Les principales indications de la vigne rouge en médecine douce

La vigne rouge a beaucoup de vertus en phytothérapie. On l’appelle vigne des teinturiers, pas que ces  derniers soient de gros consommateurs, mais, à l’automne, ses feuilles prennent une magnifique couleur lie de vin. Outre ses services rendus à l’industrie vinicole, cette plante est très précieuse en phytothérapie. Feuilles, peau, pépins sont mis à contribution. Peut-on se soigner avec la vigne rouge sans modération et pour quelles raisons ?

Quels sont les actifs de la plante ?

 

Les feuilles contiennent :
  • une grande quantité d’anthocyanosides, aux effets proches de ceux de la vitamine P : bénéfique pour le cœur, la circulation du sang, l’énergie…
  • des polyphénols comme l’acide chlorogénique : de puissants antioxydants
  • des flavonoïdes comme le quercétol ou le kaempférol : une branche des polyphénols anti-inflammatoires, immuno stimulants, antioxydants
Les pépins sont riches en :
  • oligo-proanthocyanidines (OPC), de la famille des tannins : ils inhibent la synthèse de substances responsables de réactions allergiques et inflammatoires.
La peau est concentrée en :
Sans oublier des minéraux, des oligoéléments et des vitamines.

Pour quels bienfaits prendre de la vigne rouge ?

En phytothérapie, c’est une plante réputée pour :
  • les problèmes de circulation sanguine : varices, jambes lourdes, hémorroïdes. Elle protège les veines et les petits vaisseaux,
  • prévenir les troubles cardiovasculaires,
  • réguler le cycle menstruel (le resvératrol a une action oestrogénique).
L’industrie cosmétique lui reconnaît des propriétés anti-âge et d’atténuer l’acné rosacé. Les praticiens en gemmothérapie apprécient sa capacité d’atténuer les douleurs articulaires rhumatismales et arthritiques et la goutte.

Comment l’utiliser ?

Elle est principalement disponible en :
  • tisane :  laisser infuser pendant 10 minutes 15 g de feuilles séchées dans 200 ml d’eau bouillante. Boire 2 à 4 tasses réparties dans la journée.
  • teinture-mère : 3 fois 30 gouttes par jour, à diluer dans une boisson.
  • gélule : 3 gélules le matin lors du petit-déjeuner.
  • ampoule buvable : 1 ampoule par jour, à diluer dans une petite quantité d’eau.
  • macérat : 5 gouttes le matin, midi et soir, pures ou à diluer dans un peu d’eau ou en massage cutané.

Quelles sont les recommandations d’usage ?

La composition des feuilles et des raisins récoltés varient : il est conseillé de choisir des produits « normalisés » avec une concentration d’actifs stable et contrôlée.

Les femmes concernées par un cancer du sein ou ayant des antécédents familiaux ne devraient pas prendre des substances contenant du resvératrol. La vigne rouge n’est pas non plus conseillée à celles qui sont enceintes ou allaitantes et aux enfants.

Rares effets indésirables : nausées, maux de tête, troubles digestifs et allergie cutanée.

Les oligoanthocyanidines pourraient interagir avec les plantes et les médicaments qui fluidifient le sang.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand