5 risques pour la santé des femmes après la ménopause

A la ménopause, les femmes courent un risque accru de maladies cardiaques, de prise de poids et d'autres problèmes de santé.

Sans les effets protecteurs des hormones telles que les œstrogènes, les femmes courent un risque accru de maladies cardiaques, de prise de poids et d’autres problèmes de santé.

Vos règles, ou, plus précisément, l’absence de règles, ne sont pas la seule chose qui change après la ménopause. Les niveaux d’hormones qui assurent la régularité de votre cycle menstruel jouent d’autres rôles dans l’organisme. Sans les effets protecteurs de ces hormones, en particulier les œstrogènes, qui diminuent, les femmes sont confrontées à de nouveaux problèmes de santé.

En outre, d’autres changements liés au vieillissement, comme le ralentissement du métabolisme, peuvent augmenter le risque de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, d’ostéoporose et d’autres affections, selon le Bureau pour la santé des femmes (OSF). Les femmes ménopausées sont uniques en ce sens que leurs risques pour la santé augmentent non seulement en raison de l’âge mais aussi de la perte d’œstrogènes .

Quand êtes-vous ménopausée ?

La ménopause est diagnostiquée après coup, une fois que vous avez passé une année complète sans avoir de règles. Avant cela, vous pouvez sauter un cycle ou avoir des règles plus espacées que d’habitude. Pendant cette phase, vous êtes en périménopause, et non en ménopause. Pendant la périménopause, la quantité d’œstrogènes dans votre corps fluctue énormément. En revanche, une fois que vous êtes ménopausée, cette hormone tombe à un niveau très bas et y reste.

De nouveaux risques pour la santé apparaissent avec la baisse du taux d’œstrogènes

Les femmes qui n’avaient pas de problèmes de santé avant la ménopause peuvent être confrontées à des risques accrus de problèmes après avoir traversé ce changement. En plus de la perte d’œstrogènes, d’autres changements se produisent dans l’organisme et peuvent nuire à la santé après la ménopause. Par exemple, la pression artérielle, le LDL (« mauvais » cholestérol) et les triglycérides (une forme de graisse dans le sang) ont tendance à augmenter après la ménopause. Bien que les scientifiques ne sachent pas exactement pourquoi. Bien que chaque femme soit confrontée à des risques uniques en fonction de sa génétique et d’autres facteurs, il est bon de savoir comment se protéger contre ces problèmes de santé courants dont le risque peut augmenter après la ménopause.

1. Les maladies cardiaques

Les femmes pensent souvent que le cancer du sein est leur plus grande menace, mais le danger le plus important auquel elles sont confrontées après la ménopause est en fait la maladie cardiaque. Près d’un tiers des femmes développent une maladie cardiovasculaire, et le taux de crises cardiaques chez les femmes commence à augmenter environ dix ans après la ménopause. L’une des raisons principales est que les œstrogènes contribuent à la souplesse des vaisseaux sanguins, qui se contractent et se dilatent en fonction du flux sanguin. Lorsque les œstrogènes diminuent, cet avantage disparaît. Associé à d’autres changements, comme l’augmentation de la pression artérielle qui peut épaissir les parois des artères, le cœur des femmes devient soudainement vulnérable.

Les chercheurs ont constaté que les femmes qui ont davantage de bouffées de chaleur au début de la ménopause semblent également présenter un risque plus élevé de maladie cardiaque. Cette constatation a également été confirmée par une étude publiée en février 2021 dans le Journal of the American Heart Association, qui a révélé que des bouffées de chaleur fréquentes et persistantes étaient associées à de futures maladies cardiovasculaires. Les femmes qui ont des antécédents familiaux de maladies cardiaques ou des bouffées de chaleur précoces et importantes devraient demander à leur médecin si elles ont besoin de dépistages supplémentaires pour les maladies cardiovasculaires.

Réduisez les facteurs de risque de maladie cardiaque que vous pouvez.

