Méditation: la pleine conscience soulage la douleur et permet de diminuer les antalgiques

Un essai clinique révèle que la pleine conscience est très efficace pour traiter l'abus d'opioïdes chez les personnes souffrant de douleur chronique.

Un essai clinique révèle que la pleine conscience est très efficace pour traiter l’abus d’opioïdes chez les personnes souffrant de douleur chronique. Dans le cadre du plus vaste essai de ce type mené à ce jour, les chercheurs ont constaté que la formation à la pleine conscience réduisait la douleur, le dosage des opioïdes et la dépression chez les patients souffrant de douleurs chroniques.

Un essai clinique randomisé mené par des chercheurs de l’Utah a comparé l’efficacité de la thérapie basée sur la pleine conscience à celle de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour réduire à la fois la consommation d’opioïdes et la douleur chez les patients souffrant de douleurs chroniques. Cet essai, publié dans la revue JAMA Internal Medicine en 2022, est le dernier d’une série d’études qui utilisent des techniques basées sur la pleine conscience pour réduire la douleur et l’utilisation d’opioïdes chez les personnes souffrant de douleurs chroniques. L’auteur principal de l’étude, Eric Garland, PhD, a conçu l’approche Mindfulness-Oriented Recovery Enhancement (MORE). Elle associe un entraînement à la pleine conscience, des modifications du cours des pensées négatives, le réapprentissage de l’appréciation des expériences positives et la psychologie positive, qui encourage les gens à se concentrer sur leurs forces plutôt que sur leurs faiblesses.

L’essai clinique randomisé a porté sur 250 adultes souffrant de douleurs chroniques qui faisaient un mauvais usage des opioïdes qui leur avaient été prescrits pour traiter leur douleur. La moitié d’entre eux répondaient aux critères du trouble de l’usage des opioïdes (TUO) au moment où ils ont été recrutés pour l’essai. Environ la moitié des patients ont suivi une formation de groupe à la pleine conscience pendant huit semaines en utilisant MORE. Le groupe témoin a reçu une TCC standard dans un cadre de groupe. Les chercheurs ont encouragé les patients à faire ce qui était bon pour eux et n’ont forcé personne à se sevrer de ses médicaments. Pour les patients qui voulaient ou devaient continuer à prendre des opioïdes, MORE les a aidés à réduire le risque de mauvais usage et à soulager la douleur.

Moins de médicaments, moins de douleurs

L’utilisation abusive d’opioïdes a diminué en moyenne de 45 % dans le groupe MORE, soit deux fois plus que dans le groupe CBT. Plus de 35 % des personnes du groupe MORE ont réduit leur consommation d’opioïdes d’au moins la moitié. Les personnes du groupe MORE ont également signalé une diminution de la douleur, des envies d’opioïdes et de la détresse émotionnelle, même si elles prenaient moins d’analgésiques. Les effets ont duré au moins jusqu’à la période de suivi de neuf mois des chercheurs. Et bien que les effets aient semblé se stabiliser entre six et neuf mois pour le groupe MORE, les effets de la TCC ont en fait diminué dans le groupe témoin.

Les auteurs notent qu' »Il est difficile de faire des déclarations générales sur la douleur chronique, car elle est si différente d’une personne à l’autre, mais il semble y avoir un moyen de moduler la façon dont la relation d’une personne avec la douleur module l’envie d’un médicament. Ces données montrent que plus les gens pratiquent, plus ils en retirent des bénéfices « . Cette nouvelle étude est la plus longue et la plus avancée des essais qui ont testé l’intervention de pleine conscience spécifiquement conçue pour les patients souffrant de douleurs chroniques et faisant un usage abusif d’opioïdes. L’objectif avec ces patients est double : Réduire la dépendance aux opioïdes et continuer à gérer la douleur.

Ce qui rend l’approche MORE unique, c’est qu’elle vise à aider les personnes qui ont consommé des opioïdes à long terme à réapprendre à savourer le plaisir. Pour les chercheurs:  » À cause des opioïdes, leur système de récompense est complètement déréglé. La physiologie a été modifiée de telle sorte que l’appétit pour la drogue a pris le dessus sur les voies de la récompense.

Les opioïdes ne soulagent que temporairement la douleur

Malgré des doses relativement élevées d’opioïdes, les participants à l’essai souffraient toujours de douleurs chroniques importantes. Cela s’explique par le fait que « les opiacés ne sont pas efficaces contre la douleur chronique. Les opiacés comme la morphine peuvent plutôt soulager la douleur aiguë qui est temporaire, comme la douleur post-chirurgicale. La douleur chronique, en revanche, dure souvent toute la vie. Cela fait de la pleine conscience une modalité particulièrement efficace pour aider les gens à faire face à la douleur chronique.

D’après les recherches, l’effet immédiat que la pleine conscience peut avoir est sur la douleur. C’est l’une des seules techniques qui peut réduire immédiatement la douleur, et nous commençons tout juste à le comprendre. la recherche a jusqu’à présent montré que l’effet de la pleine conscience sur la perception de la douleur n’est pas seulement un effet placebo, et contrairement à d’autres modalités de soulagement de la douleur, elle semble fonctionner en dehors du système opioïde interne du corps. Les médicaments tels que les opioïdes sur ordonnance, et même les analgésiques en vente libre comme l’ibuprofène, agissent au sein du système opioïde de l’organisme pour empêcher les signaux d’atteindre le cerveau, où ils sont traités et perçus comme de la douleur. La pleine conscience engage des processus neuronaux et physiologiques qui sont tout à fait uniques. La théorie veut que nous ne puissions pas soulager la douleur en dehors du système opioïde en utilisant une autre méthode.

La douleur chronique n’est pas « dans votre tête »

Ces dernières années, la question de savoir si la douleur chronique a des origines psychologiques a fait l’objet d’un débat. Il y a certainement des facteurs psychologiques qui influencent la douleur des gens, mais les gens souffrent aussi de conditions médicales qui sont très douloureuses. Même lorsque la douleur provient d’une source purement physiologique, comme une hernie discale ou un genou arthritique, la pleine conscience peut toujours être un excellent moyen de réduire la douleur.

Le dernier essai MORE a montré que la pleine conscience peut également atténuer les effets secondaires émotionnels de la douleur chronique. Au début de l’essai, près de 70 % des patients répondaient aux critères du trouble dépressif majeur (TDM). À la fin de l’essai, les personnes traitées par MORE présentaient des symptômes de dépression réduits qui n’étaient plus considérés comme des troubles dépressifs majeurs. Cet effet est tout aussi important que le soulagement de la douleur et la réduction de la dépendance aux opioïdes.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -