Les airelles rouges, une plante aux multiples bienfaits

airelles rouges

Les Airelles rouges vivent généralement dans les bois clairs et les montagnes, en milieu à pH acide. On en trouve en Eurasie, en Amérique du Nord et en Arctique. Elles sont produites par un arbrisseau de la famille des Ericacea. Cette plante a pour nom scientifique Vaccinium vitis-idaea. On l’appelle aussi airelle vigne du Mont Ida, canche ou herbe rouge. Elle renferme des phénolglycosides dont l’arbutine, des anthocyanines et des tanins. Elle contient aussi de la vitamine C et des flavonoïdes et de nombreux minéraux.

Dans quels cas utiliser les airelles rouges ?

La composition chimique de la plante lui confère ses pouvoirs thérapeutiques. Elle s’utilise ainsi pour de nombreuses actions.

  • Désinfectant urinaire

L’airelle rouge agit en désinfectant urinaire naturel. Elle aide aussi à prévenir les cystites en favorisant le drainage de la vessie.

  • Santé utérine

La plante empêche la survenue de fibromes utérins et d’hyalinose ovarienne. Elle atténue les contractions musculaires et les bouffées de chaleur pendant la ménopause.

  • Action sur l’appareil digestif

L’airelle rouge soigne les constipations chroniques, les coliques spasmodiques et les diarrhées. Elle agit contre les infections et assure le drainage intestinal. Elle favorise l’assimilation de minéraux, surtout celle du calcium. Elle participe ainsi à la prévention de l’ostéoporose chez les personnes âgées.

  • Protection vasculaire

La plante prévient la dégénérescence de la paroi vasculaire. Elle guérit l’athérosclérose hyaline et la péricardite.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les différentes préparations à base d’airelles rouges

On confectionne différentes formes de remèdes avec les airelles rouges. Pour ce faire, on se sert généralement des fruits. On en fabrique des gélules, des comprimés à avaler ou à sucer, des granulés des pastilles et des jus. Mais les feuilles peuvent aussi servir pour la confection de teinture mère.

Modes d’emploi et conseils d’utilisation

Pour traiter des cystites et des infections intestinales, il suffit de consommer régulièrement du jus d’airelles. Cela peut aussi servir de mesure de prévention. Des études ont permis de prouver leur efficacité. La consommation recommandée est alors d’environ 1 litre par jour. Le traitement peut aussi être constitué de teinture mère de feuilles d’airelle. On peut aussi espérer le même effet en consommant le fruit sans transformation. Pour cela, il faut toutefois supporter l’acidité. Sinon, les préparations culinaires comme les confitures ou compotes peuvent aussi fournir les mêmes actions thérapeutiques.

Pour les actions antispasmodiques, anti-infectieuses, on recommande plutôt les autres formes. La posologie se réfère aux prescriptions médicales. Elle repose sur la connaissance de la concentration en principes actifs. Pour un rendement optimal, on choisit les produits à teneur élevée. Cela assure une efficacité contre les maladies.

Les airelles rouges présentent un goût particulièrement acide. Certaines préparations comme les comprimés à sucer, les pastilles et les granulés à dissoudre sont difficiles à avaler. On recommande pour les sensibles les gélules et les comprimer à avaler.

Précautions d’emploi de l’airelle rouge

Les airelles rouges contiennent une quantité considérable d’acide oxalique. Ainsi, elles sont contre-indiquées chez les sujets atteints de calculs rénaux.