Le NADH : de l’énergie à l’état pur, effet garanti

5612

Fatigue chronique, dépression, baisse de libido, baisse des performances, épuisement du cœur, baisse de la vue, libido en berne, etc..et si vous manquiez d’hydrogène ? Oui, l’hydrogène biologique est la base de l’énergie qui alimente toutes nos cellules. Le corps en a besoin et en manque. Le NADH, étudié depuis plus de 20 ans par le Pr Birkmayer de l’Université de Vienne, est un concentré d’énergie pour nos cellules et nos organes. Un coup de fouet naturel sans équivalent et une panoplie de bénéfices pour la santé.

Le professeur Georg Birkmayer, médecin, chercheur et professeur de biochimie à l’université de Vienne est le premier à avoir identifié l’importance du NADH dans le développement cellulaire et la transmission d’énergie dans toutes les fonctions et organes de l’organisme. Il travaillait dessus avec son père lorsque celui-ci mettait au point le L-Dopa, le médicament utilisé à l’heure actuelle pour stabiliser les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Le NADH est la forme stabilisée de l’hydrogène biologique (en langage chimique, il s’appelle l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide) qui réagit avec l’oxygène dans chaque cellule et génère l’énergie nécessaire au quotidien. L’hydrogène biologique est l’essence même de notre énergie vitale. Plus une cellule dispose de NADH, plus elle peut produire de l’énergie, mieux elle fonctionne, et plus la cellule vit longtemps (et tout l’organisme).

Le NADH est contenu dans nos aliments, nous n’en absorbons que des quantités insignifiantes dans notre alimentation. Une grande partie de NADH est détruite durant la cuisson des aliments. Même si notre alimentation était essentiellement composée de viande crue et de poisson cru, cela n’améliorerait en rien la situation, étant donné que le NADH est détruit en quelques secondes par le milieu acide généré par les sucs gastriques dans l’estomac.

La découverte du Pr Birkmayer est que nous pouvons augmenter les niveaux d’énergie dans nos cellules. Par conséquent, les cellules sont en mesure de produire tous les composants essentiels à la vie dans de plus grandes quantités, permettant ainsi un meilleur fonctionnement de l’organisme, tout en prolongeant la durée de vie.

La quantité de NADH contenu dans une cellule dépend du niveau d’énergie requis par la cellule. Parmi tous nos organes, le cœur et le cerveau sont ceux qui exigent le plus d’énergie; ils sont ainsi ceux qui bénéficient le plus d’un apport supplémentaire en NADH. Tous les autres organes, particulièrement les poumons, le foie et les reins reçoivent aussi une grande quantité de NADH. L’hydrogène biologique est le combustible pour la production cellulaire d’énergie et l’apport de complément alimentaire permet d’amener plus d’énergie à l’organisme.

Le NADH sur tous les fronts

Le NADH remplit plusieurs fonctions physiologiques dans notre organisme. Plus d’un millier de processus métaboliques sont catalysés par le NADH.  Il est acquis qu’il a un champ d’intervention physiologique très large, en effet :

– Il augmente l’énergie dans les cellules du cœur et du cerveau

– il répare l’ADN altéré et régénère les cellules endommagées

– il est l’un des antioxydants les plus puissants

– Il  baisse le taux de cholestérol et la tension artérielle élevée

– il renforce le système immunitaire

– Il stimule la production de dopamine et de sérotonine

Plusieurs bénéfices santé

Une montagne d’études (dont les plus significatives figurent en bas de l’article) ont permis de démontrer le bénéfice pour la santé du NADH afin de lutter contre plusieurs maladies. En voici quelques-uns :

Syndrome de fatigue chronique (SFC) diminution de la fatigue chez 82% des personnes

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) se définit par un épuisement extrême et une incapacité à travailler. Cette maladie est caractérisée par différents symptômes et maux qui n’ont pas nécessairement de relation entre eux. Quelques centaines de milliers de personnes souffrent du SFC à travers le monde.

