Le gui une solution miracle pour la santé

le gui

Le gui est une plante thérapeutique synonyme de défenses naturelles et immunités pour l’organisme. Cette herbe est aussi appelée bouchon, bois de Sainte-Croix ou vert de pommier. Elle est originaire d’Europe occidentale et classifiée dans la famille des viscaceae ou loranthacées. On lui a donné le nom scientifique viscum album il y a déjà bien longtemps. Elle contient un nombre suffisant de composants actifs efficients : alcaloïdes, lignanes, choline, saponines, lectines, acides (caféique, aminé et phosphorique). Elle est aussi constituée de minéraux (vitamine C, magnésium, fer, potassium).

Accommodations thérapeutiques du gui

Sa magie opère essentiellement dans le ralentissement du processus cancéreux ou en cas d’hypertensions artérielles majeures.

Grâce à ses performances thérapeutiques, il peut :

  • Participer à la préservation de la santé de notre cœur tout en protégeant les cellules du système cardiovasculaire et en nettoyant les vaisseaux sanguins.
  • Régler les troubles prémenstruels ou durant les règles et les gènes qui y sont attribuées (bouffée de chaleur, rétention d’eau, nausées). En effet, le gui est une excellente régulatrice de l’hormone féminin. Cette plante favorise le traitement des pertes blanches.
  • Guérir la coqueluche.
  • Éliminer ou réduire les maux (de gorge, de tête).
  • Traite les malades d’artérioscléroses.
  • Calmer les symptômes de toux.

Toutes les formes qu’on peut accéder en phytothérapie

En phytothérapie, le gui est reconnu pour ses propriétés curatives concentrées dans les feuilles et les jeunes tiges. Ces dernières sont modulées sous forme de gélules, de macérât glycérinés et de teinture-mère. On peut également accéder à d’autres préparations : extraits fluides, extraits aqueux (40 gouttes trois fois par jour), décoctions, vins, macérations, tisanes, injections et poudres. Il soigne les crevasses et les engelures (en cataplasme).

Le fameux gui : atouts et dosage

C’est une herbacée sacrée aux vertus extraordinaires. En effet, elle procure pleinement des effets hypotenseurs, purgatifs, immunostimulants, antiscléreux et antispasmodiques. Il est bon pour tout l’organisme et assure son bon fonctionnement.

L’infusion est préparée à partir d’un mélange d’eau (1 l) et de fleurs séchées (1 c à sucre). Fréquence de prise : 1 à 3 tasses par jour.

Le vin : laissez macérer au moins 24 heures 40 g de feuilles et 1 l de vin blanc. Préparation à prendre trois fois par jour pendant 15 j, renouvelable chaque mois.

Pour l’utilisation dans un bain, vous pouvez utiliser 30 g/l d’eau.

Toutes les précautions nécessaires

Le gui n’est pas recommandé pendant les 3 premiers mois de la grossesse et durant l’allaitement. La proportion quant à elle mérite une attention particulière et dépend vraisemblablement de l’avis d’un praticien spécialiste. Car, il abrite des composants ultra-toxique qui peut causer des dégâts importants : dysfonctionnements nerveux, problèmes digestifs, des graves troubles cardiovasculaires, de la dépression neuromusculaire, de la congestion des organes abdominaux, de la paralysie et de la paraplégie.