Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Ganglions lymphatiques enflés : 7 causes courantes

Voici les 7 causes les plus courantes des ganglions apparents et fournirons des conseils pour gérer cette condition de manière appropriée.

Les ganglions lymphatiques sont des petits organes qui jouent un rôle essentiel dans notre système immunitaire. Lorsqu’ils sont enflés, on parle de lymphadénopathie, une condition qui peut avoir diverses origines, allant d’une simple infection à des maladies plus graves comme le cancer. Bien que l’enflure des ganglions soit souvent bénigne, il est important de savoir reconnaître les signes qui nécessitent une consultation médicale. Voici les 7 causes les plus courantes des ganglions apparents et fournirons des conseils pour gérer cette condition de manière appropriée.

Fonction et types de ganglions lymphatiques

Les ganglions lymphatiques sont répartis dans tout le corps, formant un réseau complexe de filtres qui drainent les fluides des tissus et les purifient des agents pathogènes. Lorsque le système immunitaire détecte quelque chose de nocif, il déclenche une réponse en mobilisant les lymphocytes, des globules blancs chargés de combattre les infections et les maladies. Au total, on compte entre 450 et 800 ganglions lymphatiques chez l’être humain, organisés en groupes stratégiquement placés dans différentes régions anatomiques, comme la nuque, les aisselles, l’aine ou l’abdomen.

Symptômes des ganglions lymphatiques enflés

L’enflure des ganglions, ou lymphadénopathie, se manifeste de différentes façons. Certains ganglions enflés sont palpables, c’est-à-dire que l’on peut les sentir sous la peau, tandis que d’autres ne le sont pas. Les symptômes varient selon la localisation de l’enflure, mais peuvent inclure des bosses dures, de la rougeur, de la chaleur, de la douleur, de la fièvre, des courbatures et de la fatigue. Dans certains cas, l’enflure peut être généralisée à plusieurs régions du corps.

Causes infectieuses des ganglions lymphatiques enflés

Les infections bactériennes, virales, fongiques et parasitaires sont parmi les causes les plus courantes de lymphadénopathie. Certaines infections, comme un rhume ou la grippe, peuvent provoquer une enflure localisée, tandis que d’autres, plus systémiques, peuvent entraîner une enflure généralisée.

Voici quelques-unes des infections les plus fréquemment liées aux ganglions lymphatiques enflés :

  • Rhumes et grippes
  • Infections dentaires
  • Infections de l’oreille
  • Hépatite
  • VIH
  • Mononucléose infectieuse
  • Maladie de Lyme
  • Oreillons
  • Infections sexuellement transmissibles (IST)
  • Zona
  • Infections à staphylocoques
  • Angine à streptocoques
  • Amygdalite
  • Tuberculose

Causes auto-immunes des ganglions lymphatiques enflés

Certaines maladies auto-immunes peuvent également provoquer une lymphadénopathie. Dans ces cas, le système immunitaire attaque de manière erronée les tissus sains, causant une inflammation. Parmi les affections auto-immunes associées aux ganglions lymphatiques enflés, on peut citer :

  • Dermatomyosite
  • Maladie de Kawasaki
  • Lupus
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Sarcoïdose
  • Syndrome de Sjögren
  • Maladie de Still (polyarthrite rhumatoïde juvénile)

Il peut être difficile de distinguer une lymphadénopathie auto-immune d’une lymphadénopathie infectieuse, et un bilan approfondi est souvent nécessaire pour en identifier la cause.

Médicaments pouvant causer des ganglions lymphatiques enflés

Certains médicaments peuvent également provoquer une enflure des ganglions lymphatiques. Dans ces cas, la lymphadénopathie peut être réversible si le traitement est arrêté ou remplacé. Parmi les médicaments susceptibles d’entraîner cette condition, on trouve :

  • Hydralazine (Apresoline)
  • Antibiotiques de la famille des céphalosporines
  • Captopril (Capoten)
  • Phénytoïne (Dilantin)
  • Primidone (Mysoline)
  • Pénicillines
  • Quinidine (Quinidex)
  • Rituximab (Rituxan)
  • Sulfamides
  • Carbamazépine (Tegretol)
  • Aténolol (Tenormin)
  • Allopurinol (Zyloprim)

Quand les ganglions lymphatiques enflés sont un signe de cancer

Bien que les ganglions lymphatiques enflés soient rarement un signe de cancer, une enflure indolore d’un ou plusieurs ganglions nécessite une investigation approfondie, car cela indique que la condition n’est pas d’origine infectieuse. Cela est particulièrement vrai si l’enflure s’aggrave, se propage à d’autres parties du corps ou s’accompagne de symptômes tels que perte d’appétit, perte de poids involontaire, ecchymoses faciles ou sueurs nocturnes.

Les types de cancer les plus couramment associés à une lymphadénopathie sont :

  • Cancer du sein
  • Cancers génitaux (cancer du pénis ou cancer de la vulve)
  • Cancers de la tête et du cou
  • Lymphome de Hodgkin
  • Leucémie
  • Lymphome non hodgkinien
  • Mélanome et autres cancers de la peau
  • Cancers métastatiques (ayant fait des métastases)

Diagnostic et traitement des ganglions lymphatiques enflés

Le diagnostic de lymphadénopathie commence par un examen médical approfondi, incluant des questions sur les antécédents médicaux et un examen physique. Des tests complémentaires peuvent être prescrits pour identifier la cause, tels que des analyses de sang, des examens d’imagerie (échographie, radiographie, scanner ou IRM) ou une biopsie d’un ganglion lymphatique.
Le traitement dépend de la cause sous-jacente, mais les symptômes d’enflure, de rougeur et de douleur peuvent généralement être soulagés par l’application de compresses froides ou la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens en vente libre.

Quand consulter un professionnel de santé

Les ganglions lymphatiques enflés sont généralement un signe que votre corps combat une infection. Si les symptômes sont légers, ils peuvent disparaître d’eux-mêmes une fois l’infection résorbée. Cependant, il est recommandé de consulter un médecin si :

  • Les ganglions sont très gros et continuent de grossir
  • Ils sont indolores
  • Ils ont une forme irrégulière ou sont fixés en place
  • Ils s’accompagnent de fièvre, de sueurs nocturnes ou d’une perte de poids inexpliquée
  • Chez les enfants, tout ganglion de plus de 1 cm de diamètre doit être examiné

Les ganglions lymphatiques devraient revenir à la normale dans les 2 à 3 semaines suivant une infection. Si l’enflure ne diminue pas ou si les ganglions restent douloureux, il est important de consulter un professionnel de santé.

Les ganglions lymphatiques enflés, bien que souvent bénins, peuvent être le signe d’une infection, d’une maladie auto-immune ou, dans de rares cas, d’un cancer. Il est important de savoir reconnaître les symptômes qui nécessitent une attention médicale, afin de pouvoir prendre en charge cette condition de manière appropriée. En restant à l’écoute de son corps et en consultant un médecin au besoin, on peut gérer efficacement les ganglions apparents et préserver sa santé à long terme.

5/5 - (25 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi