Pilule et cancer du sein : une augmentation des risques

La pilule, ou contraception hormonale, peut augmenter le risque de développer un cancer du sein

La pilule, ou contraception hormonale, peut augmenter le risque de développer un cancer du sein. Cela peut varier en fonction du type de contraception utilisé. Comme souvent, il faut peser le pour et le contre. Par exemple, la contraception hormonale peut prévenir les grossesses non désirées et protéger contre d’autres cancers.

Il semble y avoir un lien entre la contraception hormonale et une légère augmentation du risque de cancer du sein. Cela peut s’expliquer par le fait que les contraceptifs oraux utilisent des hormones pour empêcher les personnes de tomber enceintes, ce qui peut surstimuler les cellules mammaires et augmenter le risque de cancer du sein.

Cependant, il existe d’autres types de contrôle des naissances que la contraception hormonale. Une femme peut prévenir les grossesses non désirées sans augmenter son risque de cancer du sein.
Cela dit, la contraception hormonale peut présenter certains avantages pour la santé, comme une réduction du risque de kystes ovariens et d’autres types de cancer.

Cet article examine les liens entre la pilule et le cancer du sein. Il expliquera également les différents aspects de la contraception hormonale et fournira quelques alternatives à la contraception hormonale pour les personnes inquiètes de ses risques. Il fournit également des informations sur d’autres facteurs de risque du cancer du sein.

La pilule augmente le risque de cancer du sein dans quelle proportion?

Selon une étude de 2017, la contraception hormonale peut légèrement augmenter le risque de cancer du sein chez une personne. L’étude a porté sur 1,8 million de femmes au Danemark, âgées de 15 à 49 ans. Les femmmes n’avaient pas eu de cancer ni reçu de traitement de fertilité. Les chercheurs ont révélé que les participantes utilisant une contraception hormonale avaient un risque légèrement plus élevé de développer un cancer du sein que celles qui n’en utilisaient pas. Cela signifie qu’environ 1 participante sur 7 690 a développé un cancer du sein. Cependant, les chercheurs ont noté que d’autres facteurs, dont l’âge, peuvent affecter le risque de développer un cancer du sein.

Les participantes âgées de moins de 35 ans avaient un risque plus faible de développer un cancer du sein. Parmi les femmes qui avaient utilisé une contraception hormonale pendant un an, seule une participante sur 50 000 a développé un cancer du sein. Lorsqu’une femme cesse de prendre une contraception hormonale, son risque de cancer du sein semble revenir à la normale après environ 5 ans.

Dans l’ensemble, le risque de cancer du sein était plus élevé chez les femmes qui utilisent actuellement ou ont récemment utilisé des contraceptifs hormonaux contemporains que chez celles qui n’ont jamais utilisé de contraceptifs hormonaux. Ce risque augmente avec la durée d’utilisation.

Pilule triphasique: plus à risque

La pilule triphasique est un type de pilule multiphasique. Elle modifie la dose d’hormones trois fois en fonction du cycle de la personne. Les pilules monophasiques, en revanche, utilisent la même quantité d’hormones pendant tout le cycle. Une étude de 2010 a suivi 116 000 infirmières âgées de 24 à 43 ans. L’étude a débuté en 1989. Elle a révélé une légère augmentation du risque de cancer du sein. Ce risque concernait principalement les personnes prenant la pilule triphasée. Une autre étude, datant cette fois de 2014, a soutenu un lien entre la pilule triphasique et un risque élevé de cancer du sein.

Les pilules triphasiques sont toujours disponibles, mais elles sont tombées en disgrâce ces dernières années. Les personnes qui utilisent ces pilules devraient parler avec un médecin si elles ont des inquiétudes quant à leur risque de cancer.

Une femme atteinte d’un cancer du sein peut-elle utiliser un moyen de contraception ?

Les personnes atteintes d’un cancer du sein peuvent souhaiter éviter d’utiliser des pilules contraceptives ou des dispositifs intra-utérins (DIU) hormonaux. En effet, ces méthodes peuvent affecter la croissance des cellules tumorales chez les personnes atteintes de cancers hormono-sensibles, comme le cancer du sein. Cependant, il existe de nombreuses alternatives non hormonales qu’une personne atteinte d’un cancer du sein peut utiliser.

Options alternatives à la pilule

Si une femme est préoccupée par le risque légèrement élevé de cancer du sein associé à la contraception hormonale ou si elle doit l’éviter parce qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, elle peut envisager les options suivantes :

Les méthodes de barrière

Une alternative sûre à la contraception hormonale pourrait être l’une des nombreuses formes de méthode de barrière, notamment :
– les préservatifs
– diaphragme
– spermicide
– DIU non hormonal : Un stérilet non hormonal peut aider une femme à éviter une grossesse sans augmenter le risque de cancer du sein.
– La chirurgie contraceptive permanente : Si une femme est sûre de ne pas vouloir avoir d’enfants, elle peut explorer les options chirurgicales permanentes qui sont disponibles pour ceux qui cherchent des alternatives aux formes plus temporaires de contrôle des naissances. De la même façon, un homme peut envisager une vasectomie.

Certaines formes de contrôle des naissances peuvent effectivement réduire le risque de certains cancers chez les femmes. Par exemple, une revue systématique de 2013 a révélé que la contraception orale peut réduire le risque d’une personne de :

– de cancer de l’ovaire
– cancer de l’endomètre
– cancer du côlon
Par conséquent, le risque global de cancer peut être plus faible chez les personnes qui prennent une contraception hormonale, malgré le risque légèrement accru de cancer du sein qu’elle peut entraîner.

Les avantages de la pilule pour la santé

Les contraceptifs oraux peuvent également présenter d’autres avantages pour la santé, notamment:

– un cycle menstruel plus régulier
– une réduction des symptômes du syndrome prémenstruel
– une réduction du risque de kystes ovariens
– une réduction des symptômes de l’endométriose
– une réduction des symptômes de la périménopause
– une amélioration possible de l’acné

 

Facteurs de risque du cancer du sein

Voici quelques facteurs qui augmentent le risque de cancer du sein :

– Les risques héréditaires : Les risques liés aux antécédents familiaux comprennent les mutations des gènes BRCA1 ou BRCA2.
– L’âge avancé : L’âge est le principal facteur de risque du cancer du sein. Le risque augmente avec l’avancée en âge.
– Antécédents personnels de cancer du sein et de traitement du cancer du sein : Une personne peut être plus exposée au risque de cancer du sein si elle a déjà eu :
un cancer du sein invasif
un carcinome canalaire in situ
un carcinome lobulaire in situ
une maladie bénigne du sein
une radiothérapie à la poitrine ou au sein
– les médicaments pour la ménopause : Une femme qui utilise un traitement hormonal substitutif pour les symptômes de la ménopause peut avoir un risque légèrement plus élevé de développer un cancer du sein.

Prévention du cancer du sein

Les femmes peuvent prendre certaines mesures pour prévenir les facteurs de risque généraux du cancer, comme :

– arrêter de fumer, le cas échéant
– maintenir un poids modéré
– faire de l’exercice régulièrement, si possible
– suivre un régime alimentaire sain

Pas simple de choisir donc entre les bénéfices et les risques de la pilule. Reste que pour les femmes présentant un risque plus élevé de cancer du sein et celles qui ont déjà un cancer du sein ou qui s’en sont déjà remises peuvent utiliser des méthodes de contraception non hormonales, telles que des méthodes de barrière, des stérilets non hormonaux ou des options permanentes comme la chirurgie.

sources

Beaber, E. F., et al. (2014). Recent oral contraceptive use by formulation and breast cancer risk among women 20 to 49 years of age [Abstract].

Do hormonal contraceptives increase breast cancer risk? (2017).

Gierisch, J. M., et al. (2013). Oral contraceptive use and risk of breast, cervical, colorectal, and endometrial cancers: A systematic review [Abstract].

Hormonal contraception and the risk of breast cancer. (2018).

Hunter, D. J., et al. (2010). Oral contraceptive use and breast cancer: A prospective study of young women [Abstract].

Mørch, L. S., et al. (2017). Contemporary hormonal contraception and the risk of breast cancer.

Nathan-Garner, L., et al. (2016) The pill and cancer: Is there a link?

Pernambuco-Holsten, C. (2018). Birth control and cancer risk: 6 things you should know.

 

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -