Les produits chimiques éternels entrainent des dommages au foie

Une nouvelle étude a établi un lien entre l'exposition aux produits chimiques éternels et les biomarqueurs des lésions hépatiques

Les produits chimiques sont omniprésents dans notre environnement. De nombreux produits de consommation courants, tels que les ustensiles de cuisine antiadhésifs, les vêtements imperméables et les emballages alimentaires, contiennent des substances chimiques appelées produits chimiques éternels ou PFAS (perfluoroalkyl et polyfluoroalkyl). Ces produits chimiques sont connus pour leur résistance à l’eau, à la graisse et à la chaleur, mais ils posent également de graves problèmes de santé à long terme.

Une nouvelle étude a établi un lien entre l’exposition aux produits chimiques éternels et les biomarqueurs des lésions hépatiques. Cette revue, qui est la plus grande analyse d’études animales et humaines existantes, est la première à présenter un lien probable entre l’exposition aux PFAS et les dommages au foie.

Les produits chimiques éternels et leurs effets sur la santé

Les PFAS sont une classe de produits chimiques toxiques qui peuvent s’accumuler dans le corps et l’environnement. Ils sont connus pour causer une variété de problèmes de santé, notamment des troubles thyroïdiens, des maladies cardiaques, des déficiences développementales, une suppression du système immunitaire et certains cancers. De plus, une exposition aux PFAS peut entraîner des problèmes hépatiques, notamment la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), une affection caractérisée par une accumulation de graisse dans le foie.

Selon une analyse publiée dans Environmental Health Perspectives, les chercheurs ont examiné plus de 100 études et ont constaté que l’exposition aux PFAS est largement corrélée à une augmentation des enzymes indiquant une maladie du foie. La maladie du foie gras non alcoolique, qui affecte environ un quart de la population mondiale, est en constante augmentation et pourrait toucher un tiers des adultes américains d’ici 2030.

L’étude et ses résultats

Les chercheurs ont analysé une sélection de toutes les études publiées sur deux bases de données entre 1951 et 2016, portant sur des personnes ou des animaux exposés aux PFAS. Cette analyse a inclus 85 études sur des rongeurs et 24 études épidémiologiques principalement réalisées aux États-Unis.

Les études sur les animaux sont utiles car elles permettent aux scientifiques de contrôler le niveau d’exposition aux PFAS et d’étudier directement leurs effets en disséquant l’animal et en étudiant ses tissus. Cependant, il est plus difficile de réaliser la même expérience sur des humains, ce qui rend la recherche sur les PFAS plus complexe.

L’analyse a principalement porté sur les dommages hépatiques associés aux PFAS les plus étudiés, à savoir le PFOA, le PFOS et le PFNA. Cependant, il convient de noter que les PFAS sont une classe qui comprend plus de 4 000 produits chimiques différents, tous avec des propriétés légèrement différentes. Les fabricants peuvent remplacer les PFAS anciens par des substituts moins connus, qui sont probablement tout aussi nocifs pour la santé et l’environnement.

Les mécanismes d’action des PFAS sur le foie

Les PFAS agissent en tant que perturbateurs endocriniens, ce qui signifie qu’ils interfèrent avec les systèmes hormonaux. En raison de leur structure chimique, ils peuvent également nuire au corps en imitant les acides gras.

Les PFAS pourraient activer certains récepteurs similaires aux acides gras, ce qui pourrait entraîner une accumulation de graisse ou une inflammation dans le foie, de manière similaire à une alimentation malsaine.

Les études épidémiologiques ont montré que l’exposition aux PFAS était liée à d’autres biomarqueurs de la stéatose hépatique non alcoolique, tels que le cholestérol, les triglycérides et l’acide urique.

Cependant, il reste encore beaucoup à apprendre sur la façon dont les PFAS interagissent avec le foie et causent des dommages. Des études plus approfondies, utilisant des techniques d’imagerie et des biopsies pour observer les effets des toxines sur le foie, sont nécessaires pour mieux comprendre cette relation.

Comment limiter l’exposition aux PFAS

Il est difficile d’éviter complètement l’exposition aux PFAS, car ces produits chimiques sont présents dans de nombreux produits de consommation courants. Cependant, il existe certaines mesures que vous pouvez prendre pour réduire votre exposition aux PFAS et protéger votre foie.

  • Optez pour des produits étiquetés « sans PFAS » ou qui ne sont pas commercialisés comme résistants à l’eau ou aux taches.
  • Évitez les aliments emballés dans des matériaux contenant des PFAS. Privilégiez les aliments frais et non transformés.
  • Filtrez votre eau potable pour éliminer les PFAS. Les filtres à charbon actif peuvent être efficaces pour réduire la concentration de ces produits chimiques.
  • Adoptez un mode de vie sain en mangeant une alimentation équilibrée et en faisant de l’exercice régulièrement. Des études ont montré que des changements de mode de vie peuvent atténuer les dommages hépatiques associés à l’exposition aux PFAS.

L’importance de la réglementation et de la recherche

Il est essentiel que les régulateurs et les fabricants prennent leurs responsabilités en matière de réglementation des PFAS. Les organismes de défense de l’environnement soulignent l’importance de la recherche existante pour encourager les législateurs à réglementer cette classe de produits chimiques et à inciter les entreprises à cesser de les produire.

L’exposition aux PFAS étant omniprésente et presque tout le monde y étant exposé, il est difficile pour les individus d’éviter ces produits chimiques par eux-mêmes. Par conséquent, l’accent doit être mis sur la réglementation et la décontamination de notre environnement pour éliminer les PFAS existants et limiter l’exposition aux nouveaux produits chimiques.

Les produits chimiques éternels sont liés à des dommages au foie et peuvent contribuer au développement de la stéatose hépatique non alcoolique. Il est important de prendre des mesures pour limiter notre exposition aux PFAS et de soutenir la recherche et la réglementation visant à protéger notre santé et notre environnement des effets néfastes de ces produits chimiques.

 

 

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn