Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Les signes de la deuxième cause de démence

La démence vasculaire est la deuxième forme la plus fréquente de démence après la maladie d'Alzheimer. Elle représente au moins 20% de tous les cas de démence.

La démence vasculaire est une affection dans laquelle la mémoire, la pensée et le comportement sont affectés par des lésions des vaisseaux sanguins du cerveau. Lorsque l’apport sanguin aux neurones (cellules nerveuses) du cerveau est réduit ou interrompu, ces cellules commencent à mourir faute de nutriments. En conséquence, le tissu cérébral commence à se rétrécir.

La démence vasculaire est la deuxième forme la plus fréquente de démence après la maladie d’Alzheimer. Elle représente au moins 20% de tous les cas de démence. La démence vasculaire peut se produire seule ou en association avec d’autres types de problèmes de mémoire ou de démence.

Symptômes de la démence vasculaire

Les symptômes de la démence vasculaire peuvent commencer par des changements subtils et devenir plus perceptibles avec le temps. Voici quelques symptômes précoces et plus avancés :

Signes précoces

Les premiers signes et symptômes de la démence vasculaire peuvent inclure :

  • Avoir du mal avec des tâches familières qui étaient autrefois faciles.
  • Se perdre sur des itinéraires normalement familiers, comme aller au supermarché ou au travail.
  • Avoir des problèmes de langage, comme trouver les bons mots pour désigner des objets courants.
  • Perdre l’intérêt pour les activités autrefois appréciées.
  • Être moins émotif.
  • Égarer fréquemment des objets.
  • Changements de personnalité, compétences sociales et comportement.

Signes avancés

Les signes et symptômes plus tardifs de la démence vasculaire peuvent inclure :

  • Changements dans les habitudes de sommeil, comme se réveiller souvent la nuit.
  • Difficulté à effectuer des tâches de base comme cuisiner ou conduire.
  • Oublier des événements récents et l’histoire personnelle, ou perdre le sens de son identité.
  • Expérience de fausses croyances (délires), de dépression ou d’agitation.
  • Voir ou entendre des choses qui n’existent pas (hallucinations), se disputer ou se montrer agressif.
  • Plus de difficultés que d’habitude avec la lecture ou l’écriture.
  • Mauvais jugement et incapacité à reconnaître les dangers potentiels.
  • Prononcer ou utiliser des mots de manière incorrecte, ou parler de manière confuse.
  • Se retirer des interactions sociales.
  • Au fur et à mesure que la démence progresse, les symptômes peuvent s’aggraver et la capacité à prendre soin de soi diminue.

Causes de la démence vasculaire

La cause la plus courante de la démence vasculaire est la présence de multiples petits AVC, souvent associés à une hypertension artérielle. Cependant, tout le monde ne développera pas une démence vasculaire après un AVC.
Un AVC se manifeste généralement par des épisodes soudains qui peuvent provoquer des symptômes tels que faiblesse musculaire, lenteur des mouvements, difficultés de parole, dysphagie (difficulté à avaler), marche traînante, réponse réflexe suractivée (réflexes hyperactifs) et réactions spécifiques au niveau des pieds lorsqu’ils sont stimulés. Vous pouvez remarquer ces symptômes physiques au moment où survient un déclin des capacités mentales.

Le risque de démence vasculaire après un AVC dépend de la taille et du nombre d’AVC, ainsi que des parties du cerveau touchées. Une imagerie cérébrale d’une personne atteinte de démence vasculaire peut montrer des parois vasculaires plus épaisses et un amincissement de la substance blanche, un réseau de fibres nerveuses qui envoient des messages à différentes parties du cerveau.

La démence vasculaire peut également être causée par d’autres affections qui réduisent l’apport sanguin et en oxygène au cerveau, telles que la sténose intracrânienne, ou le rétrécissement des artères du cerveau. Des facteurs de risque tels que l’hypertension artérielle, les troubles du rythme cardiaque, le diabète, le syndrome métabolique et le taux élevé de cholestérol peuvent augmenter votre risque de développer une démence vasculaire.

Comment diagnostiquer la démence vasculaire?

Pour déterminer si une personne est atteinte de démence vasculaire, un neurologue (un médecin spécialisé dans les affections affectant le cerveau et la moelle épinière) posera généralement des questions sur les difficultés rencontrées dans les tâches quotidiennes, effectuera des tests pour évaluer la mémoire et les capacités cognitives, et parlera à une personne proche pour comprendre s’il existe des signes de démence. Il examinera également les antécédents médicaux et le mode de vie de la personne.

Des tests sanguins peuvent également être effectués. Ceux-ci comprennent un hémogramme complet, appelé CBC (un panel qui vérifie divers composants du sang), des tests de la fonction thyroïdienne et des taux de vitamine B12.

Le médecin peut également utiliser un questionnaire pour évaluer la dépression. En cas de symptômes neurologiques spécifiques, des tests d’imagerie cérébrale peuvent être réalisés. Par exemple, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) est souvent préférée si la personne présente des signes spécifiques de problèmes cérébraux ou nerveux.

