Sexologie: le porno rétrécit le cerveau

le porno rétrécit le cerveau

Porno ou cerveau, il faut choisir. Selon des travaux de chercheurs du très sérieux Institut Max Plank for Human Development de Berlin, les hommes qui passent beaucoup de temps à regarder de la pornographie sur Internet, au moins 4 heures par semaine, paraissent avoir moins de matière grise dans certaines parties du cerveau et une activité cérébrale réduite.

Dans leur étude, les chercheurs ont constaté un lien négatif significatif entre le fait de regarder de la pornographie pendant plusieurs heures par semaine et le volume de matière grise dans le lobe droit du cerveau, ainsi qu’avec l’activité du cortex préfrontal.

Ces effets pourraient indiquer des changements dans la plasticité neuronale résultant d’une intense stimulation du centre du plaisir précisaient-ils dans cette étude parue en  ligne dans le prestigieux  Journal of the American Medical Association (JAMA).

Les auteurs ne peuvent toutefois pas prouver que ces phénomènes sont provoqués par une grande consommation de pornographie et jugent que davantage de recherches sont de ce fait nécessaires. Mais selon eux, ces travaux fournissent la première indication de l’existence d’un lien entre le fait de regarder de la pornographie et une réduction de la taille et de l’activité du cerveau en réaction à une stimulation sexuelle.

Pornographie : 4 heures par semaine et le cerveau diminue

Pour cette étude, les auteurs, dont Simone Kühn, ont recruté 64 hommes en bonne santé âgés de 21 à 45 ans et leur ont demandé de répondre à un questionnaire sur le temps passé à regarder des vidéos pornographiques, qui était en moyenne de quatre heures par semaine.

Ils ont également fait un scanner (IRM) de leur cerveau pour en mesurer le volume et voir comment il réagissait aux images pornographiques. Ils ont constaté que plus les sujets regardaient de la pornographie, plus la taille du striatum, petite structure nerveuse juste sous le cortex cérébral, diminuait.

Pornographie : une dépendance aux images

Les scientifiques ont aussi observé que plus la consommation d’images pornographiques était élevée, plus les connexions entre le striatum et le cortex préfrontal, la couche extérieure du cerveau liée au comportement et au processus décisionnel, se détérioraient.

Des individus dont le volume du striatum est plus petit pourraient avoir besoin de plus de stimulations externes pour avoir du plaisir. Ils chercheraient ainsi dans la vue de films pornographiques davantage de plaisir, ce qui pourrait aussi conduire à en consommer de plus en plus, créant une sorte de dépendance, conclut l’étude.

Source

Simone Kühn, Jürgen Gallinat, Brain Structure and Functional Connectivity Associated With Pornography Consumption: The Brain on Porn JAMA Psychiatry. 71(7):827-834. doi: 10.1001