Iodum, une souche homéopathique d’origine chimique ?

souche homéopathique Iodum

Actuellement, l’homéopathie s’affiche au même rang que la phytothérapie, la massothérapie et l’aromathérapie. L’Iodum désigne un remède homéopathe produit par le Laboratoire Boiron, qui sert particulièrement à traiter l’hyperthyroïdie et l’hypertrophie.  C’est une souche minérale obtenue à partir de l’Iode. Découvert en 1811 par Bernard Courtois, cet oligoélément découle de la famille des halogènes. Coloré en gris métallique pivotant au violet, il possède une forme solide.

De numéro atomique 53 et de symbole I, l’iode désigne un élément chimique essentiel dans la composition des hormones thyroïdiennes. A une dose bien maîtrisée, c’est une substance dont l’organisme en a besoin pour bien fonctionner. En effet, l’excès ou le manque d’iode peut déclencher des effets graves chez l’organisme de l’être humain. Pour y remédier, les laborantins Boiron exploitent les propriétés de ce minéral et proposent des solutions homéopathiques Iodum. On peut citer les teintures mères, les gouttes, les doses, les ampoules, les pommades et les suppositoires.

En alimentation, on peut trouver l’iode dans les fruits de mer et le sel de mer. La ration journalière conseillée pour l’homme adulte doit rester à 150 microgrammes.

Les effets bénéfiques de l’Iodum pour la santé

Les mauvaises proportions en iode peuvent nous induire à des problèmes de croissance et des désordres mentaux.  Ceci sans parler des nodules de la thyroïde, des troubles sexuels et ORL. Sachez que ce sont toutes des conséquences liées à la carence et à l’abus de la consommation d’iode. Pour traiter l’insuffisance thyroïdienne et hyperthyroïdie, les homéopathes recommandent l’usage des préparations homéopathiques Iodum. Il permet d’alléger l’hypertrophie cardiaque avec palpitations. On conseille surtout son utilisation dans les soins des :

  • Rhinopharyngites aiguës et chroniques accompagnées d’un écoulement nasal irritant,
  • Laryngites aiguës avec toux rauque et une grande anxiété,
  • Chatouillements laryngés (laryngite douloureuse avec sensation d’étouffement),
  • Muqueuses (aphtes, gingivite ou stomatite),
  • Diarrhées glaireuses et irritantes aggravées par le lait,
  • Troubles dermatologiques comme l’acné banale et l’acné rosacée,
  • Ulcérations de la muqueuse buccale,
  • Kystes synoviaux.

Chez l’homme, il traite l’induration testiculaire ou l’atrophie des testicules.

La préparation homéopathique Iodum apporte son aide en nécrologie et en endocrinologie.  Il soulage en particulier le tremblement, le goitre hyperthyroïdien, la tachycardie (aggravée au moindre exercice) et l’exophtalmie. Il agit également sur les kystes ovariens du côté droit, les pertes irritantes brûlantes et l’endométriose.

Iodum : contre-indications et utilisations

La souche homéopathique Iodum se présente sous forme de granules galéniques en basse, moyenne et haute dilution. Aucune contre-indication, mais avant de commencer un traitement, demandez toujours l’avis d’un professionnel de santé. Au cours du traitement, évitez de toucher les granules avec les doigts. Pour ouvrir le tube, veuillez retirer la languette puis renverser et tirer le capuchon pour faire sortir les granules. En cas de nodules thyroïdiens indolores, prenez 5 CH en 2 prises par jour. Vous pouvez traiter en dilution basse ou moyenne l’endométriose, toujours en 5 CH, deux prises par jour.