Les meilleurs trucs pour éviter d’attraper un rhume

La plupart des gens sont enrhumés une ou deux fois par année, en particulier durant la saison hivernale. Comme c’est toujours le cas pour les maladies infectieuses, la prévention demeure la meilleure arme pour réduire les risques d’être atteint par le rhume.

La vie en société, avec ses multiples contacts interpersonnels (transports publics, poignées de mains, par exemple), crée des conditions idéales pour la transmission des microbes, en particulier ceux qui infectent les voies respiratoires. Plus de 200 virus différents sont capables de provoquer un rhume. Après leur entrée dans le corps par le nez ou les yeux, ces virus se multiplient rapidement dans les cellules du nez et de la gorge et provoquent les symptômes caractéristiques (et fort désagréables !) du rhume, comme l’écoulement nasal, les éternuements, la toux, la congestion et les maux de tête. Même si ces symptômes sont généralement bénins et disparaissent d’eux-mêmes 5 à 10 jours après l’infection, le rhume implique néanmoins un recours en médicaments divers: sirops, décongestionnants et autres médicaments contre le rhume vendus sans ordonnance…

Contre le rhume, une bonne hygiène et un bon sommeil

Puisqu’il n’existe malheureusement aucun traitement connu capable de soigner le rhume, de nombreux efforts ont été faits dans l’identification de facteurs pouvant prévenir l’infection ou réduire la gravité des symptômes.

– Maintenir une bonne hygiène. Les virus du rhume se transmettent entre les individus par de fines gouttelettes expulsées lors de la toux ou de l’éternuement, ou encore par les mains contaminées par des sécrétions nasales. En conséquence, un simple lavage régulier des mains est souvent très efficace pour éviter d’attraper un rhume. Cette mesure d’hygiène simple est particulièrement importante en hiver, une période où l’activité des virus du rhume est particulièrement élevée étant donné la plus grande vulnérabilité de la muqueuse du nez par temps froid.

– Reposer le système immunitaire. Les personnes qui ont un système immunitaire qui fonctionne adéquatement pourraient être moins susceptibles de contracter un rhume. Un bon point de départ est de dormir correctement, car le sommeil joue un rôle très important dans le maintien de la fonction immunitaire. Ainsi, les personnes qui dorment moins de sept heures par jour ont trois fois plus de risque d’attraper un rhume que celles qui dorment huit heures et plus.

Un peu d’échinacée

D’autres moyens préventifs ont été proposés au fil des années, mais leur efficacité demeure très incertaine. Par exemple, des études ont suggéré que les suppléments à base d’échinacée pouvaient prévenir ou réduire la durée et la gravité du rhume, un effet possiblement lié à certaines molécules qu’elle contient (alkylamides, acide cichorique), qui sont capables de moduler le système immunitaire. Par contre, une étude récente réalisée auprès de 719 volontaires âgés de 12 à 80 ans a montré que, chez les personnes qui prenaient l’échinacée, les symptômes du rhume duraient de une à une demi-journée de moins que chez celles ayant pris un placebo ou celles n’ayant reçu aucun traitement.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

En définitive, si la prévention du rhume passe d’abord et avant tout par de saines habitudes de vie, il reste que cette infection est tellement fréquente qu’il n’existe aucune méthode infaillible pour s’en prémunir. Et lorsque le rhume frappe, il faut prendre son mal en patience en se reposant et en s’alimentant convenablement pour demeurer bien hydraté et aider le système immunitaire à éliminer le virus.

Source

Cohen et coll. Sleep habits and susceptibility to the common cold. Arch Intern Med,169: 62-67Barrett et coll. Echinacea for treating the common cold. Ann Inter Med,153:769-77.