Science

« Momie »: L’étrange histoire des morceaux de momies comme médicaments

Une pratique médicale troublante dans le passé consistait à prescrire de la poudre de momie pour la santé.

Certains aspects de l’histoire de la médecine peuvent aujourd’hui sembler choquants et répugnants, mais les prendre en compte, c’est prendre en compte l’évolution de l’attitude des sociétés à l’égard de la santé et de la maladie et des personnes qui peuvent bénéficier des soins de santé.

Dans leur recherche de meilleurs moyens de soigner le corps humain, les médecins ont essayé, au cours de l’histoire, des méthodes bizarres et, selon les normes modernes, souvent inquiétantes et contraires à l’éthique. L’une des plus troublantes est la pratique consistant à prescrire de la poudre de momie pour la santé.

À l’heure actuelle, alors que nous recherchons des voies de bien-être adaptées à nos besoins et à nos modes de vie, nous tombons souvent sur des pratiques qui semblent au mieux bizarres et au pire carrément dangereuses. Et si le territoire du « bien-être » du XXIe siècle peut parfois s’avérer étrange, voire déstabilisant, il n’est pas étonnant que les pratiques médicales d’il y a des centaines d’années soient étranges à envisager.

La trépanation, qui consistait à percer le crâne pour soulager la migraine ou « libérer les démons », était un précurseur grossier de la neurochirurgie moderne.
Mais le crépuscule des soins médicaux présente des pratiques encore plus effrayantes. L’une d’entre elles consiste à ingérer de la momie, de la poudre de momie ou d’autres restes humains au nom de la santé. Voici quand, comment et pourquoi les guérisseurs ont pensé que prescrire de la poudre de momie serait une bonne idée.

Un liquide de carcasses

La pratique consistant à prescrire des restes humains ou leurs sous-produits pour la guérison remonte à des centaines d’années. Certains des plus importants ancêtres de la médecine, Galien et Paracelse, préconisaient l’utilisation médicinale des restes humains.

Galien, médecin et philosophe romain qui a vécu au deuxième siècle, « admet l’effet curatif sur l’épilepsie et l’arthrite d’un élixir d’os humains brûlés ».
Et Paracelse, alchimiste et médecin suisse qui a vécu de 1493 à 1541, « observe que le corps de l’homme est le plus noble des remèdes pour l’homme et promeut le pouvoir médicinal de la momie, du sang humain, de la graisse, de la moelle, du fumier et du crâne dans le traitement de nombreuses affections ». Entre le 12e et le 17e siècle au moins et bien au-delà du 18e siècle, la momie était largement utilisée comme médicament dans les pays européens.

Mais qu’est-ce que la « momie » dans le langage médical de l’époque ?

Dans les premiers écrits médicaux du Moyen-Orient, le mot, ou plutôt sa variante, mumiya, désignait une poix minérale naturelle. Toutefois, avec le temps, il a pris une série de significations différentes pour les penseurs et les médecins d’Europe. Selon un traité pharmaceutique du 18e siècle rédigé par le Dr Robert James, le terme pouvait désigner diverses substances extraites de restes humains embaumés :

« Sous le nom de momie sont comprises, premièrement, la momie des Arabes, qui est un liquide, ou une liqueur concrétionnée, obtenue dans les sépulcres, par exsudation des carcasses embaumées avec de l’aloès, de la myrrhe, et du belsam. […] La seconde sorte de momie est l’égyptienne, qui est une liqueur de carcasses, assaisonnée de pissasphaltus. Une troisième substance, qui porte le nom de momie, est une carcasse torréfiée sous le sable, par la chaleur du soleil : mais on en rencontre rarement dans notre pays. » Le Dr James a également décrit le produit final comme une « surface résineuse, dure, noire et brillante, d’un goût quelque peu âcre et amer, et d’une odeur parfumée ». Cependant, toutes les substances de momie ne sont pas égales, comme le suggère la description fleurie du Dr James. Parfois, le mot faisait référence à un liquide résineux qui se serait échappé des cadavres : la « liqueur concrétionnée ».

D’autres fois, il désignait la « poudre de momie », des os et autres restes finement broyés, ou « une carcasse torréfiée sous le sable », comme il le dit dans le traité. Dans d’autres cas, la momie désigne le bitume, une substance utilisée par les anciens Égyptiens pour l’embaumement, ce que le Dr James appelle « pissasphaltus ».

La momie et les autres restes comme panacée

Le Dr James a également expliqué quels types d’affections la momie pouvait traiter. Il énumère ses diverses utilisations comme suit :

– fluidifiant sanguin – « La momie résout le sang coagulé. »
– un analgésique – « on dit qu’elle est efficace pour purger la tête, contre les douleurs de la rate ».
– un antitussif – « efficace contre […] la toux ».
– un anti-inflammatoire – « efficace contre […] l’inflation du corps ».
– une aide menstruelle – « efficace contre […] les obstructions des menstruations ».
– un moyen de favoriser la cicatrisation des plaies – « utile pour consolider les plaies ».

Comme l’explique un article paru dans The Lancet, certains médecins des XVIe et XVIIe siècles étaient particulièrement préoccupés par le fait que de nombreux médicaments à base de momie n’étaient pas les vrais, c’est-à-dire qu’ils n’étaient pas extraits de vraies momies égyptiennes, mais des contrefaçons obtenues à partir de criminels exécutés plus récemment. En 1585, Ambroise Paré, chirurgien royal français, se plaignait de la contrefaçon de momies : « Nous sommes … obligés, à la fois sottement et cruellement, de dévorer les particules mutilées et putrides des plus basses gens d’Égypte, ou de ceux qui sont pendus ».

Une pratique controversée

Les Romains de l’Antiquité croyaient que « le sang bu chaud des blessures d’un gladiateur pouvait guérir l’épilepsie. Comme la plupart des gladiateurs étaient des esclaves, l’idée de boire leur sang souligne l’ampleur du fossé social : Ceux qui n’avaient pas de droits civiques offraient à la fois un divertissement horrible dans l’arène et un ingrédient médicinal qui aurait autrement été interdit.

Plus tard, aux XVIe et XVIIe siècles, les apothicaires et les médecins ou plutôt pouvaient voler les crops frais et non réclamés des criminels exécutés, et certains de ces corps pouvaient devenir la source d’extraits médicinaux.

Pendant longtemps, les accusations de « cannibalisme » ont été utilisées comme une injure efficace contre les peuples tribaux des Amériques et de l’Australasie. Pourtant, pendant des siècles, les Européens n’ont eu aucun scrupule à consommer des restes humains pour leur santé, surtout si ces restes provenaient de tombes anciennes du Moyen-Orient.

Si cette pratique a commencé à s’éteindre au XVIIIe siècle, les momies égyptiennes sont restées au centre d’un intense commerce européen pendant une centaine d’années encore. Car le brun de momie, un pigment obtenu à partir de restes momifiés, continuait d’être populaire auprès des peintres en Occident.

Finalement, cette forme de médecine est tombée complètement en désuétude, en partie grâce à l’évolution des attitudes à l’égard des restes humains, qui, au XXe siècle, étaient devenus nettement moins acceptables pour le grand public.

Sources

Medicinal Cannibalism in Early Modern English Literature and Culture

Mummy as a Drug

Corpse medicine: mummies, cannibals, and vampires

Articles similaires