Le NADH augmente la production d’ATP dans les cellules. Une étude a été réalisée auprès de patients atteints de SFC, en double aveugle, contrôlée versus placebo à L’Université de Georgetown, Washington D.C. Des patients souffrant de SFC ont reçu soit 2 comprimés de NADH (un total de 10 mg) par jour soit un placébo pendant 4 semaines. Le résultat a montré que 31% des patients ont observé une amélioration de leurs symptômes après 4 semaines de traitement. Après 6 mois de complément alimentaire en NADH, 82% des patients ont indiqué un soulagement de leurs symptômes.

Dépression une amélioration en 5 jours

La dépression est la maladie du système nerveux la plus fréquente. Dans le monde, le nombre de personnes souffrant de cette maladie s’élève à 340 millions, et l’impact est en croissance considérable. La dépression est en train de devenir une épidémie générale. Les dommages économiques causés par les maladies dépressives ont été estimés à 40-70 mil- liards aux Etats-Unis. Le soit disant «syndrome du burn-out», surmenage est un autre terme pour une dépression causée par un épuisement physique et mental.

Le NADH stimule la biosynthèse de neurotransmetteurs. Etant donné que les personnes en dépression ont un déficit en noradrénaline, en dopamine et en sérotonine dans le cerveau, le NADH va naturellement stimuler la sécrétion de ces neurotransmetteurs.

De 1990 à 1992, 205 patients en dépression ont été traités dans notre clinique à Vienne en étude clinique ouverte. Les patients ont reçu du NADH (10 mg par jour) soit en intraveineuse, soit en intramusculaire, soit sous forme de comprimé pendant une période de 6 mois. A la fin de l’étude, 93% des patients ont remarqué une amélioration de leurs symptômes (jusqu’à 44% sur l’échelle de dépression de Hamilton). Certains patients ont observé une élimination de leur mauvaise humeur en seulement 5 jours de traitement au

Ménopause : baisse des symptômes, augmentation de la libido

Lors de la ménopause, la formation dans les glandes reproductrices des hormones sexuelles, en particulier l’œstrogène diminue. La chute du taux d’œstrogène peut provoquer certains des symptômes désagréables qui nuisent à la qualité de vie.

En se reposant sur ces considérations, une étude a été faite en Autriche et en Suisse auprès de 49 femmes, âgées de 45 à 65 ans, présentant les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, épuisement, troubles du sommeil, sautes d’humeur). Elles ont reçu du NADH (10 mg par jour) pendant 3 mois. Les symptômes ont diminué chez toutes les femmes, notamment en ce qui concerne l’intensité des bouffées de chaleur, les humeurs dépressives, les troubles du sommeil, le dynamisme et la nervosité. Ces découvertes ont été confirmées par une autre étude menée par un gynécologue en Autriche auprès de femmes présentant des symptômes de la ménopause. Il a traité ses patientes avec des comprimés de NADH pendant 1 mois. La plupart des femmes ont rapporté une hausse de la libido.

Parkinson : baisse des tremblements et regain de mobilité

La maladie de Parkinson est caractérisée par 3 symptômes clés: le tremblement, la rigidité et l’akinésie (immobilité). C’est en 1987 que le Professeur Walter Birkmayer utilise pour la première fois le NADH en perfusion, sur un patient souffrant de la maladie de Parkinson. Il pouvait à peine se lever de son siège et ne se déplaçait qu’en faisant de petits pas indécis et trébuchants. Après la perfusion de NADH, il s’est élancé de son siège pour marcher normalement. En 1 an, 480 patients prenaient des comprimés de NADH. 85% d’entre eux ont constaté une amélioration de leur handicap entre 10 et 60% en seulement 2 à 4 semaines de traitement.

