Femmes enceintes et allaitantes : une nécessaire supplémentation en oméga 3

Selon l’étude Canadienne APrON, les femmes enceintes et allaitantes ne consomment pas suffisamment d’oméga 3, pourtant essentiels au développement du nourrisson.

L’étude de cohorte APrON (Alberta Pregnancy Outcomes and Nutrition) suit près de 2000 femmes et leur nourrisson vivant à Calgary. Son principal objectif est de comprendre le lien entre l’état nutritionnel et la santé mentale de la mère pendant la grossesse, ainsi que la santé et le développement de l’enfant. Dans le cadre de cette recherche, les chercheurs ont évalué chez 600 femmes, pendant et après leur grossesse, les apports en acides gras oméga 3 à longue chaîne.

75 % des femmes n’ont pas les niveaux d’oméga 3 recommandés par l’UE

L’American Dietetic Association ainsi que Les diététistes du Canada recommandent que les femmes enceintes et allaitantes, consomment au moins 500 mg d’oméga3 à longue chaîne par jour. L’EFSA et l’International Society for the Study of Fatty Acids and Lipids (ISSFAL) recommandent plus précisément que les femmes enceintes et allaitantes consomment au moins 200 mg de DHA par jour. L’étude rapporte que seules 27% des femmes pendant la grossesse et 25% des femmes trois mois après l’accouchement satisfaisaient à la recommandation actuelle de l’Union européenne (UE) pour le DHA. La principale source alimentaire d’oméga 3 était le saumon.

Une supplémentation nécessaire

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les femmes prenant un supplément de DHA pendant la grossesse ou la période du post-partum étaient respectivement 10,6 et 11,1 fois plus susceptibles de satisfaire à la recommandation européenne. Celles qui suivaient la recommandation de Santé Canada, consistant à consommer une ou deux portions par semaine de poisson riche en acides gras oméga 3, atteignaient aussi ce seuil protecteur. L’étude montre enfin que le conseil diététique devrait se poursuivre au-delà de la grossesse: 44% des femmes de la cohorte ont cessé de prendre le supplément pendant qu’elles allaitaient, soit trois mois après l’accouchement.

Source

Jia X et al, Physiologie appliquée, nutrition et métabolisme, 40 10.1139/apnm-2014-0313