Fertilité: les omega 3 stimulent les hormones féminines

boite de pilules omega3
L’apport total en lipides, et plus particulièrement celui en acides gras polyinsaturés Omega 3, a des effets favorables sur la fécondité de la femme.

L’apport total en lipides, et plus particulièrement celui en acides gras polyinsaturés Omega 3, a des effets favorables sur la fécondité de la femme.

S’il est bien établi que des apports alimentaires insuffisants, comme dans l’anorexie, réduisent la fertilité de la femme, d’autres données  suggèrent que différents facteurs nutritionnels sont susceptibles de moduler la fertilité, notamment par perturbation de l’ovulation. Ces facteurs comprennent les graisses, ce qui n’est pas étonnant lorsqu’on sait que certains acides gras sont en effet susceptibles de moduler la synthèse des hormones féminines comme la  progestérone et les prostaglandines.

Plus de testostérone libre

Cette étude menée par une équipe américaine s’intéressait tout particulièrement à l’apport en graisses, les concentrations hormonales et le risque d’anovulation sporadique. Elle a été réalisée auprès de 259 femmes ayant des menstruations régulières. Les hormones ont été mesurées jusqu’à 8 fois par cycle. Les résultats montrent que le tertile le plus élevé pour le pourcentage de l’énergie venant des lipides est associé à une augmentation des concentrations de testostérone totale et libre. Cet effet est encore plus marqué pour les acides gras polyinsaturés omega 3.

Augmentation de l’hormone féminine principale et diminution du trouble de l’ovulation

Un acide gras oméga-3 à longue chaîne, l’acide docosapentaénoïque ne s’avère pas associé de façon significative aux taux de testostérone, mais à une augmentation de la progestérone ainsi qu’à une réduction du risque d’anovulation.

Cette étude apporte donc de nouveaux arguments en faveur d’une présence suffisante d’acides gras polyinsaturés  oméga-3 dans la régulation des problèmes de fertilité.

Source

Mumford S. et al.: Dietary fat intake and reproductive hormone concentrations and ovulation in regularly menstruating women. Am J Clin Nutr