Glaucome et de dégénérescence maculaire : revoir (presque) comme avant

Les effets positifs du NADH en cas de problèmes ophtalmologiques ont été démontrés par le Dr Marion UHLIG et le Prof. Dr. Manfred Krauß dans le cadre d’une observation appliquée. Ces patients souffraient d’une augmentation de la pression oculaire (glaucome) avec ou sans affection des pupilles et / ou du champ visuel. Par ailleurs, la présence de facteurs de risque de glaucome avait été observée dans une zone vasculaire et neurovasculaire périphérique.

Après 4 semaines d’administration du NADH, il a été observé chez tous les patients une réduction de la pression oculaire et un retour à un niveau normal. Par ailleurs, 90% des patients ont vu leurs facultés visuelles s’améliorer. Des améliorations du champ visuel

de l’ordre de 70% ont été constatées pour des cas de DM intermédiaire profonde, ainsi que pour des cas de Pattern Standard Deviation (PSD). La vision crépusculaire a changé pour atteindre les 100% chez tous les patients. Une sensibilité à l’éblouissement considérablement réduite a été observée chez 80% des patients. Il a été constaté, chez tous les patients, une réduction nette des temps de réaction aux stimuli présentés.

Quand on est en bonne santé : dynamisme, endurance, libido, énergie

Une étude a été effectuée auprès de cyclistes de haut niveau, en collaboration avec une université. Les cyclistes ont pris10 mg de NADH par jour pendant 1 mois. Les paramètres spécifiques de performance – capacité vitale, consommation en oxygène, niveaux de lactate sanguin, et le temps de réaction – ont été mesurés avant et après le mois de prise de NADH. Il a été constaté que la consommation d’oxygène est plus rapide et plus importante, les niveaux de lactate ont chuté et, le temps de réaction était considérable- ment réduit par rapport au début de l’étude.

Une étude ultérieure a été faite par Dr. Bill Misner, le coach de plusieurs athlètes américains de haut niveau. Il leur a fait prendre une dose de 10 mg de NADH par jour pendant 60 jours. Tous les athlètes ont amélioré leur performance aussi bien au sprint qu’en endurance. Dans le but de confirmer ces premiers résultats, une étude a été menée à bien par le département de la médecine du sport à l’université de Freiburg en Allemagne. Ce fut une étude croisée en double aveugle, versus placebo. Un groupe d’athlètes très bien entraînés ont pris 3 comprimés de NADH (chaque comprimé de 10 mg) par jour pendant 4 semaines.

Les paramètres suivants ont été observés: capacité aérobie maximale, consommation d’oxygène, concentration de dioxyde de carbone rejeté, niveaux de lactate sanguin et de catécholamine dans le sang. Les mesures ont été prises avant et après la période de traitement.

Au jour le jour, la prise de NADH apporte un regain d’énergie net. 20 minutes après la prise, on ressent les effets dynamisants. La fatigue s’estompe et la vitalité reprend le dessus.  Le renforcement net de l’activité physiologique est  palpable… notamment sur la libido. Mais ca c’est en plus au regard des bénéfices pour la santé en générale.

Attention : des contrefaçons du NADH pullulent sur internet. Il n’y a que les produits commercialisés sous l’étiquette : Prof George Birkmayer qui puissent assurer les bénéfices santé évoqués. La raison est simple, il lui a fallu  20 ans pour arriver à stabiliser le NADH dans des comprimés avec un titrage en principe actif suffisant. Les contrefaçons sont soit trop faibles en titrage, donc rien ne se passe,  soit le principe actif n’est pas protégé et se désintègre dans l’estomac.

viber-image

Pour information et commande :
Nativ Delicatessen

Tel : Alexandre Grauer, distributeur exclusif en France :  0683858788

(Disponibilité: 14h/19h tous les jours sauf dimanche.)

