Bien être

Complémentaire, prévoyance : l’esprit tranquille pour le quotidien ou en cas de coups durs

Cela fait quelques années que le monde des assurances évolue vers une prise en charge des différents types de soins que l’on peut choisir. Selon les contrats et les assurances, votre complémentaire santé peut prendre en charge, à travers des forfaits, le remboursement de consultations de médecines douces : ostéopathe, acupuncteur, chiropraticien. Par ailleurs, même si l’on souhaite prendre soi-même sa santé en main, il n’est pas inutile de se protéger des coups durs avec une assurance prévoyance . Voici en quelques mots ce que complémentaire santé et assurance prévoyance recouvrent.

Une complémentaire santé : ca sert à quoi ?

En France, nous sommes tous sous le régime général. C’est à dire que la Sécurité sociale rembourse les frais de santé entre 65 ou 70% du tarif conventionné. Si vous n’avez pas de complémentaire santé (ou de mutuelle comme on dit, bien que ça ne soit pas la même chose) il vous faut payer de votre poche la partie restante de vos dépenses de santé. La complémentaire santé sert donc à vous rembourser la différence. Selon les cas, la prise en charge est complète ou partielle. Elle concerne : le ticket modérateur, les consultations avec dépassements d’honoraires (souvent avec un montant plafonné), les vaccins non obligatoires, ou les médicaments non remboursés. Enfin, les complémentaires santé, dans le carde de forfaits, couvrent aussi des soins plus coûteux comme les soins dentaires, l’optique ou les prothèses auditives.

Une assurance prévoyance : l’aide indispensable en cas de vrai « coup dur »

Les coups durs arrivent : accident du travail, incapacité temporaire de travailler, invalidité, dépendance, décès. Pour tous ces cas, il existe un type de contrat qui s’appelle l’asssurance prévoyance. L’objectif est d’aider financièrement l’assuré pour maintenir son niveau de vie et compenser les pertes financières liées à un accident de travail, une ITT, une invalidité. Elle peut également couvrir les frais de décès et selon les contrats, verser une indemnité au conjoint restant ou une aide au financement des études des enfants. Les possibilités de couverture sont larges, mieux vaut l’étudier en détail avec un assureur.

Articles similaires