Intégrer le romarin dans votre jardin médicinal

le romarin

Le romarin, de son nom botanique Rosmarinus officinalis, est un arbrisseau très connu du monde culinaire. Il appartient à la famille des lamiacées, et peut atteindre jusqu’à 2 m de hauteur, en culture. Ses feuilles persistantes enroulées sur leurs bords, s’étendant notamment en longueur qu’en largeur, de couleur vert sombre sur le dessus, teinté de blanc dans sa face du dessous, lui permet de se distinguer facilement. D’ailleurs, les tiges et les feuilles dégagent un arôme résineux qui fait rappeler l’odeur du pin. L’arbrisseau donne des fleurs d’une teinte bleu violacé, celles de couleurs blanches sont très rares. Ces dernières produisent des tétrakènes bruns en forme de globules. Originaire du bassin méditerranéen, la plante existe désormais un peu partout à travers le monde. La phytothérapie s’intéresse particulièrement à la plante grâce à sa teneur en huile essentielle (boméol, camphène, camphre, cinéol), flavonoïdes (apigénine, diosmine), tanins, diterpènes et acide rosmarinique.

Qu’est-ce que cet arbrisseau peut soigner ?

  • Stimulant cérébral, celui-ci peut remédier contre l’anxiété, ainsi il peut améliorer la mémoire et la concentration. Il peut également être une alternative pour soulager les maux de tête bénigne.  Enfin, son huile essentielle peut stimuler le cuir chevelu, cette propriété lui rend favorables à la pousse des cheveux.
  • En cas d’insuffisance circulatoire, la personne peut s’évanouir. Les propriétés hypertensives de cette plante peuvent être employées pour réanimer la personne.
  • Fortifiant, le Rosmarinus officinalis peut être préconisé lors des périodes de convalescence, notamment après des maladies chroniques ou de stress prolongés. Certains rapports suggèrent que la plante stimulerait les glandes surrénales, cela pourrait justifier son efficacité pour traiter l’asthénie (affaiblissement de l’organisme, fatigue physique).
  • Stimulant psychique, le phytothérapeute préconise son utilisation pour remédier contre la fatigue chronique ou de surmenage. D’ailleurs, ses propriétés sont plus au moins antidépressives.
  • Les douleurs rhumatismales peuvent être apaisées en utilisant sa lotion. Quelques gouttes d’huile essentielle dans l’eau de bain vont revitaliser le corps.

Sous quelle forme la phytothérapie le préconise ?

Le phytothérapeute préconise l’utilisation du romarin sous sa forme d’huile essentielle ou de lotion, de teinture mère ou d’infusion.

Comment l’utiliser pour profiter de ses propriétés médicinales ?

  • Pour la teinture mère, afin de prévenir les effets néfastes du stress, diluez 2 ml de sa teinture pour un verre d’eau tiède. Buvez-en à raison de 2 fois par jour.
  • En infusion, pour soulager les céphalées, prenez 2 g par tasse toutes les 3 h.
  •  Frictionner l’infusion sur le cuir chevelu pour améliorer la poussée des cheveux.
  • Quelques gouttes d’huile essentielle peuvent être diluées dans l’eau de bain pour obtenir un effet apaisant.

Quelles précautions d’emploi faut-il retenir ?

  • L’huile essentielle ne doit jamais s’utiliser par voie interne. En effet, en cas de forte dose, le cinéole contenu dans le romarin peut devenir toxique pour les nerfs.
  • Par ailleurs, certaines personnes peuvent manifester de la nausée quand elles boivent sa tisane. Un dosage qui excède la norme peut alors amplifier l’effet chez ces dernières. Il est recommandable dans ce cas d’arrêter la consommation si une telle situation se produit.