Le diagnostic précis de la démence vasculaire peut être difficile. Il est parfois difficile de standardiser les tests et les évaluations, notamment lorsqu’il existe plusieurs changements ou maladies cérébrales.

Traitements de la démence vasculaire

Bien qu’il n’existe aucun moyen de réparer les lésions cérébrales causées par la démence vasculaire, il est important de gérer les symptômes et de réduire les facteurs de risque pour prévenir la maladie. Voici ce qui peut aider :

  • Mangez des aliments sains faibles en gras saturés et sans gras trans.
  • Limitez la consommation d’alcool à 1 ou 2 verres par jour, voire moins.
  • Contrôlez votre pression artérielle.
  • Maîtrisez votre taux de cholestérol LDL (ou « mauvais » cholestérol).
  • Évitez de fumer.

Votre professionnel de la santé peut également recommander des anticoagulants tels que l’aspirine pour prévenir les caillots sanguins et réduire votre risque d’accident vasculaire cérébral.

Lorsque vous vous occupez d’une personne atteinte de démence à domicile, concentrez-vous sur :

Gérer les changements de comportement continus.
Éliminer les dangers de la maison.
Soutenir les membres de la famille et les autres aidants.
Parfois, des médicaments sont nécessaires pour contrôler les comportements agressifs ou dangereux.

Prévention de la démence vasculaire

Pour les personnes qui présentent déjà des signes précoces de déclin cognitif, des études de recherche suggèrent qu’il existe des méthodes qui peuvent ralentir la progression de la maladie. Ces méthodes comprennent des traitements de prévention des AVC tels que la chirurgie pour débloquer les artères carotides obstruées (qui envoient du sang à votre cerveau), des médicaments pour prévenir les caillots sanguins et une activité physique régulière.

Le risque de développer une démence vasculaire peut souvent être réduit, voire prévenu, en gérant des affections existantes telles que le diabète, l’hypertension artérielle et le taux élevé de cholestérol, ainsi qu’en intégrant des facteurs liés au mode de vie, tels que l’arrêt du tabac. Il est également crucial de gérer correctement d’autres affections telles que la maladie coronarienne et la fibrillation auriculaire (FA). Des études de recherche ont montré que l’utilisation de médicaments pour abaisser la tension artérielle peut réduire votre risque de développer une démence vasculaire.

Conditions connexes

Les conditions ou complications liées à la démence vasculaire peuvent inclure :

  • Délire, paranoïa ou pensées déformées.
  • Pneumonie par aspiration, une affection dans laquelle de la nourriture ou des liquides sont inhalés accidentellement dans les poumons au lieu d’être avalés.
  • Dépression.
  • Antécédents de chutes.
  • Difficultés à marcher.
  • Escarres et ulcères, qui sont particulièrement courants chez les personnes atteintes de diabète de type 2.
  • Hospitalisations récurrentes.

Vivre avec la démence vasculaire

Vivre avec la démence vasculaire présente des défis, mais il y a des raisons de rester optimiste. Les progrès médicaux et les changements de mode de vie proactifs peuvent considérablement améliorer la qualité de vie et peuvent même la prolonger.

La gestion active de la santé cardiaque grâce à une alimentation équilibrée, à l’exercice physique et à des examens médicaux réguliers est important. Rester physiquement et mentalement actif, ainsi que s’engager dans des activités comme la marche, les puzzles et les interactions sociales, peut également avoir un impact positif. Une attention médicale précoce et régulière à tout changement de santé physique ou mentale peut permettre une meilleure gestion de la maladie. Tous ces efforts combinés peuvent faire une différence significative pour ceux qui vivent avec et qui sont à risque de démence vasculaire.
De plus, il est nécessaire de mener davantage de recherches pour examiner les différences dans les manifestations cliniques de la démence chez les personnes de couleur. Cela peut contribuer à remédier aux inégalités dans la recherche.

La démence vasculaire est une affection dans laquelle les lésions des vaisseaux sanguins du cerveau entraînent une altération de la mémoire, de la pensée et du comportement. Elle est la deuxième forme de démence la plus courante après la maladie d’Alzheimer. Les symptômes peuvent varier, mais peuvent inclure des difficultés dans les tâches quotidiennes, des changements de personnalité, des problèmes de sommeil et une détérioration progressive de la fonction cognitive. La démence vasculaire peut être causée par des AVC et d’autres affections qui réduisent le flux sanguin vers le cerveau. Le diagnostic peut être difficile, mais il implique généralement des évaluations cliniques, des tests sanguins et des examens d’imagerie cérébrale. Bien qu’il n’existe pas de traitement curatif pour la démence vasculaire, la gestion des symptômes et la réduction des facteurs de risque peuvent aider à prévenir la progression de la maladie. Une attention médicale précoce et régulière, ainsi qu’un mode de vie sain, peuvent améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de démence vasculaire.

4.2/5 - (5 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi