Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Activité physique, Alzheimer et déclin cognitif : une connexion vitale

Une recherche de plus en plus substantielle indique une corrélation entre l'activité physique et le retardement du déclin cognitif, en particulier en ce qui concerne la maladie d'Alzheimer.

Marie Desange

La santé du corps et de l’esprit sont intrinsèquement liées. Une recherche de plus en plus substantielle indique une corrélation entre l’activité physique et le retardement du déclin cognitif, en particulier en ce qui concerne la maladie d’Alzheimer.

L’activité physique en tant que bouclier contre la démence

Une étude suédoise récente, qui a suivi près de 200 femmes sur une période de 44 ans, a démontré que celles qui avaient une activité physique plus élevée à l’âge moyen étaient moins susceptibles de développer une démence plus tard dans la vie. L’étude, qui a été publiée dans la revue Neurology, a révélé que seulement 5% des femmes ayant une haute activité cardiovasculaire à l’âge moyen développaient une démence, contre 25% des femmes ayant une activité cardiovasculaire moyenne et 32% des femmes ayant une faible activité cardiovasculaire.

Ces résultats, qui sont en accord avec ceux d’études antérieures incluant des hommes, suggèrent que l’activité physique peut avoir une influence significative sur la santé cognitive à long terme.

L’activité physique et la maladie d’Alzheimer

Il n’existe pas encore de remède ou de vaccin contre la maladie d’Alzheimer. Cependant, de nouvelles méthodes pour retarder ou atténuer cette maladie continuent d’émerger. L’une de ces méthodes est l’activité physique.

Selon une étude récente, les patients atteints d’une forme rare et héréditaire de la maladie d’Alzheimer qui pratiquaient une activité physique d’au moins 2,5 heures par semaine présentaient de meilleures performances cognitives et moins de signes de la maladie d’Alzheimer que ceux qui ne le faisaient pas. Les chercheurs ont suggéré que les bienfaits de l’activité physique pourraient également s’appliquer à ceux qui sont à haut risque de développer la maladie.

Le rôle de l’activité physique dans le ralentissement du déclin cognitif

Il est bien établi que l’activité physique a de nombreux bienfaits pour la santé, mais son rôle dans le ralentissement du déclin cognitif est de plus en plus reconnu. En effet, certaines études ont même découvert que l’activité physique pourrait être liée à un risque réduit de développer la maladie d’Alzheimer.

Cependant, des questions demeurent. Par exemple, pourrait-il y avoir d’autres facteurs, comme une meilleure alimentation ou un style de vie plus social, qui pourraient être des raisons plus importantes pour les bienfaits observés chez les personnes qui pratiquent plus d’activité physique ?

L’exercice aérobique : la clé du succès ?

Actuellement, le consensus scientifique semble pointer vers l’exercice aérobique comme le type d’activité physique le plus efficace pour ralentir le déclin cognitif. Ceci est particulièrement vrai pour ceux qui sont déjà à haut risque en raison de facteurs tels que le vieillissement, l’altération cognitive et la génétique.

Cependant, il est important de noter que d’autres types d’exercice peuvent également avoir des avantages. En effet, les mécanismes de l’exercice aérobique – où le rythme cardiaque et la respiration sont élevés pendant une période prolongée – semblent correspondre aux avantages observés.

A retenir

Il semble que l’activité physique ait un rôle significatif à jouer dans le ralentissement du déclin cognitif et la prévention de la maladie d’Alzheimer. Que ce soit par le biais d’exercices aérobiques ou d’autres formes d’activité physique, le mouvement semble être un outil essentiel pour maintenir notre santé cognitive à long terme.

Il est toutefois important de souligner que la recherche dans ce domaine est toujours en cours. Il est donc essentiel de continuer à suivre les nouvelles découvertes afin de comprendre au mieux comment nous pouvons utiliser l’activité physique pour soutenir notre santé cognitive.

Mais pour l’instant, une chose est claire : bouger plus pourrait signifier penser plus clairement, plus longtemps. Ce qui est une raison supplémentaire pour intégrer l’activité physique dans notre routine quotidienne, quel que soit notre âge ou notre état de santé actuel.

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi