Automutilation: pourquoi avoir besoin de se faire du mal? Comment s’en sortir?

Vous voulez arrêter de vous faire du mal ? Découvrez ce que veux dire l’automutilation et comment vous pouvez vous sentir mieux sans vous faire du mal.

Qu’est-ce que l’automutilation ?

L’automutilation peut être un moyen de faire face à une détresse profonde et à une douleur émotionnelle. Elle peut vous aider à exprimer des sentiments que vous ne pouvez pas mettre en mots, à vous distraire de votre vie ou à libérer une douleur émotionnelle. Par la suite, vous vous sentirez probablement mieux, du moins pendant un certain temps. Mais ensuite, les sentiments douloureux reviennent, et vous ressentez le besoin de vous blesser à nouveau.

L’automutilation comprend tout ce que vous faites pour vous blesser intentionnellement. Voici quelques-unes des façons les plus courantes de le faire :

– Se couper ou se gratter gravement la peau

– Se brûler ou s’ébouillanter

– Se frapper ou se cogner la tête

– Frapper des objets ou jeter son corps contre les murs et des objets durs

– incruster des objets dans la peau

– Empêcher intentionnellement la cicatrisation des blessures

– Avaler des substances toxiques ou des objets inappropriés

L’automutilation peut également inclure des moyens moins évidents de se blesser ou de se mettre en danger, comme la conduite imprudente, l’alcoolisme, la consommation excessive de drogues ou les relations sexuelles non protégées. Quelle que soit la façon dont vous vous blessez, vous blesser est souvent la seule façon que vous connaissez pour :

– faire face à des sentiments tels que la tristesse, le dégoût de soi, le vide, la culpabilité et la rage

– Exprimer des sentiments que vous ne pouvez pas mettre en mots ou libérer la douleur et la tension que vous ressentez à l’intérieur

– vous sentir maître de la situation, soulager votre culpabilité ou vous punir

– vous distraire des émotions accablantes ou des circonstances difficiles de la vie

– Vous faire sentir vivant, ou simplement ressentir quelque chose, au lieu de vous sentir comme engourdi

Mais il est important de savoir qu’une aide est disponible si vous voulez arrêter. Vous pouvez apprendre d’autres moyens de faire face à tout ce qui se passe à l’intérieur sans avoir à vous faire du mal.

Conséquences des coupures et de l’automutilation

Le soulagement que procure le fait de se couper ou de s’automutiler n’est que temporaire et crée bien plus de problèmes qu’il n’en résout. Le soulagement des coupures ou des automutilations est de courte durée et est rapidement suivi par d’autres sentiments comme la honte et la culpabilité. En attendant, cela vous empêche d’apprendre des stratégies plus efficaces pour vous sentir mieux.

Garder le secret de l’automutilation est difficile et solitaire. Peut-être avez-vous honte ou peut-être pensez-vous simplement que personne ne comprendrait. Mais cacher qui vous êtes et ce que vous ressentez est un lourd fardeau. En fin de compte, le secret et la culpabilité affectent vos relations avec vos amis et les membres de votre famille et la façon dont vous vous sentez.

Vous pouvez vous faire beaucoup de mal, même si vous ne le voulez pas. Il est facile de se retrouver avec une blessure infectée ou de mal évaluer la profondeur d’une coupure, surtout si vous consommez aussi de la drogue ou de l’alcool.

Vous risquez de vous retrouver avec des problèmes plus graves à l’avenir. Si vous n’apprenez pas d’autres moyens de gérer la douleur émotionnelle, vous augmentez votre risque de dépression majeure, de dépendance à la drogue et à l’alcool, et de suicide.

L’automutilation peut entraîner une dépendance. Au départ, il peut s’agir d’une impulsion ou d’une action que vous faites pour vous sentir plus en contrôle, mais bientôt, vous aurez l’impression que la coupure ou l’automutilation vous contrôle. Elle se transforme souvent en un comportement compulsif qui semble impossible à arrêter.

En fin de compte, les coupures et l’automutilation ne vous aideront pas à résoudre les problèmes qui vous ont donné envie de vous faire du mal au départ. Quelle que soit la solitude, l’inutilité ou le piège que vous ressentez en ce moment, il existe de nombreux autres moyens plus efficaces de surmonter les problèmes sous-jacents qui sont à l’origine de votre automutilation.

3 conseils pour arrêter de se couper et de s’automutiler

Conseil 1 : Se confier à quelqu’un

Si vous êtes prêt à obtenir de l’aide pour une coupure ou une automutilation, la première étape est de vous confier à une autre personne. Il peut être effrayant de parler de la chose alors même que vous avez travaillé si dur pour la cacher, mais cela peut aussi être un énorme soulagement de pouvoir enfin laisser tomber votre secret et partager ce que vous vivez. Il peut être difficile de décider à qui vous pouvez faire confiance avec de telles informations personnelles. Choisissez quelqu’un qui ne va pas faire de commérages ou essayer de prendre le contrôle de votre rétablissement. Demandez-vous qui, dans votre vie, vous fait vous sentir accepté et soutenu. Il peut s’agir d’un ami, d’un professeur, d’un religieux, d’un conseiller ou d’un parent. Mais vous n’êtes pas obligé de choisir quelqu’un dont vous êtes proche, une personne avec un peu plus de distance par rapport à la situation et n’aura pas autant de mal à être objectif.

Lorsqu’il s’agit de parler de coupure ou d’automutilation :

Concentrez-vous sur vos sentiments. Au lieu de partager des récits détaillés de votre comportement d’automutilation, concentrez-vous sur les sentiments ou les situations qui y conduisent. Cela peut aider la personne à qui vous vous confiez à mieux comprendre d’où vous venez. Il est également utile de lui faire savoir pourquoi vous lui parlez. Souhaitez-vous obtenir de l’aide ou des conseils de sa part ? Voulez-vous simplement qu’une autre personne soit au courant pour que vous puissiez lâcher le secret ?

Communiquez de la manière qui vous convient le mieux. Si vous êtes trop nerveux pour parler en personne, envisagez de commencer la conversation par un courriel, un texte ou une lettre (bien qu’il soit important de poursuivre par une conversation en face à face). Ne vous sentez pas obligé de partager des choses dont vous n’êtes pas prêt à parler. Vous n’êtes pas obligé de montrer à la personne vos blessures ou de répondre aux questions auxquelles vous ne vous sentez pas à l’aise de répondre.

Donnez à la personne le temps d’assimiler ce que vous lui dites. Même s’il est difficile pour vous de vous ouvrir, cela peut aussi être difficile pour la personne à qui vous parlez, surtout s’il s’agit d’un ami proche ou d’un membre de la famille.

Parler de l’automutilation peut être très stressant et susciter beaucoup d’émotions. Ne vous découragez pas si la situation empire pendant un court instant juste après avoir partagé votre secret. Il est inconfortable d’affronter et de changer des habitudes de longue date. Mais une fois que vous aurez surmonté ces difficultés initiales, vous commencerez à vous sentir mieux.

Conseil n°2 : Identifiez vos déclencheurs d’automutilation ou de coupure

Comprendre ce qui vous pousse à vous couper ou à vous automutiler est une étape essentielle vers la guérison. Si vous pouvez comprendre à quoi sert votre automutilation, vous pouvez apprendre d’autres moyens de répondre à ces besoins, ce qui peut réduire votre désir de vous blesser. L’automutilation est le plus souvent un moyen de faire face à une douleur émotionnelle. Quels sont les sentiments qui vous donnent envie de vous couper ou de vous blesser ? La tristesse ? L’anxiété ? La colère ? La solitude ? La honte ? Le vide ?

Si vous avez du mal à identifier les sentiments qui déclenchent votre envie de couper, vous devrez peut-être travailler sur votre conscience émotionnelle. La conscience émotionnelle signifie savoir ce que vous ressentez et pourquoi. C’est la capacité d’identifier et d’exprimer ce que vous ressentez d’un moment à l’autre et de comprendre le lien entre vos sentiments et vos actions. Les sentiments sont des informations importantes que notre corps nous donne, mais ils n’ont pas besoin d’entraîner des actions telles que les coupures ou l’automutilation.