 

Titres et distinctions du Professeur George D. Birkmayer,

MD/PhD est né le 30 Janvier 1941 à Vienne, Autriche Fils du professeur Walter Birkmayer, MD (a découvert la thérapie L-DOPA pour la maladie de Parkinson) 1968 PhD en biochimie, Université de Vienne, Autriche 1970-1973 Post Doc. Membre du Département de biologie cellulaire, Université de Munich. 1973 Pro- fesseur agrégé de biologie cellulaire,

Université de Munich. 1974 Chargé de recherche avec le professeur Bishop, Département de microbiologie, Université de Californie, San Francisco. 1976 Conférencier invité aux universités de New York, Philadelphie et Montréal. 1979 Diplôme en Médecine de l’Université de Munich. 1988 Professeur de chimie médicale, Université de Graz, Autriche.

Note importante :

Tout ce qui est écrit dans cet article est appuyé sur des publications scientifiques publiées dans des journaux internationaux. Pour les plus soucieux de la qualité de l’information, voici quelques-unes de ces études (il y en a bien d’autres) :

  1. A) Actions of  NADH
  1. “NADH-supplementation decreased  pinacidil-primed I K(ATP)  in

  ventricular  cardiomyocytes by  increasing  intracellular ATP”  

        Pelzmann B, Hallström S, Schaffer P, Lang P,Nadlinger K, Birkmayer GD,  

        Vrecko C, Reibnegger G and Koidl B.  Brit. J. Pharm. 2003 139, 749-754.

  1. “The Reduced Coenzyme Nicotinamide Adenine Dinucleotide (NADH) repairs DNA damage of PC12 cells  induced by doxorubicin” 

      Zhang JR, Vrecko K,  Nadlinger K,  Storga D, Birkmayer GD,  Reibnegger G  

      J.Tumor  Marker Oncol. 1998; 13, 5-17.

  1. “X-ray induced LO2 cells damage rescued by new antioxidant NADH “,  

  Fa-Quan L, Zhang JR. World J. Gastorenterol. 2003, 9(8): 1781-1785.

  1. “The Reduced Coenzyme Nicotinamide Adenine Dinucleotide (NADH)                     

        rescues  PC 12 cells from Apoptosis”  

         Zhang JR,.Vrecko K,.Nadlinger K.. Storga D,.Birkmayer GD,                       

         Reibnegger G,J.Tumor Marker Oncol.   1998;   13(3): 11-24.

  1. “The Cytoprotection of Nicotinamide Adenine Dinucleotide (NADH) by the

       Mitochondrial Regulation Mechanism”

       Meng X, hang JR, Hui SSC, J. Tumor Marker Oncol. 1998; 17: 167 – 174.

  1. « The antioxidative capacity of  ENADA®-NADH  in humans” 

        Reibnegger G, Greilberger J, Juergens G. and Oettl K.                                                       

        J.Tumor Marker Oncol. 2003;  18, 37-41.

  1. “Oral NADH effects blood pressure,lipid peroxidation and lipid profile in 

         spontaneously hypertensive rats.”

         Busheri N,Taylor J,Lieberman S,Mirdamadi-Zonosi N, Birkmayer G,           

         Preuss HG,  Geriat.Nephrol.Urol. 1998;  18(2) 95-100.

  1. „Influence of reduced Nicotinamide Adenine Dinucleotide (NADH) on the

        production of  Interleukin-6  by  peripheral human blood leucocytes”

        Nadlinger K, Birkmayer J,  Gebauer F , Kunze R, 

        Neuroimmunomodulation,   2002; 9: 203 – 208.

  1. “NADH stimulates endogenous dopamine biosynthesis by enhancing the  

        recycling of tetrahydrobiopterin in rat phaechromocytoma  cells.” 

        Vrecko K, Storga D, Birkmayer GD, Möller R, Tarfeit E, Horejsi R, 

 Reibnegger G, Biochimica et Biophysica Acta  1997; 1361: 59-65.          

