Définition de la méthode Feldenkrais

les pouvoirs de la méthode Feldenkrais sur l’organisme

C’est une thérapie psychocorporelle. Elle est basée sur la prise de conscience du mouvement. C’est pour améliorer le bien-être. La méthode Feldenkrais consiste à faire acquérir une meilleure perception de soi. Elle est dédiée à l’exploration des mouvements. Elle est fondée sur une approche holistique harmonisant esprit et corps.

Apparition de la méthode

Moshe Feldenkrais a inventé la méthode d’où son nom. C’est un ingénieur et physicien russe né en 1904. Pour se soigner d’une blessure grave, il a combiné ses diverses connaissances. Dont le génie mécanique, les arts martiaux, la biologie, le développement psychomoteur et la cybernétique. Il marchait alors de nouveau. Il continuait à perfectionner son savoir et mettait au point sa méthode. Ainsi, il commence à voyager à travers le monde en 1970. Lors de ces voyages, il formait des praticiens. Dirigeant ensuite le Feldenkrais Institute de Tel-Aviv jusqu’à son dernier souffle. Il est décédé en 1984. Aujourd’hui, le nombre de praticiens certifiés en Occidents compte environ 5000.

Les bienfaits de la méthode Feldenkrais

Sa pratique permet d’avoir une meilleure estime de soi. La méthode Feldenkrais apporte plus de liberté d’interaction et d’action.

Elle est opérationnelle pour réduire le stress. Elle aide aussi à mieux appréhender les possibilités et les limites mais également à se responsabiliser. De plus, elle régule en même temps le sentiment d’impuissance et les tensions.

Elle amène à une meilleure proprioception, une fluidité et une aisance dans les mouvements sur le plan moteur. Elle permet de gérer et de réduire les douleurs.

La méthode Feldenkrais améliore les troubles généraux de l’appareil locomoteur. En cas de psychothérapie, elle s’avère utile en ayant une influence positive sur le patient.

Bref, elle améliore la qualité de vie psychique et physique du pratiquant.

Déroulement d’une séance

Une séance appliquant la méthode Feldenkrais peut se faire seule ou en groupe.

Les leçons individuelles démarrent par une anamnèse. C’est une séance d’intégration fonctionnelle. Le thérapeute prend connaissance des besoins du patient. Il observe ensuite un ensemble d’éléments pour orienter sa pratique. Ce sont les éléments visibles comme la gestuelle, audibles comme la voix et tangibles comme le tonus musculaire.

Pendant la séance, le thérapeute guide les mouvements du patient par la voix ou par le toucher. Ce sont des explorations guidées. Pour agir au niveau des muscles, de la peau et du squelette, il utilise le toucher. Il propose ensuite un ensemble de mouvements pour l’amélioration des relations entre les différentes parties du corps. Le patient s’allonge sur le ventre, sur le dos ou sur le côté la plupart du temps. Cependant, diverses positions existent et elles varient selon les séances et selon les problèmes des patients. Il peut y avoir ou non un dialogue sur le ressenti entre le thérapeute et le patient. Ce dernier peut tout simplement se concentrer sur la conscience fine et la réalisation des mouvements.

Amener le patient à observer les contrastes existant selon la façon de la réalisation d’un même mouvement. Telle est le but de la séance. Le patient sera alors en mesure de découvrir ce qui bouge chez lui et comment il le bouge. Ainsi, il peut s’approprier les mouvements plus confortables pour lui à travers le moins d’effort possible. C’est ce qu’on appelle le travail d’amélioration de la proprioception.

La séance se termine par la répétition du déplacement expérimenté. C’est pour noter s’ il y a eu ou non des changements de perception. Mais aussi pour une réutilisation et une réintégration dans la vie quotidienne de façon plus fonctionnelle.