La prêle des champs : idéale pour les problèmes osseux et plus encore

La prêle, plante de la famille des Équistacées, est classée fossile car ses empreintes ont été retrouvées dans les roches sédimentaires. Mais celle dont le surnom est  « queue de rat », en raison de sa forme longue et fine, n’a rien d’obsolète. En phytothérapie, la prêle est loin d’être frêle dans sa composition et son action ! Le moyen de s’en souvenir : dans fossile, il y os.

Que contient la prêle des champs ?

Les composants de la prêle des champs sont :

  • du silicium reminéralisant,
  • des flavonoïdes antioxydants et anti-inflammatoires (plus de 15)
  • des phénols antiseptiques,
  • des saponines, expectorantes, sécrétolytiques,
  • des tannins astringents,
  • des minéraux : potassium, magnésium, calcium, fer.

Quels sont ses bénéfices thérapeutiques ?

La prêle des champs est préconisée contre :
  • l’ostéoporose : elle participe à la consolidation osseuse grâce au silicium et à ses minéraux, notamment après une fracture,
  • la rétention d’eau : elle a des propriétés diurétiques à nouveau grâce au silicium,
  • les troubles articulaires : le silicium encore aide à préserver et nourrir le cartilage et à renforcer le tissu conjonctif et les flavonoïdes à diminuer l’inflammation,
  • certaines affections cutanées : elle favorise la cicatrisation des plaies et, traditionnellement, est prescrite contre les engelures, les saignements, les inflammations de la peau (œdèmes, érythèmes).

Comment l’utiliser ?

  • en infusion : 2 grammes de tiges séchées dans 150 ml d’eau bouillante, 15 minutes.
  • en décoction : faire bouillir 15 g de tiges séchées par litre d’eau. Laisser infuser 15 minutes puis filtrer et laisser reposer. Appliquer avec une compresse stérile sur la zone cutanée matin, midi et soir.
  • en poudre : une cuillère à café le matin dans un laitage ou une compote.
  • en gélule : 2 gélules avant les 2 repas principaux.
  • en teinture-mère : 10 ml avant chaque repas, matin, midi et soir.

Quelles précautions prendre ?

Cette plante contient des composés à risque toxique comme de la thiaminase qui peut dégrader la vitamine B1 et entraîner de sévères conséquences suite à cette carence : respecter les dosages conseillés par un spécialiste en phytothérapie et éviter une prise prolongée.
Contre-indiquée en cas d’insuffisance rénale.
Déconseillée chez les enfants de moins de 6 ans, les femmes enceintes ou allaitantes.

 

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand