Les vertus thérapeutiques du thym

Le thym ou Thymus vulgaris, l’une des 300 variétés de l’espèce, fait partie de la famille des Lamiacées. C’est une herbe aromatique très utilisée depuis l’antiquité pour de nombreux usages : cuisine, rituels, philtres magiques, remèdes médicinaux. Au début du 20 ème siècle, l’action bactéricide de son huile essentielle est découverte, renforçant son rôle en phytothérapie. Quels sont les troubles traités par le thym ?

Quelle est sa composition ?

Le thym contient :

  • de l’huile essentielle : riche en composants phénolés, certains majoritaires comme le thymol, le carvacrol, le p-cymène (aux propriétés antiseptiques, antifongiques, anti-infectieuses, antispasmodiques, expectorantes), elle contient des composants allergènes,
  • des flavonoïdes : flavones (apigénine, anti-inflammatoires, anticancéreux), polyméthoxyflavones (aux propriétés antioxydantes et anti-cancéreuses),
  • des acides phénols : activateurs métaboliques, antioxydants, anti-inflammatoires…
  • des triterpènes : acide oléanique et acide ursolique (antioxydants, anti-inflammatoires),
  • des polysaccharides : antitussifs et souvent régulateurs du système immunitaire.

Quels sont ses usages thérapeutiques ?

Le thym est conseillé pour :

  • traiter les troubles respiratoires : bronchite, asthme, grippe, rhume, toux, pleurésie,
  • guérir certaines affections cutanées et buccales : mycose, furoncle, panaris, gingivite, aphte,
  • améliorer le confort digestif : atténue les flatulences et les diarrhées, apaise les infections et inflammations intestinales (dysenterie, colite),
  • stimuler le système immunitaire : redonne un coup de fouet en cas de fatigue.

Comment l’utiliser ?

  • tisane : infuser une cuillère à soupe de plante séchée dans une tasse d’eau bouillante, 3 tasses par jour. Plus concentrée (5 g par 100 ml d’eau bouillante) peut être administrée en bain de bouche ou en compresse sur la peau.
  • inhalation : 2 cuillères à café de thym ou 5 gouttes d’huile essentielle dans un grand bol d’eau fumante
  • poudre : 4 à 8 g dilués dans une boisson ou du miel.
  • teinture-mère : 25 à 30 gouttes avec un peu d’eau, 3 fois par jour.
  • huile essentielle : par voie externe, diluer 5 % d’huile essentielle dans 95 % d’huile de support pour massages sur les zones concernées et applications cutanées.  Par voie orale, avec précaution, 1 goutte dans 1 cuillère à café de miel, 3 fois par jour. Ne jamais diffuser l’huile essentielle pure.

Quelles sont les précautions à prendre en phytothérapie ?

La plante est bien tolérée mais peut entraîner des allergies et des irritations des muqueuses.  Il peut y avoir des interactions médicamenteuses entre le thym et les médicaments antithyroïdiens.

Déconseillée pendant  la grossesse et l’allaitement et aux personnes souffrant d’hypertension artérielle.

L’huile essentielle est contre-indiquée en cas d’insuffisance hépatique, aux personnes asthmatiques ou épileptiques. Suivre un avis médical.

Ne pas administrer à forte dose et durablement.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand