L’hibiscus : les références thérapeutiques à souligner

hibiscus et la phytothérapie

Grâce à la diversité des remèdes naturels et ses privilèges phytothérapiques, il est actuellement possible de bien prendre en main soi-même sa santé. Originaire de l’Afrique de l’Ouest, hibiscus sabdariffa en fait grandement partie. Il existe plusieurs variétés, mais celui-ci appartient à la grande famille des malvaceae (malvacées). Il est anciennement planté en Asie du Sud-Est, au Mexique et en Egypte. C’est aussi une magnifique fleur emblématique de la Malaisie et de la Corée du Sud. On le surnomme aussi thé rose, thé d’Empire, oseille de Guinée ou roselle. Cette plante est composée de pectines, des anthocyanosides, de flavonoïdes et de mucilages. Il a aussi une grande contenance en vitamine C.

Quand est-ce qu’on a besoin de l’hibiscus ?

Il favorise le naturellement le traitement des certaines maladies comme l’hypertension artérielle, les douleurs de l’estomac, le diabète et les infections urinaires. Il diminue le taux des triglycérides et soigne la fièvre. Cette plante thérapeutique prévient également le cancer d’estomac et les calculs rénaux.

Il est plus ou moins laxatif, amplement antiasthénique et idéalement antispasmodique.

L’hibiscus et la phytothérapie

L’hibiscus est commercialisé chez les herboristes ou les commerces diététiques sous forme :

  • Huile essentielle (massage pour les douleurs articulaires et musculaires ; action stimulante, antivirale et tonifiante naturelle),
  • Extraits (réduction de cholestérol et suppression des cellules leucémiques),
  • Tisanes ou d’infusions (contre les angoisses et le mal-être liés à la dépression, élimination des graisses accumulées dans certaines parties de l’organisme et régime minceur),

On peut aussi avoir accès à des gélules, des comprimés, des capsules ou même du jus.

Ce qu’on doit encore savoir à propos de l’hibiscus

Il est très recommandé chez les femmes qui ont souvent des règles anormales ou douloureuses. En effet, il permet la normalisation du cycle œstral. C’est aussi une herbacée antiphlogistique, antalgique, hypocholestérolémiante et rafraîchissante.

En cataplasme, il élimine les maladies dermiques telles que les dermatoses, les allergies et les eczémas.

Cet arbuste peut être notamment utile en cuisine et sert à fabriquer des breuvages exceptionnellement désaltérants. Le meilleur moyen pour profiter de tous ses vertus sont d’extraire naturellement le jus ou de procéder à la cuisson à la vapeur. Les tisanes de cette plante sont très, très bénéfiques sur le métabolisme (bien-être et santé). Pour préparer une bonne infusion, mettez 2 c à soupe d’hibiscus séché dans de l’eau bouillante, laissez infuser pendant 30 minutes, clarifiez et buvez.

Mise en garde et tout ce qu’on doit savoir à son utilisation

Il produit un effet emménagogue, qui peut éventuellement entraîner des accouchements prématurés. Donc, son utilisation n’est pas propice durant les 9 mois de grossesse. Pour l’infusion, si la consommation est stabilisée entre 3-8 tasses/j, vous n’avez rien à craindre. Il est également préférable que les jeunes enfants, notamment les moins de 12 ans ne prennent pas l’hibiscus.