Planches Ouija, spiritisme : La science explique cette sensation effrayante

Amateurs de spiritisme et de planches Ouija, vous jouez peut-être à vous faire peur tout seul. En tous les cas, une recherche révèle tous les mécanismes psychologiques responsables de la création de la sensation « paranormale » que procurent souvent les planches Ouija.

Les adeptes du Ouija affirment que la planchette bouge toute seule… mais la science n’est pas de cet avis. Depuis son invention à la fin du 19e siècle, la planche Ouija est devenue un symbole de la culture populaire. La planchette décorée évoque des images d’enfants effrayés veillant tard, de films d’horreur d’Halloween ou de séries télévisées et nouvelles, comme Charmed. Les planches Ouija ont peut-être « hanté » la plupart de nos enfances, mais certaines personnes sont des adeptes du Ouija à l’âge adulte, ce qui est compréhensible. L’attrait d’un appareil censé vous aider à communiquer avec les morts est indéniable.

Cependant, que se passerait-il s’il existait une explication scientifique simple du fonctionnement des planches Ouija ? Des chercheurs dirigés par Marc Andersen de l’université d’Aarhus, au Danemark, ont entrepris de démystifier l’expérience du Ouija.

À l’aide de dispositifs d’oculométrie et d’analyse de données, Andersen et ses collègues ont examiné le comportement de 40 utilisateurs expérimentés de planches Ouija lors d’une conférence sur les planches Ouija. Les conclusions des scientifiques ont été publiées dans la revue Phenomenology and the Cognitive Sciences.

L’utilisation d’oculomètres pour étudier les sentiments « effrayants

Les participants ont été équipés de dispositifs de suivi des yeux afin que les chercheurs puissent étudier leurs mouvements oculaires prédictifs, en grande partie inconscients. En d’autres termes, les chercheurs voulaient voir si les participants avaient d’abord regardé les lettres sur lesquelles ils allaient ensuite déplacer la planchette.

Comme l’expliquent les scientifiques, le sentiment d’autonomie d’une personne, ou le sentiment d’avoir le contrôle de ses actions, découle principalement de la capacité du cerveau à prédire « les conséquences sensorielles d’une action. Puis à comparer cette prédiction avec les conséquences réelles. Lorsque la prédiction et la conséquence correspondent, le résultat est le sentiment que « c’est moi qui l’ai fait ».

Andersen et son équipe ont examiné les mouvements oculaires des participants dans deux conditions différentes : la « condition d’action volontaire » et la « condition Ouija ».

Dans la première condition, les participants, qui travaillaient en binôme,  ont été invités à déplacer la planchette délibérément pour épeler le mot « Baltimore » ou pour indiquer respectivement « Oui » et « Non ». Dans la condition Ouija, les participants ont été invités à utiliser la planchette comme ils le feraient normalement.

Les chercheurs ont ensuite analysé les enregistrements des mouvements oculaires des participants. Lors de l’analyse des données, ils ont examiné à la fois les mouvements oculaires individuels et les mouvements oculaires au niveau de la « paire ». En outre, les chercheurs ont administré des questionnaires aux participants afin de savoir dans quelle mesure ils croyaient aux « capacités » de la planche Ouija, ainsi que leur niveau général de religiosité et de spiritualité.

Un utilisateur de planche Ouija prédit toujours les lettres

Comme prévu, l’analyse des données a révélé que les participants ont effectué davantage de mouvements oculaires prédictifs dans la condition volontaire que dans la condition normale. Comme on pouvait s’y attendre, étant donné les mécanismes sous-jacents, les participants ont déclaré se sentir beaucoup moins en contrôle dans la condition Ouija que dans la condition volontaire.

Cependant, lorsque les chercheurs ont cherché à savoir si au moins un participant de chaque paire faisait un mouvement oculaire prédictif, ils ont trouvé des résultats intéressants.

« Lorsque nous examinons le niveau de la paire, nous constatons que les paires dans la « condition Ouija » prédisent en moyenne les lettres des réponses significatives aussi bien que les individus isolés lorsqu’ils épellent volontairement des réponses dans la « condition d’action volontaire ». »

En d’autres termes, une paire qui déplace la planchette Ouija de manière principalement non délibérée prédit collectivement les lettres aussi bien qu’un individu vu de manière isolée qui déplace la planchette de manière volontaire. Ainsi, lorsque la planche Ouija était utilisée comme d’habitude, au moins un participant savait où allait la planchette.

Cette étude suggère que les sessions réussies de planche Ouija dépendent de manière critique d’une action conjointe. Le sentiment « effrayant » ou « paranormal » qu’induisent les planches Ouija est dû au fait que les participants prédisent à tour de rôle la lettre suivante.

En outre, disent-ils, il semble que les participants à la « condition Ouija » sous-estiment généralement leur propre contribution à l’interaction conjointe.

Enfin, en plus de l’effort commun de prédiction et de la sous-estimation de ses propres mouvements, la croyance dans les capacités de la planche Ouija a également contribué au sentiment « effrayant ». Les participants qui ont déclaré qu’ils pensaient que la planche pouvait faciliter la communication avec les esprits étaient plus susceptibles de signaler que la planchette avait bougé toute seule.

Source

https://link.springer.com/article/10.1007/s11097-018-9585-8#Fig3