L’ortie une herbacée médicinale de renom

les richesses médicinales de l’ortie

L’ortie piquante ou dioïque fait partie de la famille des urticaceae (urticacées). Elle est riche en principes actifs notamment en :

  • vitamines A, B et C,
  • acides (aminés et phénols)
  • sels minéraux et polysaccharides,
  • protéines et tanins,
  • lipides et sucres,
  • flavonoïdes (antioxydants) et lectine,
  • de nutriments.

Elle mesure entre 60 à 150 cm de haut et pousse généralement un peu partout en colonies. En effet, on peut la trouver dans les parcs, les jardins, les sous-bois et les routes à la campagne. C’est une herbacée vertueuse au nom scientifique urticadioica. En effet, elle est surtout utilisée pour ses propriétés thérapeutiques, gastronomiques et cosmétiques.

L’ortie : une protection parfaite de notre organisme

Elle montre son action :

  • drainante et préventive lors des problèmes urinaires ou en cas de lithiases rénales,
  • anesthésiante en cas d’hémorroïdes,
  • astringentes et cicatrisantes pour traiter les brûlures cutanées, les acnés, les plaies infectées ou l’eczéma.

L’ortie est également galactogène, dépurative, antimicrobienne, antalgique, antianémique, hypotensive, anti ulcéreuse, immunostimulante, tonique, hypoglycémiante, hépatoprotectrice et antiallergique. Elle soigne la goutte, les rhumatismes, l’arthrite et les infections buccales (angine, aphte ou gingivite). Elle soulage également les articulations douloureuses et régule les problèmes de la miction.

Cette plante contribue à l’acquisition d’une meilleure santé

En phytothérapie, grâce à ses actions diurétiques, on utilise les feuilles de l’ortie pour atténuer les douleurs articulaires. La racine quant à elle renferme une grande quantité de ses composants actifs.L’ortie lutte aussi contre la chute des cheveux, l’anémie, l’hyperséborrhée et l’hémophile. Ses différents aspects sont le nébulisat ou gélules, les extraits (racines), la teinture-mère, les poudres (décoction), les cataplasmes, et les tisanes ou infusions (3c à café de feuilles fraîches pour une tasse).

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La posologie évidente pour une cure de trois semaines par mois est de :

  • 2 c à café/j (poudre),
  • 4 c à café/j (feuilles séchées).

Conseil en nutrition à base de l’ortie

Son instauration quotidienne dans l’alimentation ne peut qu’être bénéfique. En effet, elle permet d’éviter toutes sortes de maladies tout en profitant pleinement de ses bienfaits gustatifs.Ses feuilles, ses racines et ses graines sont toutes consommables. Vous pouvez par exemple préparer des potages, des soupes, du jus, du pesto et des omelettes d’orties. Mais vous pouvez aussi élargir vos créativités culinaires. Elle favorise efficacement la stimulation du lait maternel. Il est important de signaler qu’il vous faut des gants pour récolter les feuilles car elles sont piquantes, ensuite, frottez entre elles.

Quand est-ce que son emploi est déconseillé ?

Voici une liste des personnes qui ne doivent pas utiliser cette plante :

  • les femmes enceintes (notamment les feuilles fraîches),
  • les mamans qui allaitent,
  • les jeunes enfants (- de 12 ans),
  • les asthmatiques,
  • et les souffrantes des problèmes rénaux ou cardiaques.

Il ne faut pas non plus associer l’ortie à une complémentation en fer.