Guide d’utilisation du genièvre en phytothérapie

guide d’utilisation du genièvre

Le genièvre ou le genévrier commun est un arbuste à feuilles persistantes écailleuses ou en aiguille, à fruits noirs ou violets. Il s’agit d’une plante très répandue en France. Son nom scientifique est Juniperus communis et il appartient à la famille botanique des Cupressaceae. Depuis l’Antiquité, on attribue à cette plante de nombreuses vertus curatives. En termes de compositions, on distingue des tanins, des acides essentiels, du sucre, des oligo-proanthocyanidines et de l’huile essentielle.

Propriétés thérapeutiques de la plante

Le genièvre sert principalement à rétablir les fonctions et la motricité de l’ensemble du système digestif. Il participe à la stimulation de l’appétit et aide à prévenir les diverses pathologies affectant le tube digestif. En favorisant l’élimination des gaz, par exemple, il permet de lutter contre les ballonnements, les flatulences ainsi que les cas de digestions lentes et douloureuses. Par ailleurs, il est efficace pour combattre les défauts d’appétit en cas d’anorexie ou bien lors d’une période de convalescence. En outre, en cas de baisse de vitalité, il agit comme tonique général. Il permet, notamment, de combattre les fatigues physiques et améliore l’état émotionnel.

Cette plante médicinale favorise également les actions dépuratives de l’organisme. En augmentant la tonicité du foie et des reins, elle contribue à la stimulation des fonctions de ces organes. Se faisant, elle participe à l’élimination des substances toxiques par voie naturelle et évite la formation des œdèmes et des calculs rénaux.

Autres indications :

  • Problèmes de peau : acné, herpès, plaies, eczéma et cellulite
  • Maladies respiratoires : toux, catarrhes pulmonaires, rhume et grippe
  • Affections uro-génitales : cystite, irrégularité du cycle et du flux menstruels, règles douloureuses
  • Affections articulaires, musculaires ou tissulaires : rhumatisme, arthrite, arthrose et goutte

Formes et préparations

En médecine naturelle, on retrouve le genièvre sous forme de tisane ou décoction, d’extraits secs, de macérat glycériné, d’hydrolat, d’huile essentielle, de teinture mère et de gélule.

Recommandations d’usage et posologie

On peut utiliser le genièvre en usage interne ou en externe. Le dosage varie en fonction de la forme utilisée.

Extraits secs (baies séchées) :

  • Tisane : dans une tasse d’eau bouillante, infuser pendant 10 minutes 1 cuillère à café de baies écrasées. Filtrer et en consommer 2 à 3 tasses par jour.
  • Fumigation : brûler les baies dans un récipient réservé à cet usage pour assainir l’air environnant.
  • Bain : ajouter une poignée de baies moulues dans l’eau du bain afin de jouir de ses propriétés anti-rhumatismales.

Huile essentielle :

  • En usage externe : à mélanger avec une huile végétale (5 % d’huile essentielle pour 95 % d’huile végétale). Masser délicatement les zones à traiter avec la préparation obtenue.
  • En diffusion atmosphérique pour profiter de ses avantages en bien-être

Gélules :

Prendre 2 gélules 2 fois par jour (midi et soir)

Motifs de prudence

Il faut éviter d’adopter un traitement à base de genièvre en cas de grossesse, d’allaitement et d’insuffisance rénale. En outre, afin d’éviter les effets secondaires, chaque utilisation dans un cadre thérapeutique doit toujours faire l’objet d’un suivi médical.