Alzheimer: Un régime riche en végétaux et pauvre en viande réduit le risque

Différentes études et recherches menées sur le lien entre l'alimentation et la maladie d'Alzheimer ont permis d'établir des recommandations pour réduire le risque.

La maladie d’Alzheimer est une maladie dévastatrice qui affecte des millions de personnes dans le monde. Bien qu’il n’existe pas encore de remède, des études récentes suggèrent que l’adoption d’un régime alimentaire à base de plantes, tel que le régime méditerranéen, peut réduire le risque de développer cette maladie. Différentes études et recherches menées sur le lien entre l’alimentation et la maladie d’Alzheimer ont permis d’établir des recommandations pour réduire le risque.

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence, représentant environ 70% de tous les cas. Elle se caractérise par une détérioration progressive des fonctions cognitives, telles que la mémoire, la pensée et le raisonnement. Bien que le vieillissement soit le principal facteur de risque, des études ont montré que des facteurs liés au mode de vie, tels que l’alimentation, peuvent également influencer le développement de la maladie.

Lien entre l’alimentation et la maladie d’Alzheimer

De nombreuses études ont été menées pour déterminer l’impact de l’alimentation sur le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Une revue complète publiée dans The Journal of Alzheimer’s Disease a analysé différentes études observationnelles et écologiques pour évaluer l’effet de différents régimes sur le risque de la maladie.

Les régimes à base de plantes réduisent le risque

Les résultats de cette revue ont montré que les régimes riches en plantes, tels que le régime méditerranéen, étaient les plus efficaces pour réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. En revanche, le régime occidental, riche en viande, en graisses saturées et en aliments ultra-transformés, augmentait le risque de la maladie.

Dans les études écologiques, les chercheurs ont constaté que la consommation de viande était fortement corrélée à une augmentation du nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ils ont conclu que la consommation de viande était le facteur de risque alimentaire le plus important pour la maladie.

Le régime méditerranéen, qui met l’accent sur les fruits, les légumes, les légumineuses, les noix, les céréales complètes et limite la consommation de viande rouge, de graisses saturées et d’aliments ultra-transformés, a réduit le risque de la maladie d’Alzheimer de 46% par rapport au régime occidental. Le régime MIND, une adaptation du régime méditerranéen et du régime DASH, a montré un risque relatif de 47%, tandis que le régime DASH a montré un risque relatif de 61%.

Pourquoi les régimes à base de plantes sont-ils bénéfiques ?

Les régimes riches en aliments d’origine végétale sont connus pour bénéficier au microbiome intestinal. Des études ont montré que les personnes ayant des niveaux élevés de bêta-amyloïde dans leur cerveau, une caractéristique de la maladie d’Alzheimer, avaient également des niveaux élevés de certaines bactéries intestinales associées à l’inflammation cérébrale.

L’inflammation est considérée comme un mécanisme central de la maladie d’Alzheimer. Des recherches suggèrent que l’inflammation contribue à la formation de plaques de bêta-amyloïde et de dégénérescence neurofibrillaire, deux des principaux facteurs de la maladie.

Les régimes riches en aliments d’origine végétale réduisent l’inflammation, ce qui pourrait expliquer les résultats de cette étude. Les légumes verts à feuilles, les fruits et légumes colorés, les légumineuses, les noix, les acides gras oméga-3 et les céréales complètes contiennent des composants anti-inflammatoires et des antioxydants qui pourraient aider à atténuer les facteurs de risque associés à la maladie d’Alzheimer.

Autres facteurs de risque et prévention de la maladie d’Alzheimer

Outre l’alimentation, d’autres facteurs liés au mode de vie peuvent également influencer le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Des études ont montré que le stress, l’anxiété, le manque d’exercice physique et l’absence de stimulation cognitive étaient tous associés à un risque accru de la maladie.

Bien que la maladie d’Alzheimer soit une maladie complexe et multifactorielle, des études récentes ont montré que l’alimentation joue un rôle important dans le développement de la maladie. Les régimes à base de plantes, tels que le régime méditerranéen, ont été associés à une réduction significative du risque de développer la maladie d’Alzheimer, tandis que les régimes riches en viande et en aliments ultra-transformés augmentent le risque.

Il est important de souligner que l’alimentation n’est qu’un des nombreux facteurs qui influencent le risque de la maladie d’Alzheimer. D’autres facteurs liés au mode de vie, tels que l’exercice physique régulier, la stimulation cognitive et la gestion du stress, peuvent également jouer un rôle dans la prévention de la maladie.

Il est recommandé de consulter des professionnels de la santé pour obtenir des conseils personnalisés sur les changements alimentaires et de mode de vie à entreprendre afin de réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. En adoptant une approche globale et holistique de la santé, il est possible de prendre des mesures pour préserver la santé cognitive à long terme.

Diet’s Role in Modifying Risk of Alzheimer’s Disease: History and Present Understanding
https://content.iospress.com/articles/journal-of-alzheimers-disease/jad230418

5/5 - (4 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn