Pour l’OMS : les Européens grossissent, boivent trop, et fument trop

Le dernier rapport sur la santé des Européens pointe des courbes assez alarmantes sur le devenir de notre santé. En cause plusieurs facteurs bien connus négatifs pour notre santé.

Selon le dernier rapport sur la santé des Européens récemment publié par l’OMS,l’espérance de vie en Europe a augmenté de près de 4 ans depuis 2000. Bonne nouvelle mais cela pourrait bientôt s’inverser. Les experts s’alarment que sous peu, comme aux Etats-Unis, l’espérance de vie des Européens ne se réduise. En cause, l’obésité, le tabagisme et la consommation d’alcool.

Tabac, alcool et rougeole

Un tiers des européens de plus de 15 ans est fumeur et les taux de consommation d’alcool, tout en diminuant, restent parmi les plus élevés au monde. L’Europe a même encore le record, et c’est un record très malheureux, du tau le plus élevé de consommation d’alcool.

En raison de la méfiance grandissante des populations envers les vaccins et du sentiment de bonne couverture vaccinale, on assiste à des les flambées de rougeole dans plusieurs pays. Les cas de rougeole atteignent un niveau recorde Europe.

Nous devenons plus gros et l’obésité infantile s’envole

Plus de la moitié des européens est en surpoids, et ce nombre est en hausse dans une grande partie de la région. « Quand nous regardons les enfants, nous voyons des tendances qui sont vraiment, vraiment alarmantes », s’inquiète l ’auteur du rapport.

Les pays ayant la plus forte prévalence de surpoids chez les adolescents sont le Groenland et la Grèce, où près de 40% des garçons de 11 ans sont en surpoids obèses. L’Irlande, le Danemark et les Pays-Bas ont les taux d’obésité infantiles plus faibles d’Europe, soit environ 15%.

Certains pays d’Europe méridionale: l’Italie, Malte et l’Espagne, pour n’en nommer que-quelques-uns, ont environ un garçon sur cinq obèse, et les taux d’obésité chez les filles n’étaient que légèrement inférieurs. C’est plus du double de la prévalence dans les pays d’Europe du Nord comme le Danemark, la France,l’Irlande, la Lettonie et la Norvège, où les taux d’obésité chez les garçons et les filles variaient entre 5% et 9%.

La perte des régimes traditionnels méditerranéens et l’augmentation de la consommation de sucres et d’aliments riches en calories combinés avec des niveaux particulièrement faible d’activité physique sont les principales raisons avancées.

Rappelons que le régime méditerranéen est typiquement caractérisé par une forte consommation d’aliments à base de fruits et légumes et d’huile d’olive; une consommation modérée de poisson et de volaille; une faible consommation de produits laitiers, de viandes rouges et de sucreries.

Source :

World Health Organisation

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.