Tout comprendre sur la pulsatille : propriétés, indications et effets secondaires

la pulsatille

La pulsatille est une plante herbacée très répandue en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Elle répond au nom scientifique d’Anemone pulsatilla et fait partie de la famille des Renonculacées. Appelée également coquerelle, c’est une plante à feuilles velues qui donne des fleurs de couleur violette. À l’origine de plusieurs préparations pharmaceutiques, elle renferme de nombreux composants actifs. Elle contient des tanins, des dérivés terpènes ainsi que de la lactone. En termes de soin, elle est surtout très appréciée des femmes, des jeunes filles et des enfants.

Indications thérapeutiques

Depuis plusieurs années, la pulsatille est utilisée pour soigner de nombreuses maladies. Elle est notamment prescrite dans les cas suivants :

Affections oto-rhino-laryngologie ou ORL

Grâce à sa propriété expectorante, cette plante est un excellent remède contre la toux et les bronchites aiguës. Elle est également indiquée en cas de sinusite et de rhume. Par ailleurs, une « poudre à éternuer » peut être fabriquée à partir des extraits secs de cette plante. Cette poudre est efficace pour lutter contre la migraine et les maux de tête.

Troubles digestifs :

  • Spasmes digestifs
  • Ballonnements
  • Digestion lente et difficile
  • Diarrhées et constipation

Troubles gynécologiques :

De par son activité antispasmodique, cette plante permet de soulager les règles douloureuses et les douleurs utérines. Elle est également indiquée en cas de :

  • Infection vaginale
  • Puberté tardive
  • Syndrome prémenstruel
  • Absence de montée de lait

Problèmes cardiovasculaires et circulatoires :

  • Varices
  • Engelures
  • Sensation de jambes lourdes

Affections cutanées et maladies infantiles :

  • Urticaire et réactions allergiques
  • Hypersensibilité au froid : peau rougeâtre, visage et extrémités bleutés
  • Rougeole
  • Rubéole

Troubles psychologiques et psychiques :

  • Insomnies et troubles de sommeil
  • Sautes d’humeur

Formes galéniques :

La pulsatille est disponible sous forme de teinture mère, de granules, d’ampoules et de suppositoires.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Modes d’utilisation et posologie recommandée

De manière générale, l’usage de la pulsatille se fait en interne.

  • Teinture mère : administration par voie orale, gouttes à diluer dans de l’eau
  • Granules : la dilution et le dosage dépendent du type de maladie à traiter. Il est conseillé de se référer à l’avis d’un thérapeute ou d’un médecin.

En usage externe, une administration par voie locale est possible. Pour ce faire, il suffit de faire un cataplasme à base de plante broyée.

Contre-indications et précautions d’emploi

Consommée fraîchement, la pulsatille s’avère être toxique. Un simple contact avec la plante peut provoquer des inflammations et irritations cutanées plus ou moins grave. De ce fait, il est préférable de procéder au séchage avant toute utilisation. Cette étape permet, en effet, d’éliminer les toxines contenues dans la plante.

Par ailleurs, dans un cadre thérapeutique, une prise à petite dose, sous forme de dilution homéopathique, est conseillée. En outre, bien que l’utilisation de cette plante soit courante chez les enfants, il est recommandé de solliciter au préalable l’avis d’un professionnel de santé. Cette recommandation est également valable pour les femmes enceintes et allaitantes. Notons qu’une prescription médicale permet d’éviter les désagréments liés à l’usage de cette plante officinale.