Qu’est-ce-que la méthode Bonapace ?

la spécificité de la méthode Bonapace

C’est une méthode de préparation à la naissance. Elle sert à contrôler la douleur durant les dernières semaines de la grossesse. Visant aussi à diminuer la douleur pendant l’accouchement, la méthode Bonapace permet de limiter les interventions médicales.

L’objectif de cette approche est d’augmenter les habiletés et les compétences du couple à vivre une période périnatale.

D’où vient cette méthode ?

Julie Bonapace a mis au point la méthode au Québec. C’est un maître en éducation et une médiatrice familiale accréditée. Elle est diplômée en sciences et en travail social. Elle a collaboré avec l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

La méthode Bonapace se base sur plusieurs recherches scientifiques. Plusieurs Centres locaux de services communautaires enseignent la méthode. Ainsi, elle a sa place dans les maternités des hôpitaux du Québec. On utilise conjointement avec elle d’autres méthodes comme la respiration contrôlée.

Actuellement, une formation directe aux intervenants en santé au Québec et en France est offerte par l’organisation Bonapace.

Quelles sont les bénéfices de sa pratique ?

Ces intérêts sont spécifiques pour les femmes qui vont accoucher.

Elle permet de réduire les aspects désagréables et l’intensité de la douleur avant et lors de l’accouchement. Le taux est d’environ 45% de plus que les méthodes classiques. Elle n’a pas d’effets secondaires sur le corps.

Elle aide la future mère à comprendre le rôle de la douleur dans le corps.  Elle aide aussi à saisir les mécanismes de transmission de la douleur et l’utilisation des mécanismes endogènes.

Pratique de la méthode Bonapace

L’initiation à la méthode se fait à deux. Elle est centrée sur le couple.

Une séance dure 2 heures à peu près. On doit pratiquer pendant 4 semaines. Ce sont des formateurs accrédités qui enseignent la méthode. Notamment les infirmières, les massothérapeutes ou les sages-femmes.

Il existe 4 étapes à l’apprentissage de la méthode afin de moduler soi-même la perception de la douleur.

La première est la compréhension du rôle du système nerveux dans la douleur. On comprendra alors sa manifestation durant la grossesse et l’accouchement.

La deuxième est la découverte des mécanismes de déviation de l’attention. Elles permettent une réduction de l’effet de la douleur sur le corps.

La troisième étape consiste à apprendre la technique du massage non douloureux sur les zones douloureuses. Ceci afin de bloquer en partie la transmission du message de douleur au cerveau. Quant à la dernière étape, elle consiste à apprendre la technique de la stimulation douloureuse de certaines zones sensibles du corps. On les appelle également les points gâchettes. Elles correspondent habituellement à des points d’acupuncture. Ainsi, elle va provoquer la production d’endorphines à l’intérieur de l’organisme.

On peut aussi utiliser d’autres moyens comme une chaise de massage. C’est une chaise qui est apparue au début des années 1980.  Elle est spécifiquement conçue pour les massages du dos. Les points gâchettes se situent majoritairement dans le bas du dos. D’où son utilisation.

Cependant, son utilisation est intéressante mais pas indispensable.