Vous ne pouvez pas contrôler vos antécédents familiaux, qui influencent votre risque, mais vous pouvez réduire votre risque global en adoptant un mode de vie sain pour le cœur. Cela inclut une alimentation riche en légumes et pauvre en viande rouge et en sucre, un exercice physique de 150 minutes ou plus par semaine et l’arrêt du tabac. Soyez également attentives à certains paramètres comme: tension artérielle, taux de cholestérol et de sucre dans le sang, ainsi que votre indice de masse corporelle (IMC).

2. L’ostéoporose

Les femmes sont 4 fois plus susceptibles que les hommes de développer une ostéoporose. Une maladie dans laquelle les os deviennent fins et faibles et se fracturent plus facilement. Avant la ménopause, les os des femmes sont protégés par les œstrogènes, mais dans l’année précédant les dernières règles et se poursuivant pendant environ trois ans après, la perte osseuse est rapide. Étant donné que l’accélération de la perte osseuse peut commencer avant que les femmes n’arrêtent d’avoir leurs règles. Vous pouvez consulter votre médecin lorsque vos règles deviennent moins prévisibles afin de savoir ce que vous pouvez faire pour préserver la santé de vos os.

Les symptômes de l’ostéoporose peuvent être invisibles

Il se peut que vous ne remarquiez même pas que vos os s’affaiblissent, car l’ostéoporose peut ne pas provoquer de symptômes pendant des décennies. Une fracture osseuse peut être le premier signe de la maladie. C’est pourquoi il est vivement conseillé aux femmes de 65 ans et plus de passer un test qui mesure la densité osseuse de la colonne vertébrale et des hanches.

Dépistage de l’ostéoporose et tests dont vous pourriez avoir besoin

Si vous êtes ménopausée et présentez d’autres facteurs de risque, notamment la polyarthrite rhumatoïde, le tabagisme, l’alcoolisme, un faible IMC ou un parent ayant des antécédents de fracture de la hanche, demandez à votre médecin de vous faire passer un test avant 65 ans.

Comment améliorer la santé osseuse à la quarantaine

Pour conserver la solidité de vos os, veillez à inclure dans votre routine des exercices de port de poids, comme la marche rapide ou le jogging, car ils permettent à vos os de travailler contre la gravité pour se renforcer. Ne fumez pas non plus, le tabagisme est lié à un risque accru de fracture osseuse et d’ostéoporose.

Enfin, adoptez une alimentation saine, comprenant des aliments riches en vitamine D ou une exposition au soleil de 15 minutes plusieurs jours par semaine et en calcium (légumes à feuilles sombres et poissons en conserve comme le saumon et les sardines). »Assurez-vous d’avoir un apport suffisant en calcium et en vitamine D.

3. La prise de poids

La ménopause a un effet certain sur le métabolisme de la femme. La ménopause fait que votre corps prend de la graisse et perd de la masse de tissu maigre environ deux ans avant vos dernières règles jusqu’à deux ans après la ménopause. La graisse du ventre à la ménopause est plus qu’un problème esthétique L’excès de poids, en particulier au niveau de l’abdomen, est dangereux, car il peut augmenter le risque de diabète de type 2.

De plus, les femmes qui développaient rapidement de la graisse abdominale pendant la ménopause présentaient un risque accru de maladie cardiaque, même si leur poids reste stable. La ménopause elle-même est liée à un risque accru de syndrome métabolique. Il s’agit d’un groupe de plusieurs problèmes de santé, dont l’hypertension artérielle, l’hyperglycémie, l’excès de graisse abdominale et des taux de cholestérol anormaux, qui augmentent le risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de diabète de type 2.

Pourquoi la graisse migre vers l’abdomen d’une femme au milieu de la vie.

Ce risque accru de graisse abdominale s’explique en partie par la perte d’œstrogènes, qui déplace la graisse des hanches vers le milieu du corps. Les femmes proches de la ménopause qui ont des problèmes de sommeil, des sueurs nocturnes et des problèmes d’humeur peuvent constater que ces symptômes les empêchent de suivre un régime alimentaire sain ou de faire de l’exercice. Réduire les calories peut aider à contrer l’augmentation du poids après la ménopause. Parmi les autres conseils utiles, citons l’ajout d’exercices plus vigoureux à votre routine, la prise de votre plus gros repas à midi, l’absence de collations trop fréquentes et la pratique d’activités visant à réduire le stress, comme la méditation de pleine conscience ou le yoga.

4. Infection des voies urinaires

Après la ménopause, une diminution du taux d’œstrogènes peut entraîner un amincissement et un assèchement du tissu vaginal. Cela peut faciliter la prolifération des bactéries, ce qui peut éventuellement entraîner une infection des voies urinaires. Bien que le risque d’infection urinaire chez une femme dépende de facteurs individuels, tels que son état de santé général, la fréquence des infections urinaires augmente généralement avec l’âge. Chez les femmes de plus de 65 ans, le taux est environ le double de celui des femmes de tous âges.

Pour réduire votre risque d’infection urinaire:

– Urinez lorsque vous ressentez l’envie d’uriner et essayez d’éviter de rester plus de 3 ou 4 heures sans uriner. (Plus l’urine reste longtemps dans la vessie, plus les bactéries peuvent se développer).

– Veillez à vous essuyer de l’avant vers l’arrière.

– Buvez beaucoup de liquide, de préférence au moins six à huit verres d’eau par jour.

– Urinez avant et après les rapports sexuels.

– Évitez d’utiliser des douches vaginales ou des déodorants en spray pour l’hygiène féminine.

– Optez pour des sous-vêtements en coton respirant et évitez les pantalons trop serrés.

Si vous souffrez fréquemment d’infections urinaires (deux infections en six mois ou trois en un an), parlez-en à votre médecin pour savoir ce qui peut les provoquer et quelles options de traitement – comme les antibiotiques – pourraient vous convenir.

5. Incontinence urinaire

Les difficultés à contrôler la vessie peuvent commencer à la périménopause et se poursuivre pendant des années après. Environ la moitié des femmes ménopausées souffrent d’incontinence urinaire.
Le type le plus courant est l’incontinence urinaire d’effort, où la toux, les éternuements ou l’activité physique provoquent des fuites. L’incontinence par impériosité se produit lorsque les fuites sont accompagnées d’une envie incontrôlable d’aller immédiatement aux toilettes. De nombreuses femmes présentent un mélange des deux.

Pourquoi votre risque d’incontinence urinaire peut-il augmenter et ce que vous pouvez faire pour y remédier ?

Les tissus de la vessie et de l’urètre (le tube qui transporte l’urine de la vessie) contiennent des récepteurs d’œstrogènes et de progestérone et sont épaissis par ces hormones. Après la ménopause, le taux de ces hormones diminue, et les tissus s’amincissent et s’affaiblissent. En outre, les muscles autour du bassin peuvent perdre de leur tonicité avec le vieillissement, un processus connu sous le nom de « relaxation pelvienne ». Cela dit, l’incontinence urinaire est probablement plus liée à l’âge qu’à la ménopause spécifiquement.

Pour prévenir l’incontinence urinaire, videz votre vessie aussi souvent que possible. Et faites des exercices de Kegel, en contractant et en relâchant les muscles du plancher pelvien. La clé d’un bon exercice de Kegel est de faire travailler les muscles subtils qui contrôlent le flux d’urine, plutôt que les muscles fessiers. Maintenez chaque contraction pendant deux à trois secondes, jusqu’à cinq séries de 10 répétitions par jour. Si les problèmes persistent, parlez-en à votre médecin ou consultez un kinésithérapeute spécialisé dans le travail du plancher pelvien.

 

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -