Huile essentielle d’hysope couchée

huile essentielle d’hysope

L’hysope couchée (Hyssopus officinalis var. Decumbens) est un arbrisseau vivace à feuilles persistantes et à fleurs bleues provenant des régions méditerranéennes. Elle appartient à la famille des Lamiaceae. Renfermant de nombreuses qualités curatives, on l’utilise depuis des années pour guérir plusieurs maladies. En général, on l’emploie sous forme d’huile essentielle extraite des sommités fleuries.

Profil biochimique

L’huile essentielle d’hysope couchée renferme une quantité importante de linalol et de 1,8-cinéole. Le taux d’oxyde présent est de 50 à 60 % tandis que le linalol représente jusqu’à 10 % des composants actifs. On détecte également la présence de cétones (5 à 8 %) et de pinocamphone (environ 3 %).

Indications thérapeutiques

L’huile essentielle d’hysope couchée favorise la respiration. Grâce à ses propriétés anti-catarrhales, mucolytiques et antiseptiques, elle permet de traiter la majorité des affections des voies respiratoires. D’ailleurs, elle est particulièrement indiquée en cas d’asthme ou de bronchites asthmatiformes. Ses autres indications sont les toux, la sinusite, la rhinite, la grippe et l’otite. En outre, de par son activité anti-infectieuse, elle aide à traiter les infections d’origine virale et bactérienne.

Cette huile essentielle améliore également le bien-être. Sur le plan physique, elle aide principalement à combattre les états de fatigue. Sur le plan psychologique, elle stimule surtout le système nerveux central, ce qui permet de lutter contre certains troubles nerveux. À titre d’exemple, elle intervient dans le traitement des angoisses, de l’anxiété et de la déprime. Elle est également efficace pour faire face aux situations stressantes. Enfin, elle facilite la clarté d’esprit et favorise la concentration.

Recommandations d’utilisation

L’huile essentielle d’hysope couchée s’administre par voie orale, par voie cutanée et par voie respiratoire.

Voie orale :

Pour l’administration en interne, il est recommandé de se conformer à la prescription d’un médecin ou d’un spécialiste en aromathérapie.

Voie cutanée :

Il est toujours préférable de procéder à une dilution de l’huile essentielle d’hysope couchée dans de l’huile végétale avant chaque application cutanée. Dans un récipient, mélanger ainsi 8 gouttes d’huile végétale (exemple : amande douce) et 2 gouttes d’huile essentielle. Par la suite, appliquer le mélange le long de la colonne vertébrale, sur le dos, sur les voûtes plantaires et sur le thorax.

En bain, ajouter 5 gouttes d’huile essentielle à du savon liquide. Verser ensuite la préparation dans l’eau chaude du bain.

Voie respiratoire :

En diffusion, déposer 2 à 3 gouttes d’huile essentielle dans le diffuseur pour une plage de diffusion de 30 minutes à 1 heure.

En inhalation, cette huile convient à une inhalation humide ou sèche.

Motifs de prudence

Il est important de ne pas confondre l’huile essentielle d’hysope couchée à l’huile essentielle d’hysope officinale (Hyssopus officinalis var. officinalis). En effet, cette dernière est riche en cétones, ce qui la rend neurotoxique et abortive.

L’essence d’hysope couchée est interdite aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans. Quant à son usage chez les personnes asthmatiques, il nécessite une surveillance d’un médecin ou d’un thérapeute.

Enfin, l’usage simultané avec un traitement médicamenteux est à éviter.