Les épinards: d’importants effets anti-cancer

La cuisson de la viande à haute température entraîne la formation d’une classe de molécules toxiques qui augmentent le risque de cancer, les amines hétérocycliques. Étonnamment, cet effet cancérigène pourrait cependant être contrecarré par la consommation simultanée d’épinards.

Lors de la cuisson de la viande à haute température (+ de 200°C), la créatine présente en grande quantité dans les cellules musculaires se lie chimiquement aux acides aminés des protéines pour former des amines hétérocycliques (AHC). La présence de ces molécules complexes dans une portion de viande peut être facilement visualisée: plus la viande est carbonisée, plus elle contient des AHC! Ces AHC sont des molécules très dangereuses, car elles possèdent la propriété de se lier à l’ADN et de causer des mutations génétiques qui peuvent enclencher le développement d’un cancer, notamment au niveau du côlon. Une quinzaine de ces cancérigènes ont été identifiées dans les viandes cuites à haute température et plusieurs études ont montré que la consommation élevée de viandes carbonisées est associée à une augmentation du risque de cancer du côlon, du pancréas, de la prostate, de l’estomac et du sein.

Les végétaux aux propriétés anti-cancer

Il est cependant très rare que l’on mange de la viande seule, sans l’accompagner d’un ou de plusieurs légumes. Est-ce que la consommation de ces végétaux, en particulier ceux qui sont dotés de propriétés anti-cancéreuses, pourrait réduire le risque de cancer associé aux AHC présents dans la viande? Pour répondre à cette question, une équipe de chercheurs de l’Oregon a administré à des animaux modèles une dose de PhIP, une AHC retrouvée en abondance dans la viande cuite, et qui provoque l’apparition de tumeurs au niveau du côlon de ces modèles. Une partie des animaux a été par la suite nourrie de façon standard, alors qu’une autre était soumise à une alimentation contenant 10 % d’épinards. La différence est frappante: les modèles ayant consommé les épinards ont vu l’incidence de tumeurs au niveau du côlon chuter de 50 % ! Il semble donc que les dommages exercés par les AHC de la viande puissent être en bonne partie renversés par la consommation de certains végétaux.

Les épinards des champions de la lutte contre les cancérigènes

La protection offerte par les épinards est due à un effet spectaculaire de ce légume sur plusieurs protéines procancéreuses dont l’expression est stimulée par

les AHC. Les substances cancérigènes ne sont pas seulement dangereuses pour leur capacité à provoquer de mutations dans l’ADN; elles peuvent aussi agir de façon épigénétique, c’est-à-dire en affectant l’expression de certains gènes impliqués dans la prolifération incontrôlée des cellules. Dans le cas de l’AHC à l’étude, les chercheurs ont montré que ce toxique entraîne des changements majeurs dans les niveaux de certains microRNAs, de petites séquences dérivées de l’ADN «poubelle» qui agissent comme un système de contrôle de l’expression des gènes. Lorsque les cellules sont touchées par l’AHC, les variations de ces microRNAs induisent une forte expression de protéines oncogéniques qui favorisent la transformation des cellules en tumeurs.

Cependant, en présence d’un apport régulier en épinards, ces variations de microRNAs sont grandement atténuées, avec comme résultat que les cellules parviennent à résister à l’effet cancérigène du toxique. Ces observations indiquent donc qu’il est possible de se protéger concrètement des différentes molécules cancérigènes présentes dans certains aliments en intégrant à l’alimentation des végétaux riches en composés phytochimiques. La prochaine fois que vous mangerez un steak sur le BBQ, que diriez-vous d’une salade d’épinards frais pour accompagner le tout?

Source

Parasramka MA et al. MicroRNA profiling of carcinogen-induced rat colon tumors and the influence of dietary spinach. Mol. Nutr. Food Res

Article précédentMoins de cancer colorectal chez les végétariens.. qui mangent du poisson
Article suivantLe chocolat noir excellent pour la flore intestinale
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.