Les différents usages du guaco en phytothérapie

usages du guaco en phytothérapie

Le guaco est une plante à caractère médicinale appartenant à la famille des Asteraceae. Son nom scientifique est Mikania glomerata et il est originaire de l’Amérique du Sud. Il s’agit d’une plante grimpante avec des feuilles en forme de cœur et des fleurs de couleur blanc jaunâtre. Ses composants chimiques sont les guacosides, les tanins, les principes amers, l’acide cinnamique, les résines et la coumarine.

Propriétés et utilisations en médecine naturelle

Autrefois, les premiers Indiens d’Amérique utilisaient le guaco pour traiter les morsures de serpents ainsi que les piqûres d’insectes. Il servait, entre autres, d’antidote aux venins de ces bêtes. D’ailleurs, cultivé autour des zones d’habitation, il avait la réputation de pouvoir éloigner les serpents des régions peuplées.

De nos jours, cette plante permet de soigner les pathologies affectant les voies respiratoires. Elle possède, en effet, des propriétés antitussives, expectorantes, anti-inflammatoires et bronchodilatatrices. De ce fait, elle est particulièrement utile en cas de toux, de rhume, de grippe, d’asthme et de bronchite. Par ailleurs, en favorisant la transpiration, elle améliore les symptômes grippaux et peut faire baisser la fièvre.

En outre, grâce à son activité antiphlogistique et analgésique, le guaco permet d’atténuer les douleurs en cas de rhumatismes ou d’arthrite. Il aide également à soigner :

  • Les diarrhées et coliques
  • Les ulcères gastriques et intestinaux
  • Les mycoses vaginales
  • Les maladies causées par les vers et parasites intestinaux

Formes galéniques disponibles

En phytothérapie, on utilise principalement les feuilles fraîches ou séchées. Pour des fins curatives, on consomme généralement le guaco sous forme de tisane ou de décoction, de sirop, de poudre, de teinture mère et de granules homéopathiques.

Modes d’utilisation et doses recommandées

Le guaco peut s’utiliser à la fois en interne et en externe.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
  • Tisane ou décoction : Dans 1 litre d’eau bouillante, laisser infuser 2 poignées de feuilles fraîches ou 1 poignée de feuilles séchées. Filtrer et boire jusqu’à 4 tasses réparties dans la journée.
  • Cataplasme : Broyer une quantité de feuilles fraîches et en appliquer directement sur les plaies afin d’accélérer le processus de cicatrisation.
  • Sirop : Porter à ébullition 6 tasses d’eau et une poignée de feuilles fraîches. Laisser mijoter jusqu’à ce que le mélange soit réduit à une quantité de 2 tasses environ. Ajouter 1 tasse de sucre puis faire bouillir à nouveau pendant 20 minutes. Filtrer puis laisser refroidir et ajouter 3 cuillères à soupe de miel.

Pour apaiser les toux intempestives, la dose recommandée est de 1 cuillère à soupe par prise, 3 fois par jour.

  • Teinture mère: Prendre 3 à 4 ml de teinture, 3 fois par jour.

Motifs de prudence et précautions d’emploi

Pour éviter les désagréments liés à l’utilisation des plantes médicinales, il est important de solliciter au préalable l’avis d’un médecin ou d’un professionnel de santé.

Effets secondaires :

Consommé à forte dose, le guaco entraîne des nausées et de la diarrhée.

Contre-indications :

Cette plante médicinale contient de la coumarine. Cette dernière ayant un effet anticoagulant, le guaco ne convient pas aux personnes suivant un traitement anticoagulant.