Chimiothérapie: que faire contre les pertes de mémoire et les dysfonctions cognitives ?

Certaines personnes qui reçoivent une chimiothérapie pour le traitement du cancer présentent des séquelles cognitives suite aux traitements.

Environ le tiers des patients traités pour un cancer à l’aide de médicaments de chimiothérapie se plaignent de problèmes cognitifs à la suite de ces traitements. Ces problèmes prennent généralement la forme de pertes de mémoire, de difficultés d’attention et de concentration, d’une incapacité à réaliser plusieurs tâches simultanément ainsi que de modifications marquées de l’humeur.

Ce phénomène est particulièrement fréquent chez les survivantes du cancer du sein et peut parfois perdurer plusieurs années et entraîner de graves répercussions sur la qualité de vie des personnes touchées. Avec l’amélioration des traitements du cancer et l’augmentation significative du nombre de personnes qui survivent à cette maladie, la dysfonction cognitive qui découle de la chimiothérapie représente donc un effet secondaire sérieux, qu’il est important de mieux comprendre.

Réduction du volume cérébral lors d’une chimiothérapie

Les mécanismes demeurent mal compris. Dans le passé, il était suggéré que ces dysfonctions cognitives étaient associées à des facteurs psychologiques comme la dépression et l’anxiété ou encore à la fatigue physique et mentale qui accompagne souvent les traitements de chimiothérapie. Plusieurs études ont cependant démontré par la suite que les dysfonctions cognitives étaient étroitement corrélées avec une baisse de performance lors de tests neurologiques très précis, indiquant qu’elles étaient véritablement causées par une atteinte cérébrale.

D’ailleurs, des études en résonance magnétique ont révélé que la chimiothérapie peut être associée à une réduction du volume de certaines régions du cerveau impliquées dans les fonctions cognitives (cortex frontal). Les mécanismes impliqués dans cette atteinte demeurent obscurs, mais on soupçonne que les traitements anticancéreux modulent la réponse immunitaire et provoquent la relâche de molécules inflammatoires qui pourraient atteindre le cerveau et altérer sa structure et son fonctionnement.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les dysfonctions cognitives qui peuvent être causées par la chimiothérapie ne doivent cependant pas inciter les patients à éviter ces traitements. En dépit des effets secondaires qui lui sont associés, la chimiothérapie demeure un outil qui est absolument indispensable au traitement d’un grand nombre de cancers et dont l’efficacité permet de sauver d’innombrables vies. Il est donc important de suivre les recommandations des oncologues traitants et d’entreprendre les traitements avec optimisme, tout en demeurant conscient de leurs impacts potentiels sur la qualité de vie.

Quelques solutions pour réduire l’inflammation

Bien qu’il n’y ait pas d’interventions pharmacologiques pour traiter les dysfonctions cognitives liées au traitement du cancer, il est intéressant de noter que certains aspects du mode de vie sont reconnus pour réduire l’inflammation postchimiothérapie et pourraient donc atténuer l’impact sur le cerveau. Des essais cliniques ont clairement démontré que l’exercice physique régulier réduit la production de cytokines inflammatoires, et cette diminution pourrait contribuer à diminuer les dommages aux structures cérébrales causés par l’inflammation. Une alimentation de qualité, riche en végétaux et dépourvue d’aliments industriels riches en sucre et en mauvais gras, exerce également un puissant effet anti-inflammatoire qui peut contribuer à maintenir les molécules inflammatoires à un niveau plus faible, sans répercussions négatives pour le corps. Ces modifications au mode de vie sont d’autant plus importantes qu’elles diminuent le risque de récidive du cancer et sont associées à une meilleure survie des patients.

Source

Ganz P et coll. Relating neuropsychological test performance to cognitive complaints after breast cancer. Journal of the National Cancer Institute