. Trouvez votre domaine d’intérêt et concentrez-vous sur le processus.

L’article a été récemment publié dans un numéro spécial de Brain Sciences.

L’activité physique

Des études d’observation indiquent qu’un mode de vie actif contribue à préserver la santé cognitive et neurologique de tous les groupes d’âge, en particulier dans les processus d’ordre supérieur tels que le passage d’une tâche à l’autre, la mémoire de travail et l’inhibition cognitive. Les chercheurs ont noté dans leur article que des études d’intervention avaient confirmé ces résultats.

Par exemple, les adultes âgés qui ont suivi un entraînement aérobique d’une heure trois fois par semaine pendant six mois ont vu leur volume de matière grise et de matière blanche augmenter par rapport aux témoins.
D’autres recherches montrent que l’activité physique augmente la fonctionnalité des zones du cerveau liées à l’attention et au contrôle de l’attention, aux activités de la vie quotidienne et à la réserve cognitive, une réserve de capacités de réflexion qui agit comme un tampon contre le déclin cognitif lié à l’âge.

Les relations

Le nouvel article fait référence à des études qui suggèrent que le maintien de liens sociaux améliore la réserve cognitive par le biais de stratégies cognitives, d’une plus grande croissance neuronale et de la densité synaptique, qui protègent contre les processus pathologiques. Des études d’imagerie ont démontré que des réseaux sociaux plus importants sont liés à un plus grand volume du cortex orbitofrontal, impliqué dans la prise de décision, et de l’amygdale. Ces études montrent également que les personnes moins actives socialement présentent un plus grand nombre de lésions de la substance blanche.

En outre, des essais contrôlés randomisés ont montré que les relations sociales peuvent améliorer la réserve cognitive, et des interventions ont montré qu’une interaction sociale accrue dans les communautés est liée à une meilleure fonction cognitive et à un plus grand volume cérébral. D’autres études, cependant, n’indiquent aucun lien entre les relations sociales et la fonction cognitive plus tard dans la vie. Les chercheurs suggèrent donc que des preuves plus solides issues d’essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour démontrer la causalité.

La passion

Dans leur article, les chercheurs définissent la passion comme: un sentiment fort à l’égard d’une valeur/préférence personnellement importante qui motive les intentions et les comportements visant à exprimer cette valeur/préférence.

D’autres recherches ont montré que la passion est liée à une pratique plus délibérée chez les joueurs de football et à un meilleur bien-être et de meilleures performances chez les travailleurs. Les chercheurs ont également noté que la passion pourrait donc être importante pour maintenir la plasticité neuronale.

Un exemple de cela est une personne qui se passionne pour l’apprentissage de nouvelles langues. Les chercheurs ont écrit que la passion pourrait motiver une personne à pratiquer davantage la deuxième langue et ainsi renforcer sa matière grise, ses cellules neuronales et ses connexions. Ils ont également noté que des traits psychologiques tels que le courage et l’esprit de croissance ont également été liés au développement de la matière grise dans différentes parties du cerveau.

Les chercheurs ont également cité un certain nombre d’articles qui suggèrent que l’altération de la fonction motrice, le comportement antisocial, la dépression et l’anhédonie (l’incapacité à ressentir du plaisir) sont courants dans les troubles neurodégénératifs et psychiatriques et dans le processus naturel de vieillissement.

Ils ont donc suggéré qu’un « cercle vicieux » pourrait être en jeu : une activité physique réduite pourrait favoriser un moindre engagement social et un bien-être moindre. La passion donne une direction au domaine d’intérêt, ce qui pourrait être lié au système de la dopamine, qui est central dans l’attention, l’apprentissage, les comportements dirigés vers un but et les récompenses. La passion peut fournir la concentration essentielle à la réalisation d’objectifs à long terme.

Mécanismes sous-jacents

Lorsqu’on lui demande comment l’activité physique, la socialisation et la passion améliorent la santé du cerveau, les chercheurs responsables de l’études affirment:

« Nous en savons plus sur les mécanismes qui sous-tendent l’activité physique que les interactions sociales ou l’apprentissage de nouvelles compétences, car il existe une littérature de plusieurs décennies sur les effets de l’activité physique sur la santé du cerveau et l’apprentissage et la mémoire, car il existe d’excellents modèles animaux pour l’activité physique (souvent la course à la roue avec des rongeurs). » « La littérature animale suggère un certain nombre de changements cérébraux associés à l’activité physique, notamment de nouveaux neurones dans les régions du cerveau qui favorisent la mémoire, davantage de connexions entre les neurones (appelées synapses) et une augmentation de la structure vasculaire. Des augmentations des neurotransmetteurs et des facteurs de croissance nerveuse (entre autres changements) ont également été associées à des augmentations de l’activité physique dans des modèles animaux. »

Les chercheurs ont conclu que l’exercice physique, les interactions sociales et la passion sont essentiels au maintien de la santé du cerveau.

 

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.