L’idée de prêter attention à vos sentiments, plutôt que de les engourdir ou de les libérer par l’automutilation, peut vous effrayer. Vous avez peut-être peur d’être dépassé ou de rester bloqué par la douleur. Mais les émotions vont et viennent rapidement si vous les laissez s’exprimer. Si vous n’essayez pas de vous battre, de juger ou de vous battre pour ce sentiment, vous constaterez qu’il s’estompe rapidement, remplacé par une autre émotion. Ce n’est que lorsque vous êtes obsédé par ce sentiment qu’il persiste.

Conseil n°3 : trouvez de nouvelles techniques d’expression

L’automutilation est votre façon de faire face à des sentiments désagréables et à des situations difficiles. Si vous voulez arrêter, vous devez avoir d’autres moyens de faire face à la situation afin de pouvoir réagir différemment lorsque vous avez envie de vous couper ou de vous faire du mal.

Si vous vous automutilez pour exprimer votre douleur et vos émotions intenses, vous pourriez :

– Peindre, dessiner ou griffonner sur une grande feuille de papier avec de l’encre ou de la peinture rouge

– Commencer un journal dans lequel vous pourrez exprimer vos sentiments

– Composer un poème ou une chanson pour dire ce que vous ressentez

– Noter les éventuels sentiments négatifs et déchirer le papier

– Écoutez de la musique qui exprime ce que vous ressentez

Si vous vous automutiliez parce que vous vous sentez déconnecté ou engourdi, vous pourriez le faire :

– appeler un ami (vous n’êtes pas obligé de parler d’automutilation)

– Prendre une douche froide

– Tenez un glaçon dans le creux de votre bras ou de votre jambe

– Mâchez quelque chose qui a un goût très fort, comme des piments, de la menthe poivrée ou une pelure de pamplemousse

– Allez en ligne sur un site d’entraide, un salon de discussion ou un forum de discussion

Si vous vous automutilez pour relâcher la tension ou évacuer la colère, vous pourriez :

– faire de l’exercice physique en courant, danser, sauter à la corde ou frapper un sac de frappe

– Taper sur un coussin ou un matelas ou criez dans votre oreiller

– Serrer une balle anti-stress ou écrasez de la pâte à modeler

– Déchirer quelque chose (des feuilles de papier, un magazine)

– Faites du bruit (jouez d’un instrument, tapez sur des casseroles)

Des substituts à la sensation de coupe

– Utilisez un marqueur rouge pour dessiner sur votre peau à l’endroit où vous risquez habituellement de vous couper.

– Frottez des glaçons sur votre peau à l’endroit où vous pourriez habituellement vous couper.

– Placez des élastiques sur vos poignets, bras ou jambes et faites-les claquer au lieu de les couper.

Traitement professionnel des coupures et de l’automutilation

L’aide et le soutien d’un professionnel qualifié peuvent vous aider à surmonter vos habitudes de coupure ou d’automutilation, alors pensez à consulter un thérapeute. Un thérapeute peut vous aider à développer de nouvelles techniques et stratégies d’adaptation pour mettre fin à l’automutilation, tout en vous aidant à aller à la racine du mal que vous vous infligez.

N’oubliez pas que l’automutilation ne se produit pas dans le vide. Elle existe dans la vie réelle. C’est l’expression extérieure d’une douleur intérieure qui trouve souvent ses racines dans le début de la vie. Il existe souvent un lien entre l’automutilation et les traumatismes de l’enfance. L’automutilation peut être votre façon de faire face à des sentiments liés à des abus passés, à des flashbacks, à des sentiments négatifs envers votre corps ou à d’autres souvenirs traumatisants – même si vous n’êtes pas consciemment conscient de ce lien.

Trouver le bon thérapeute

Trouver le bon thérapeute peut prendre un certain temps. Il est très important que le thérapeute que vous choisissez ait l’expérience du traitement des traumatismes et de l’automutilation. Mais la qualité de la relation avec votre thérapeute est tout aussi importante. Faites confiance à votre instinct. Votre thérapeute doit être quelqu’un qui accepte l’automutilation sans la tolérer et qui est prêt à vous aider à travailler pour y mettre fin à votre propre rythme. Vous devez vous sentir à l’aise, même lorsque vous abordez vos problèmes les plus personnels.

Signes avant-coureurs d’une coupure ou d’une automutilation de la part d’un proche

Bien que les coupures et l’automutilation se produisent le plus souvent chez les adolescents et les jeunes adultes, elles peuvent se produire à tout âge. Comme les vêtements peuvent cacher des blessures physiques et que les troubles intérieurs peuvent être dissimulés par une disposition apparemment calme, l’automutilation d’un ami ou d’un membre de la famille peut être difficile à détecter. Dans n’importe quelle situation, vous n’avez pas besoin d’être sûr de savoir ce qui se passe afin de contacter quelqu’un qui vous inquiète.

Cependant, il existe des signaux d’alerte que vous pouvez rechercher :

– Blessures ou cicatrices inexpliquées dues à des coupures, des ecchymoses ou des brûlures, généralement sur les poignets, les bras, les cuisses ou la poitrine.

– Des taches de sang sur les vêtements, les serviettes ou la literie ; des tissus imbibés de sang.

– Objets tranchants ou instruments coupants, tels que rasoirs, couteaux, aiguilles, tessons de verre ou capsules de bouteilles, dans les affaires de la personne.

– Les « accidents » fréquents. Une personne qui s’automutile peut prétendre être maladroite ou avoir beaucoup de mésaventures, afin d’expliquer ses blessures.

– Se couvrir. Une personne qui s’automutile peut insister pour porter des manches longues ou des pantalons longs, même par temps chaud.

– Elle a besoin d’être seule pendant de longues périodes, en particulier dans la chambre ou la salle de bain.

– Isolement et irritabilité. Votre proche éprouve une grande douleur intérieure – ainsi que de la culpabilité quant à la façon dont il tente de la supporter. Cela peut l’amener à se replier sur lui-même et à s’isoler.

4 mythes sur l’automutilation: Comprendre pourquoi votre proche se coupe ou s’automutile

Parce que les coupures et l’automutilation ont tendance à être des sujets tabous, de nombreuses personnes nourrissent de sérieux malentendus sur la motivation ou l’état d’esprit de leur ami ou d’un membre de leur famille. Ne laissez pas ces mythes courants vous empêcher d’aider quelqu’un qui vous est cher.

Mythe 1 : Les personnes qui se coupent et s’automutilent essaient d’attirer l’attention.

Non:  La douloureuse vérité est que les personnes qui s’automutilent se blessent généralement en secret. Ils n’essaient pas de manipuler les autres ou d’attirer l’attention sur eux. En fait, la honte et la peur peuvent rendre très difficile le fait de se manifester et de demander de l’aide.

Mythe 2 : Les personnes qui s’automutilent sont folles et/ou dangereuses.

Non: Il est vrai que de nombreuses personnes qui s’automutilent souffrent d’anxiété, de dépression, de troubles alimentaires ou d’un traumatisme antérieur, tout comme des millions d’autres dans la population générale, mais cela ne les rend pas folles ou dangereuses. L’automutilation est la façon dont ils font face. Coller une étiquette comme « fou » ou « dangereux » sur une personne n’est ni précis ni utile.

Mythe 3 : Les personnes qui s’automutilent veulent mourir.

Non: Lorsque les gens s’automutilent, ils n’essaient généralement pas de se suicider, ils essaient de faire face à leurs problèmes et à leur douleur. En fait, l’automutilation peut être un moyen de s’aider à continuer à vivre. Cependant, il y a toujours le risque d’une blessure plus grave que prévu et, à long terme, les personnes qui s’automutilent ont un risque beaucoup plus élevé de se suicider, c’est pourquoi il est si important de chercher de l’aide.

Mythe 4 : Si les blessures ne sont pas graves, ce n’est pas si grave.

Non: La gravité des blessures d’une personne n’a pas grand-chose à voir avec l’intensité de ses souffrances. Ne supposez pas que parce que les blessures sont mineures, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.