Cynorrhodon : les bienfaits thérapeutiques qu’il apporte sur l’organisme

cynorrhodon

Le cynorrhodon est un fruit qui provient de l’églantier, des genres Rosa, appartenant à la famille des Rosa canina. C’est une plante grimpante vivace à rameaux dressés et retombants. Elle possède des feuilles pennées, à fleurs rosées ou blanches qui produisent des fruits charnus ovoïdes rouges. Elle peut atteindre jusqu’à 3 m de hauteur. Originaire d’Europe et des régions tempérées d’Asie et d’Afrique du Nord, celle-ci pousse en bordure des haies, sur les friches et dans les fourrés. La phytothérapie s’intéresse particulièrement à ses fruits. Ces derniers se composent de vitamines (A, B1, B2, C, P, K), des flavonoïdes, du tanin, des acides citriques et malins, des caroténoïdes, de l’huile essentielle et du D-sorbitol.

En quoi peut-il être indiqué ?

  • Des études rapportent que les principes actifs de ce fruit agissent sur la santé cardiovasculaire. Les chercheurs ont effectué des tests sur la consommation de ceci chez les personnes obèses. Il résulte des tests que le fruit baisse significativement la pression sanguine systolique, le cholestérol total, le taux LDL/HDL, le risque de maladies cardiovasculaires, les lipoprotéines de basse densité. Les démarches et les résultats des tests sont consultables sur « European Journal of Clinical Nutrition » (2012 May ; 66(5) : 585-90 .»
  • Le tanin contenu dans les fruits procure également des actions antidiarrhéiques, astringentes et diurétiques à la personne qui la consomme. Cependant, une personne qui ne souffre pas de diarrhée ne doit pas trop en manger pour éviter la constipation.
  • Stimulantes, ces fruits peuvent renforcer le système immunitaire de l’organisme. On peut le préconiser en cas de grippe, de sensation de froid occasionnée par la fièvre.
  • Fortifiante, la plante peut être une alternative dans les habitudes alimentaires des personnes convalescentes. Effectivement, son fruit convient à tous ceux qui travaillent beaucoup sa faculté mentale et physique, car il prévient la fatigue.
  • Son fruit étanche la soif et apaise les inflammations gastriques.
  • Ses fleurs paraient, selon certaines personnes, raffermir les pores de la peau.
  • Les herboristes emploient les poils du fruit pour vermifuger les ascaris.

Sous quelle forme peut-on l’utiliser ?

La phytothérapie utilise naturellement le cynorrhodon par sa forme naturelle.  On peut utiliser ses fruits pour produire de la confiture, du jus, de la purée ou de la liqueur. Une décoction peut également se faire avec les fruits.

Comment la consommer pour profiter au maximum ses bienfaits thérapeutiques ?

  • Pour profiter de sa teneur élevée en vitamines, l’idéal serait de consommer le cynorrhodon quotidiennement à l’état naturel. Rappelez que les vitamines sont indispensables à notre organisme. Des carences en ces derniers peuvent entraîner des maladies chroniques (pathologie cardiovasculaire, fatigue chronique, stress, dépression…). Attention ! songez tout de même à varier votre habitude alimentaire.
  • En cas de diarrhée, préparez une décoction. Pour commencer la préparation, portez à ébullition 30 à 50 g de ses fruits dans 1 l d’eau pendant 5 min. Ensuite, enlevez-le du feu et laissez infuser pendant 15 min. Filtrez la préparation et buvez-en quand vous avez soif.
  • Les ascaris peuvent être éliminés rien qu’en consommant à jeun le fruit avec du miel. Pour cela, enrober le fruit dans le miel avec une quantité qui vous semble raisonnable.