  1. ”Effects of acute and chronic NADH Administration on Peripheral and

        Central  Norepinenphrine and Dopamine Synthesis in the Rat.” 

        Gardier AM Birkmayer Institute for Parkinson Therapy,

        Internal Lab Report No. 94070401.

  1. “NADH:sensor of blood flow in brain, muscle and other tissues” 

          Ido Y.,Chang K,Woosley TA Willimanson JR FASEB, 2001; 15: 1419- 1421.

  1. “Reduced nicotinamide nucleotides prevent nitration  of  tyrosine  

          hydroxylase by  peroxinitrite.”

   Kuhn DM, Geddes TJ.  Brain Research 2002; 933: 85-89.

  1. “NAD+ dependent repair of damaged DNA by human cell extracts.”

   Satoh MS, Pirier GG, Lindahl T. Biol. Chem. 1993; 268; 8: 5480-5487.

(C)   Applications and  Beneficial Effects  of  NADH

Parkinson’s  Disease:

  1. “Nicotinamide adenine dinucleotide (NADH) – a new therapeutic approach   

         to Parkinson’s disease: Comparison of oral and parenteral application”

        Birkmayer JGD, Vrecko C, Volc D, Birkmayer W,

        Acta Neurol Scand. 1993;  87: 32-35.

  1. “Stimulation of the endogenous L-dopa biosynthesis – a new principle for   the therapy of Parkinson’s disease: the clinical effect of nicotinamide adenine dinucleotide (NADH) and nicotinamide adenine dinucleotidephosphate (NADPH)”    

      Birkmayer JGD, Birkmayer W. Acta Neurol Scan. 1989; 126:183-187.

  1. “Stimulation of dopamine biosynthesis in culture  PC12

      pheochromocytoma  cells by the coenzyme nicotinamide adenine

      dinucleotide (NADH)”

       Vrecko K,Birkmayer JGD, Krainz J. J.Neural.Transm. 1993; 5: 147-156.

Depression

  1. “ The reduced nicotinamide adenine dinucleotide (NADH) as biological

          antidepressive agent. Experience with 205 patients”

          Birkmayer JGD, Birkmayer W, New trends in Clinical Neuropharmacology

          1991; 5: 75-86.

  1. “ Antidepressant-like effect of nicotinamide  adenine dinucleotide in the 

          forced  swim test in rats.”

          Rex A, Schickert R, Fink H Pharmacology,  Biochemistry and Behaviour 2004;

          77: 303-307.

Chronic Fatigue

  1. “The therapeutic effect of NADH in patients with Chronic Fatigue

         Syndrome”

          Forsyth L,Preuss. H,Carneiro ML, Chiazze R, Birkmayer GD, Bellanti J;  

          Ann.Allergy Asthma and Immunol., 199.9; 82: 185-191.

  1. “Functional Herbal Medicines & Dietary Supplements”

         Mertens G, Nicholas Hall & Company, 2000; S.17-23.

  1. “Die Wirkung von oralem NADH bei Symptomen des  Chronischen 

        Müdigkeitssyndroms“

        Birkmayer JGD, Journal Orthomolekulare Medizin, 1999; 2: 107-116.

  1. “ NADH improves symptoms of patients with chronic fatigue syndrome”

          Birkmayer JGD, The Original Internist; 1999; 6: 6-8.

Physical and mental Performance

  1. „Einfluss einer NADH Supplementation auf die muskuläre

        Energiebereitstellung  beim  Menschen”

       „Influence of NADH supplementation for  the muscular energy supply in

         humans“ 

        Grathwohl D, Klann M, Müller HM, Schlachter H und Berg A.

        Deutsche Zeitschrift für Sportmedizin, 11/2000.

  1. “ENADAlert® improves physical and mental performance in highly

  conditioned   athletes”

       Birkmayer GD  and Nadlinger K. J. Tum.Marker Oncol.  2003; 18: 51-55.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here