Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Pourquoi sécher du linge à l’intérieur pourrait être mauvais pour votre santé

Faire sécher le linge à l'intérieur pourrait présenter des risques pour la santé en augmentant l'humidité, les moisissures et les acariens

Marie Desange

La combinaison d’un temps pluvieux prolongé et de la réduction de l’utilisation des sèche-linge pour réduire les factures d’électricité peut inciter les gens à faire sécher davantage de linge à l’intérieur. Par exemple sur des étendoirs ou en le drapant sur des radiateurs. Mais selon des chercheurs écossais, cela pourrait présenter des risques pour la santé en augmentant l’humidité qui favorise les moisissures et les acariens, ce qui est mauvais pour les personnes sujettes à l’asthme. De plus, si l’intention est peut-être d’économiser de l’énergie et de l’argent, ce n’est pas forcément le résultat, affirment les chercheurs car pour sécher les deux litres que la charge moyenne de linge libère dans l’air, les gens augmentent souvent le chauffage.

Sécher son ligne à l’intérieur augmente des facteurs négatifs pour la santé

En raison d’une sensibilisation accrue à la consommation d’énergie des sèche-linge, de nombreuses personnes choisissent de sécher le linge de manière passive dans leur maison. Cela entraîne non seulement une pénalité énergétique sévère, en raison de la demande accrue de chauffage, mais aussi un risque potentiel pour la santé en raison des niveaux d’humidité plus élevés. Les chercheurs ont examiné les habitudes de lavage des résidents d’un large mélange démographique vivant dans des logements sociaux dans l’ouest de l’Écosse, et ont également effectué une analyse détaillée de la qualité de l’air et de la consommation d’énergie. Ils ont conclu que le séchage du linge à l’intérieur pose des problèmes environnementaux, économiques et sanitaires, et que la tendance à construire des maisons plus petites et plus étanches ne fait qu’empirer les choses.

Dans les pièces mal ventilées, le fait de mettre le linge à sécher sur les radiateurs peut représenter jusqu’à un tiers de l’humidité de l’air et crée des conditions idéales pour le développement des spores de moisissure et des acariens. Ces deux conditions sont des déclencheurs connus de l’asthme. Les chercheurs soulignent également que le séchage en intérieur de vêtements contenant de l’assouplissant est susceptible d’augmenter la quantité de substances chimiques cancérigènes dans l’air.

Recommandations pour bien faire sécher son linge

Le séchage du linge en intérieur entraîne également une augmentation de la consommation d’énergie, car les radiateurs sont souvent allumés pour faciliter le processus de séchage et/ou les fenêtres sont ouvertes. Cela ne fait qu’aggraver la pauvreté énergétique, déjà un problème majeur dans l’ouest de l’Écosse, affirment les chercheurs. L’équipe recommande aux gens de faire sécher leur linge à l’extérieur lorsque c’est possible, ou d’utiliser des sèche-linge à condensation à faible consommation d’énergie. Si vous devez sécher votre linge à l’intérieur, placez-le près d’une fenêtre orientée au sud, afin de profiter de la lumière et de la chaleur naturelles. Une méthode encore meilleure consiste à placer le linge sur un balcon orienté au sud, si vous en avez un.

Modifier les habitats futurs pour prendre en compte ce problème

Les chercheurs suggèrent également que, lors de la création de nouveaux logements, les urbanistes et les constructeurs s’assurent que les plans prévoient des moyens de sécher le linge qui ne contribuent pas à une mauvaise qualité de l’air. Les chercheurs ont publié un guide de conception contenant des suggestions telles que : l’amélioration des balcons et des espaces ensoleillés, la garantie que les nouvelles maisons disposent d’un espace de séchage avec son propre chauffage et sa propre ventilation, des buanderies et des installations de séchage communes, et l’installation d’appareils à faible consommation d’énergie.

L’équipe discute actuellement de ses conclusions avec les autorités chargées du logement social, en vue de l’adoption de ses propositions par les associations de logement qui modernisent le parc existant et construisent de nouveaux logements. Cependant, ils affirment que des changements plus radicaux sont nécessaires, notamment une mise à jour des règlements de construction afin qu’ils s’appliquent à tous les nouveaux logements.

Une telle évolution présenterait de nombreux avantages. En effet, ces recherches justifient fortement les changements, tant en termes de santé et de bien-être que d’impacts économiques associés.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi