Les bienfaits de l’arnica et les précautions qui s’imposent

L’arnica, ou herbe aux chutes, est une plante herbacée vivace des régions montagneuses d’Europe et d’Asie. Elle appartient à la famille botanique des Asteracées et son nom scientifique est Arnica Montana. Elle prend souvent place dans la boîte à pharmacie familiale en prévision des bosses.  Mais cette plante, à utiliser avec prudence, a d’autres indications car elle renferme beaucoup d’actifs. Quels sont ses bienfaits et les précautions à prendre ?

Quelle est la composition de l’arnica ?

L’arnica contient ces substances :

  • lactones sersquiterpéniques : anti-inflammatoires, analgésiques,
  • caroténoïdes : des pigments antioxydants, inhibent la prolifération cellulaire,
  • alcaloïde : l’arnicine, une résine amère très toxique,
  • flavonoïdes : antioxydants,
  • acides phénoliques : antioxydants,
  • coumarines : aux propriétés anticoagulantes,
  • tannins : anti-inflammatoires, antibactériens, astringents,
  • l’huile essentielle : à consistance grasse
  • polysaccharides : immunostimulants,
  • stérols : des acides gras aux bienfaits cardiovasculaires

Quels sont ses usages phytothérapeutiques ?

  • remède contre les contusions, hématomes, bosses,
  • soulage les entorses, névralgies, tendinites,
  • atténue les contractions musculaires, douleurs articulaires, dorsales,
  • apaise les douleurs post chirurgicales : en traitement préventif sur la zone à opérer,
  • améliore l’insuffisance veineuse,
  • soulage certaines affections dermatologiques : furoncles, dermatose inflammatoire, piqûre d’insecte
  • traite localement les aphtes et les gingivites.

Comment utiliser l’arnica ?

En phytothérapie, l’arnica s’utilise :

  • en infusion pour usage externe exclusivement : 3 g de fleurs séchées dans 100 ml d’eau bouillante à infuser quinze minutes, filtrer et laisser refroidir. Appliquer ensuite la préparation sur les zones à traiter avec une compresse.
  • en gel, crème, pommade, spray : masser les zones concernées.
  • en teinture-mère : appliquer sur la peau une compresse imbibée de teinture préalablement diluée dans 5 fois sa quantité d’eau.
  • en huile végétale d’arnica : masser les zones concernées.

L’arnica existe en homéopathie, ce qui permet une utilisation par voie orale. Demander conseil à un professionnel de santé.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Il ne faut absolument pas ingérer de l’arnica ni l’appliquer sur des plaies ouvertes.

Les soins bucco-dentaires doivent être réalisés avec des quantités très faibles de solution qui ne doivent pas être avalées. Réserver ce traitement aux adultes.

L’application cutanée peut entraîner des réactions allergiques. Faire un test de tolérance au préalable.

Ne pas prolonger l’application ou utiliser un dosage trop important d’arnica (risque de réactions cutanées de type vésicule, pustule, eczéma).

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand