Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Nutrition

Régime MIND et restriction calorique : une approche prometteuse pour préserver les fonctions cognitives avec l’âge

une étude a récemment révélé qu'une légère réduction de l'apport calorique quotidien pourrait améliorer les capacités cognitives chez les personnes âgées.

Avec l’avancée en âge ou l’apparition de maladies liées à l’âge comme la démence, de nombreuses personnes commencent à ressentir un léger ralentissement de leur vitesse de traitement de l’information et des problèmes de mémoire occasionnels. Bien que les régimes alimentaires puissent offrir des bienfaits protecteurs contre le déclin cognitif, les résultats obtenus dans les essais cliniques n’ont pas encore été reproduits de manière concluante. Cependant, une étude a récemment révélé qu’une légère réduction de l’apport calorique quotidien pourrait améliorer les capacités cognitives chez les personnes âgées.

Le vieillissement et le déclin cognitif : une réalité à prendre en compte

Le vieillissement s’accompagne naturellement de certains changements dans les fonctions cognitives. Un léger déclin de la mémoire et de la vitesse de traitement de l’information peut ainsi commencer à se manifester avec l’âge. Bien qu’aucun nutriment individuel n’ait été identifié comme pouvant prévenir ce déclin cognitif, les études observationnelles suggèrent que le régime méditerranéen pourrait avoir des effets bénéfiques sur les capacités cognitives.

Le régime MIND : une approche hybride prometteuse

Face à ce constat, une étude a récemment comparé les effets du régime MIND (Mediterranean-DASH Intervention for Neurodegenerative Delay) – un régime hybride entre le régime méditerranéen et le régime DASH (Dietary Approaches to Stop Hypertension) – et d’une restriction calorique modérée sur les fonctions cognitives.

Le régime MIND se caractérise par l’inclusion de certains aliments spécifiques considérés comme bénéfiques pour la santé cognitive, ainsi que l’éviction d’autres aliments jugés néfastes. Les participants suivant ce régime ont ainsi été encouragés à consommer davantage de fruits, de légumes, de céréales complètes, de légumineuses, de noix et de poisson, tout en limitant leur consommation de viande rouge, de produits laitiers, de sucreries et d’aliments frits.

Restriction calorique modérée

En parallèle, tous les participants de l’étude, qu’ils suivent ou non le régime MIND, ont vu leur apport calorique quotidien réduit de 250 calories, dans le but de favoriser une perte de poids comprise entre 3 et 5 %.

L’étude a suivi 604 participants pendant 3 ans, répartis aléatoirement entre le groupe suivant le régime MIND et le groupe témoin conservant son régime habituel. Les résultats obtenus ont révélé que les deux groupes ont connu de légères améliorations de leurs performances cognitives, sans différence significative entre eux.

Pas de supériorité du régime MIND

Contrairement aux attentes des chercheurs, le régime MIND n’a pas démontré d’avantages significatifs par rapport au simple fait de suivre un régime plus sain. Les chercheurs suggèrent que le groupe témoin ayant également adopté une alimentation relativement équilibrée, toute amélioration du régime alimentaire pourrait bénéficier à la santé cognitive.

Le rôle de la perte de poids

Les participants ont en moyenne perdu 5 kg au cours de l’étude, ce que les chercheurs considèrent comme un facteur potentiellement responsable des améliorations cognitives observées. En effet, la perte de poids est connue pour apporter de nombreux bénéfices sur la santé, notamment en réduisant les risques de maladies cardiovasculaires, de résistance à l’insuline et même de certains cancers. De plus, la perte de poids serait susceptible d’avoir un effet anti-inflammatoire, un élément important pour la préservation des fonctions cognitives.

Implications pratiques et perspectives futures

Bien que les résultats de cette étude n’aient pas montré de supériorité du régime MIND, ils soulignent néanmoins l’importance d’adopter une alimentation saine, même à un âge avancé, pour prévenir le déclin cognitif. Selon les experts, tout changement positif dans l’alimentation peut potentiellement bénéficier à la santé cognitive.

Recommandations pour un vieillissement en bonne santé

Pour rester actif et en bonne santé même à un âge avancé, il est recommandé de :

  • Faire des choix alimentaires sains, incluant fruits, légumes, céréales complètes et viandes maigres
  • Pratiquer une activité physique modérée pendant environ 30 minutes par jour
  • Éviter le tabac
  • Effectuer des bilans de santé réguliers pour dépister et traiter précocement les maladies
  • Être attentif aux changements dans sa santé cognitive, notamment au niveau de la mémoire

Perspectives de recherche

Les chercheurs suggèrent que d’autres études comparant directement les effets du régime méditerranéen et du régime MIND sur les fonctions cognitives seraient intéressantes à mener. De telles recherches permettraient de mieux comprendre l’impact spécifique de ces deux approches alimentaires sur la préservation des capacités cognitives avec l’âge.

Cette étude souligne l’importance d’adopter de bonnes habitudes alimentaires, même à un âge avancé, pour préserver ses fonctions cognitives. Bien que le régime MIND n’ait pas démontré de supériorité, toute amélioration de l’alimentation semble bénéfique pour la santé cognitive. Davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents et optimiser les stratégies nutritionnelles visant à ralentir le déclin cognitif lié à l’âge.

 

 

5/5 - (16 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi