Détails sur les propriétés et les vertus du colchique d’automne

les vertus du colchique d’automne

Le colchique d’automne est une plante herbacée, bulbeuse et à fleurs roses tendres ou violettes. Il appartient à la famille des Liliaceae et son nom scientifique est Colchicum autumnale. Il se développe principalement dans les régions montagneuses et humides de l’Europe. Depuis le Ve siècle, il occupe une très grande place dans le domaine de la médecine naturelle, notamment en homéopathie et en phytothérapie. Toutefois, il s’avère également toxique et vénéneux. Il contient, en effet, de la colchicine. Il s’agit d’un alcaloïde très toxique capable d’entraîner la mort d’un être humain. Cette plante renferme également des tanins et des lipides.

Propriétés médicinales et usages thérapeutiques

Le colchique d’automne sert principalement à traiter les affections musculaires et articulaires. En effet, il renferme des propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et diurétiques. Ainsi, il s’avère particulièrement efficace en cas de goutte, de rhumatisme et d’arthrite.

En outre, la colchicine est un alcaloïde possédant une activité antimitotique. En d’autres termes, il a la capacité d’inhiber la mitose. Cette propriété est très appréciée en biologie pour neutraliser la multiplication anormale des cellules. À cet effet, cette plante permet de traiter les diverses tumeurs cutanées, qu’elles soient cancéreuses ou non. À titre d’exemple, on distingue les verrues ou encore les dermatoses précancéreuses. Il aide également à soigner le psoriasis.

Formes et préparations disponibles

En médecine naturelle, on utilise les graines et les bulbes de la plante afin d’isoler la colchicine. Pour les usages thérapeutiques, on retrouve le colchique d’automne sous forme de comprimés, de teinture mère et de granules homéopathiques.

Recommandations d’utilisation et posologie

Pour chaque utilisation à des fins curatives, il faut toujours se référer à l’avis d’un médecin.

Précautions d’emploi, effets secondaires et contre-indications

Le colchique d’automne est une plante extrêmement toxique. L’ingestion d’une dose de 10 à 40 mg de colchicine entraîne l’apparition de divers troubles, voire la mort, chez l’être humain. Il s’agit de l’équivalence de 1.2 à 5 g de graines.

Du fait de cette toxicité, l’automédication sans surveillance médicale est absolument à proscrire. De plus, à ce jour, il n’existe aucune substance capable de neutraliser les effets de cette plante. Chaque utilisation doit donc toujours faire l’objet d’une prescription chez un médecin ou un professionnel de santé.

Effets secondaires

À dose élevée, l’ingestion de cette plante provoque plusieurs troubles. On distingue, entre autres, des inflammations buccales, une sécrétion excessive de salive, des douleurs abdominales, des diarrhées sanglantes, des vomissements, des troubles sanguins et neurologiques ainsi qu’une paralysie générale. Dans la plupart des cas, elle peut conduire à la mort. Le cas mortel le plus récent est celui arrivé en avril 2020. Un homme d’une cinquantaine d’années et originaire de l’Alsace meurt d’intoxication après avoir consommé un pesto du colchique d’automne qu’il avait cueilli en le confondant avec de l’ail des ours.

Contre-indications

L’usage de cette plante est fortement déconseillé aux personnes présentant une dégradation des fonctions rénales. On distingue une insuffisance rénale ou encore des néphrites (maladie inflammatoire et douloureuse des reins).