L’importance des gènes dans la survenue du cancer du sein

Il existe un certain nombre de gènes qui peuvent provoquer le développement d'un cancer du sein. Voici les risques qu'ils présentent.

Il existe un certain nombre de gènes qui peuvent provoquer le développement d’un cancer du sein. Certains de ces gènes sont héréditaires, c’est-à-dire qu’ils sont transmis de parent à enfant. Cependant, le fait d’avoir le gène du cancer du sein ne signifie pas toujours qu’une femme le développera. Voici le rôle de la génétique dans le cancer du sein, la possibilité que le cancer du sein saute une génération et les prochaines étapes pour une personne porteuse d’un gène du cancer du sein.

Quel rôle joue la génétique dans le cancer du sein ?

Les facteurs génétiques héréditaires ne sont pas à l’origine de la majorité des cancers du sein. Cependant, certains gènes hérités augmentent les chances d’une personne de développer un cancer du sein. Un gène est une séquence d’ADN qui détermine certains traits, comme la couleur des yeux ou des cheveux. Les gènes sont transmis par paires des parents biologiques à leur enfant. L’enfant hérite d’une copie de chaque parent. Parfois, un enfant peut hériter d’un gène présentant des mutations, ce qui signifie que le gène ne fonctionne pas correctement. Environ 5 à 10 % des cas de cancer du sein chez l’homme sont héréditaires.

D’autres formes de cancer du sein peuvent survenir en raison de modifications progressives de l’ADN d’une personne. Ces formes de cancer du sein, appelées mutations somatiques, ne sont pas dues à des facteurs héréditaires. Les mutations somatiques se produisent pour diverses raisons, comme le vieillissement ou l’exposition à certains produits chimiques.

Les gènes du cancer du sein sautent-ils une génération ?

Les gènes hérités du cancer du sein ne peuvent pas sauter une génération. Si une personne a hérité d’un gène responsable du cancer du sein, elle a 50 % de chances de le transmettre à ses enfants. Si l’enfant d’une personne n’hérite pas du gène muté, il ne peut pas le transmettre à ses futurs enfants. Cependant, si les gènes ne peuvent pas sauter une génération, le cancer, lui, le peut. Le fait d’avoir un gène muté ne garantit pas qu’une personne aura un cancer du sein. Un gène muté est toujours héritable, même si la personne ne développe pas de cancer du sein. Cela signifie que l’enfant d’une personne peut hériter du gène muté et développer un cancer du sein.

Gènes BRCA1 et BRCA2

Il existe plusieurs mutations génétiques héréditaires qui peuvent provoquer un cancer du sein. Les causes les plus courantes de cancer du sein héréditaire sont les mutations des gènes BRCA1 et BRCA2. Les gènes BRCA sont responsables de la réparation des cellules endommagées dans le corps d’une personne. Ces gènes aident également certaines cellules, telles que les cellules mammaires ou ovariennes, à se développer comme prévu. Lorsque des mutations surviennent dans ces gènes, elles peuvent entraîner une croissance cellulaire atypique. Une croissance cellulaire atypique peut conduire au développement d’un cancer.

Si une femme hérite d’un gène BRCA nocif, son risque de développer un cancer du sein à l’âge de 70-80 ans se situe entre 45 et 69 %. En outre, les hommes porteurs du gène BRCA2 ont un risque à vie de 6 sur 100 de développer un cancer du sein. Ceux qui sont porteurs du gène BRCA1 ont un risque à vie de 1 sur 100. Toutefois, si des recherches approfondies ont été menées sur le risque de cancer du sein chez les femmes porteuses des gènes BRCA1 et BRCA2, les recherches sur le risque de cancer chez les hommes ont été moins nombreuses. Par conséquent, ces statistiques pourraient ne pas refléter la réalité.

Antécédents familiaux et cancer du sein

La plupart des femmes qui ont un cancer du sein n’ont pas d’antécédents familiaux de cette maladie. Cependant, avoir des antécédents familiaux de cancer du sein peut augmenter les risques de développer cette maladie. Le risque de développer un cancer du sein double si un parent au premier degré est atteint de cette maladie. Un parent au premier degré est un membre de la famille immédiate, comme une sœur, une mère ou une fille.

Une femme a un risque plus élevé d’hériter d’une mutation génétique liée au cancer du sein si elle a :

– un parent de sang qui a développé un cancer du sein avant l’âge de 50 ans
– un côté de leur famille qui a des antécédents de cancer du sein ou de l’ovaire
– un parent atteint d’un cancer du sein triple négatif
– d’autres cancers en plus du cancer du sein dans leur famille, comme le cancer du côlon, de la prostate ou de l’estomac
– des femmes de leur famille qui ont eu un cancer des deux seins.
– un parent masculin qui a eu un cancer du sein
– un gène connu de cancer du sein atypique dans leur famille.

Le risque qu’une personne développe un cancer du sein augmente avec chaque membre supplémentaire de la famille qui en est atteint. En outre, le fait d’avoir un parent de sexe masculin atteint d’un cancer du sein augmente également le risque de cancer du sein chez la femme.

Que faire si une personne s’inquiète de son risque ?

Si une personne craint d’avoir hérité d’un gène du cancer du sein, elle doit en parler à un médecin. Ce dernier peut suggérer à la personne de suivre une consultation génétique.
Les tests génétiques pour le cancer impliquent généralement qu’une personne soumette un échantillon de sang. Cependant, d’autres formes de tests génétiques peuvent utiliser des échantillons de cellules provenant d’une personne :

– des cheveux
– de l’intérieur de la joue à l’aide d’un écouvillon
– urine
– du liquide amniotique, c’est-à-dire le liquide qui entoure le fœtus pendant la grossesse.

Options médicales pour les personnes porteuses des gènes BRCA1 et BRCA2

Si une personne sait qu’elle est porteuse du gène BRCA, plusieurs options médicales s’offrent à elle.

Ces options sont les suivantes :

Des dépistages fréquents.

Une personne présentant un risque élevé de développer un cancer du sein peut bénéficier de dépistages plus fréquents.

Cela peut impliquer

– des dépistages avant l’âge de 40 ans
– un auto-examen mensuel
– un examen des seins tous les ans ou tous les deux ans
– une échographie des seins
– une mammographie numérique annuelle, à partir de 30 ans ou moins
– une IRM annuelle à partir de 30 ans ou moins.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -