Homeopathie

Kalium Phosphoricum, le remède homéopathique en cas de fatigue

La souche homéopathique de Kalium Phosphoricum se prépare à partir de l’hydrogénophosphate de potassium ou phosphate dipotassique. Il s’agit d’un sel de potassium présenté sous forme de poudre blanche cristalline. Sa formule chimique est K22+HPO42-.

Les poudres d’hydrogénophosphate de potassium s’avèrent très solubles dans l’eau. Toutefois, elles le sont moins dans l’alcool.

Dans le domaine de l’agriculture, on se sert de ce composé chimique comme source de minéraux. Il sert également à maintenir l’isotonie.

Dans l’organisme humain, cette molécule joue un rôle important dans la synthèse d’adénosine triphosphate ou ATP. À noter que cette dernière est un élément essentiel dans le cycle du transport de l’énergie.

Principales indications et usages en médecine naturelle

Dans l’univers de l’homéopathie, la principale indication thérapeutique du Kalium Phosphoricum est les états de fatigue. Dans le milieu scolaire, par exemple, ce médicament permet de traiter les cas de surmenage intellectuel, dont ci-dessous les symptômes :

  • Trouble de mémoire
  • Difficulté à se concentrer
  • Impression de perte des capacités cérébrales
  • Céphalées de forte intensité
  • Difficulté à trouver le sommeil et terreurs nocturnes

Dans la majorité des cas, ces signes atteignent un degré d’intensité élevé, ce qui empêche souvent le patient d’effectuer certaines tâches comme le travail ou encore les révisions. À long terme, le sujet peut même développer une dépression due au surmenage.

En règle générale, ces symptômes apparaissent les jours précédant un examen ou un concours important. Dans certains cas, ils s’améliorent temporairement en mangeant.

Ce remède homéopathique est également efficace dans le traitement des cas d’asthénie physique. On cite, entre autres, les fatigues survenant après un accouchement ou encore suite à des rapports sexuels.

Pour finir, Kalium Phosphoricum intervient dans le traitement des maladies qui colorent les sécrétions en jaune moutarde. On distingue, à titre d’exemple, les diarrhées fétides, les angines et les inflammations des muqueuses buccales.

Modes d’administration et posologie recommandée

Pour le traitement de ces troubles, on utilise souvent les granules ou doses à dilution moyenne ou basse. Les granules sont à administrer par voie orale : à déposer directement sous la langue ou à diluer dans un verre d’eau pendant 10 minutes chez les nourrissons.

  • Dépression nerveuse: prendre le matin et le soir 5 granules de Kalium Phosphoricum en 9 CH
  • Affections engendrant des sécrétions jaunes moutarde: prendre en 5 à 6 fois par jour 5 granules de Kalium Phosphoricum en 5 CH, espacer les prises du médicament dès l’amélioration des symptômes

Les femmes enceintes ainsi que celles en allaitement peuvent prendre les granules et les doses homéopathiques du moment qu’ils ne contiennent pas d’alcool. Il convient cependant de solliciter l’avis d’un homéopathe avant toutes prises afin de prévenir d’éventuels risques. Une consultation médicale est également conseillée si aucune amélioration n’est constatée après la cure ou si les symptômes s’aggravent.

Pour finir, il convient d’observer quelques heures entre les prises et les repas. Aussi, l’association avec le café, le tabac et la menthe est à proscrire.

Articles similaires