Ostéoporose: deux mesures efficaces pour enrayer la fonte des os

image d un bassin osteoporose
Ostéoporose: deux mesures efficaces pour enrayer la fonte des os

L’ostéoporose touche une femme sur trois et un homme sur dix âgés de plus de 55 ans. Une alimentation riche en végétaux et pauvre en viande rouge diminue le risque d’être affecté et ralenti la progression.

L’ostéoporose est caractérisée par des os qui deviennent de plus en plus poreux et fragiles. Augmentant avec le temps les risques de fracture, en particulier au niveau des hanches, des vertèbres et des poignets. Même si les causes de l’ostéoporose sont complexes, l’alimentation joue un rôle capital sur le risque d’être touché par cette dégénérescence osseuse. 99 % de tout le calcium présent dans le corps humain est présent dans les os où il joue un rôle de « ciment » qui lie les différentes composantes de l’os, lui donnant ainsi sa force et sa résistance. Un apport adéquat en calcium et en vitamine D (qui assure l’absorption du calcium) représente un paramètre clé dans le maintien de la densité de la masse osseuse.

Acidité, Ph sanguin: le calcium détourné des os pour sauver l’organisme

En plus de leur rôle structural, les os jouent également un rôle important dans le maintien de l’équilibre acido-basique, c’est-à-dire le pH du sang. Lorsque le sang est trop acide, le calcium contenu dans les os est relâché dans la circulation sanguine pour neutraliser cet excès d’acidité. Ainsi, il maintient le pH à son niveau physiologique de 7,4. Cependant, une utilisation excessive du calcium présent dans les os pour neutraliser l’acidification du sang peut mener à plus long terme à l’apparition de l’ostéoporose.

Des études suggèrent que la forte incidence de l’ostéoporose dans les pays occidentaux pourrait être liée à ce phénomène. On sait que les régimes alimentaires riches en protéines animales, comme ceux dans nos pays, entraînent un excès d’acidité dans le sang et donc une plus grande excrétion de calcium. Même si l’alimentation des habitants des pays occidentaux contient en général suffisamment de calcium, cet apport est perdu par une trop grande excrétion de ce minéral. D’ailleurs, les femmes nord-américaines, qui consomment quotidiennement près de 1000 mg de calcium, sont dix fois plus touchées par les fractures de la hanche que celles de certains pays asiatiques qui en consomment moins de 500 mg par jour.

Deux mesures à mettre en place contre l’ostéoporose

Du point de vue de l’alimentation, deux principaux facteurs peuvent contribuer à réduire l’excès d’acidité dans le sang et donc l’excrétion de calcium:

– Réduire la consommation de viandes rouges.

Les femmes qui adoptent une alimentation de type méditerranéen, riche en huile d’olive et pauvre en viandes rouges, ont une densité osseuse supérieure à celles qui ont une alimentation de type occidental

– Augmenter la consommation de fruits et légumes.

Contrairement aux viandes, la consommation de végétaux comme les fruits et légumes entraîne une alcalinisation (diminution de l’acidité) du sang. Ce qui ne favorise donc pas l’excrétion de calcium. D’ailleurs, plusieurs études ont montré qu’une alimentation riche en végétaux était associée à une plus forte densité osseuse. En plus de leur impact positif sur le pH sanguin, les végétaux apportent un contenu élevé en vitamine K. Cette vitamine joue un rôle important dans la stabilisation de la structure des os.

La prévention de l’ostéoporose constitue donc un autre exemple des bienfaits associés à une alimentation basée sur la consommation abondante de végétaux, combinée à un apport réduit en viandes rouges.

Source

Willett, WC. Eat, drink and be healthy : The Harvard medical school guide to healthy eating. Free Press, New-York p.163Kontogianni et al. Nutrition 25 : 165-171

Lanham-New, SA Am. J. Clin. Nutr. 83 : 1254-1255

 

 

 

Article précédentAttention! Ce que vous verrez en premier sur cette image en dira long sur votre personnalité
Article suivantMincir au travail: restez debout et levez-vous le plus souvent possible
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.