6 mythes sur la ménopause à bannir !

C’est le sujet que beaucoup de femmes redoutent : la ménopause. Pendant des siècles, elle a été entourée de mystère et associée à une grande peur, laissant les gens de tous les sexes avec des idées préconçues et des jugements sur ce que cette phase naturelle de la vie incarne.

Cependant, une meilleure compréhension de la ménopause peut nous permettre de modifier positivement nos perceptions et notre approche de cette période cruciale. Poursuivez votre lecture en examinant de plus près certaines idées fausses courantes sur la ménopause et en vous expliquant comment chacune d’entre elles peut avoir une influence positive inattendue sur votre vie !

  1. La ménopause est considérée comme un signe de vieillesse :

Il s’agit d’une idée fausse courante, car la ménopause est en fait un processus naturel dans le cycle de vie d’une femme. Elle marque généralement la fin de la fertilité, mais elle peut parfois survenir plus tôt en raison de certaines conditions médicales ou de choix de vie. Elle commence souvent entre 45 et 55 ans, lorsque le corps de la femme commence à produire moins d’œstrogènes et de progestérone, deux hormones essentielles à la fertilité.

Bien que la ménopause puisse marquer la fin de la capacité d’une femme à avoir des enfants, cela ne signifie pas nécessairement que sa vie est terminée – de nombreuses femmes profitent de cette période de leur vie pour poursuivre leurs passions et explorer de nouvelles opportunités.

  1. Toutes les femmes connaissent les symptômes de la ménopause :

Si les bouffées de chaleur, les sautes d’humeur et l’insomnie sont tous des symptômes courants associés à la ménopause, toutes les femmes ne les ressentent pas de la même façon ni avec la même intensité. Certaines femmes peuvent n’avoir aucun symptôme ou des symptômes très légers, tandis que d’autres peuvent avoir des symptômes graves qui ont un impact significatif sur leur vie quotidienne. L’âge, le mode de vie et la génétique peuvent également jouer un rôle dans la détermination de la gravité des symptômes de la ménopause.

  1. La ménopause ne touche que les femmes âgées :

Comme mentionné précédemment, l’âge joue un rôle dans la détermination du moment où une personne sera ménopausée ; cependant, il existe des cas où des femmes plus jeunes peuvent aussi ressentir des symptômes de la ménopause en raison de certaines conditions médicales ou de certains traitements (comme la chimiothérapie). Dans ces cas, il est important de consulter un médecin afin d’identifier les problèmes sous-jacents et de les traiter en conséquence.

  1. La ménopause est synonyme de perte de libido :

S’il est vrai que certaines femmes connaissent une baisse du désir sexuel pendant la ménopause en raison des changements hormonaux, cela ne signifie pas nécessairement que cela sera permanent ou que le plaisir sexuel ne peut pas encore être apprécié pendant cette période de leur vie.

En fait, de nombreuses femmes trouvent que leur vie sexuelle est plus épanouie après la ménopause, puisqu’elles ne s’inquiètent plus de tomber enceinte ou de faire face aux changements physiques qui accompagnent l’accouchement et l’allaitement ; elles peuvent plutôt se concentrer sur le plaisir de l’intimité sans aucun souci !

  1. La ménopause ne peut être gérée en toute sécurité :

Il existe un certain nombre de méthodes sûres pour gérer les divers symptômes associés à la ménopause, telles que :

  • L’hormonothérapie (HRT).
  • Les thérapies alternatives comme l’acupuncture et le yoga.
  • Les modifications du régime alimentaire (surtout celles qui sont pauvres en caféine).
  • Les changements de style de vie comme l’exercice et les techniques de gestion du stress.

De plus, il n’existe pas d’approche universelle pour la gestion de cette maladie ; ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Il est donc important de discuter avec votre professionnel de la santé des options qui vous conviennent le mieux avant de prendre une décision ou de prendre des médicaments ou des suppléments de votre propre chef !

  1. La ménopause conduit au déclin cognitif :

Contrairement à la croyance populaire, la ménopause n’est pas nécessairement liée au déclin cognitif. Bien que de nombreuses femmes présentent des symptômes de santé mentale négatifs liés aux changements hormonaux pendant la ménopause, comme les bouffées de chaleur et les sautes d’humeur, rien ne prouve que cette transition entraîne un déclin de la mémoire ou des capacités de réflexion.

Au contraire, certaines études ont même mis en évidence une plus grande résilience mentale chez les femmes ménopausées. Par exemple, il a été démontré que les femmes de 40 ans étaient plus fortes en résolution de problèmes et en créativité que leurs homologues plus jeunes et plus âgées. Cela permet de conclure que, plutôt que d’entraîner une réduction du fonctionnement cognitif, la ménopause offre à certaines personnes l’occasion de développer de nouvelles compétences et de faire preuve d’une plus grande force psychologique.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.